Île Anthony

Maintenant dégagés de la dense végétation qui les recouvrait, les restes des maisons longues et des totems rendent silencieusement hommage à leurs créateurs.

M\u00e2ts commémoratifs Haida Gwaii
Les ruines de 10 maisons et de 32 m\u00e2ts et colonnes témoignent de la puissance et du talent artistique d 'une société riche et flamboyante (avec la permission du Royal British Columbia Museum).

L'île Anthony, l'une des îles le plus au sud des Haida Gwaii, en Colombie-Britannique, appelée SGang Gwaay par les Haïdas, abrite les restes d'une riche culture. Ninstints (SGang Gwaay llnagaay), un village des Haïdas de Kunghit, révèle aux archéologues une histoire longue de 2000 ans. Les habitants de ce village sont découverts à la fin du XVIIIe siècle par des explorateurs européens intéressés à y commercer. Les deux groupes traitent paisiblement au cours des années 1780, mais de graves conflits éclatent en 1791 et en 1795. C'est toutefois la variole, plutôt que la guerre, qui décime la population, laquelle passe de 300 à 30 personnes. Le village est finalement abandonné à la fin du XIX<sub>e</sub> siècle.

Maintenant dégagés de la dense végétation qui les recouvrait, les restes des maisons longues et des totems rendent silencieusement hommage à leurs créateurs. On cherche, à l'aide de programmes de conservation, à protéger les structures restantes et, bien que les artefacts demeurent exposés aux intempéries, à prolonger l'existence de ce site du patrimoine mondial de l'UNESCO. Le Programme des gardiens de Haida Gwaii assure une présence sur l'île et veille à la protection du site. L'île a été incorporée à la Réserve de parc national Gwaii Haanas en 1988.

Voir aussi autochtone de la côte nord-ouest, Art.


Lecture supplémentaire

  • George F. MacDonald, Ninstints, Haida World Heritage Site (1983) and Chiefs of the Sea and Sky: Haida Heritage Sites of the Queen Charlotte Islands (1989).

Liens externes