Maladie intestinale inflammatoire

Il existe deux types de maladie intestinale inflammatoire (MII), la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn. Les deux types affectent, à divers degrés, le système gastro-intestinal qui va de la bouche à l'anus.

Maladie intestinale inflammatoire

Il existe deux types de maladie intestinale inflammatoire (MII), la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn. Les deux types affectent, à divers degrés, le système gastro-intestinal qui va de la bouche à l'anus. La MII consiste en une forme d'usure de la paroi interne du tractus intestinal jusqu'à ce qu'elle devienne dénudée et qu'elle se mette à saigner, un peu comme un genou écorché. Elle cause des douleurs, un saignement interne, la diarrhée, la fièvre, la fatigue ainsi qu'une perte de poids.

Les symptômes varient selon les patients; certains présentent des saignements internes importants et peuvent devoir avoir recours à une ou plusieurs transfusions sanguines alors que d'autres souffrent plus de douleurs abdominales ou de diarrhées. Les personnes souffrant d'une MII peuvent souffrir de malnutrition, de déshydratation et de perte osseuse. Les enfants peuvent connaître une croissance ralentie. Les symptômes de la MII passent généralement par une phase d'aggravation puis d'amélioration; l'aggravation des symptômes est ce qu'on appelle la « poussée active », alors que l'amélioration porte le nom de « rémission ».

Les types de MII varient selon les parties qu'elles affectent. La colite ulcéreuse se développe sur la paroi du gros intestin ou du côlon, et elle affecte les régions voisines. La maladie de Crohn se développe le plus souvent dans la partie inférieure de l'intestin grêle, mais elle peut se déclarer dans toutes les parties du tractus gastro-intestinal, et elle affecte toutes les couches de tissu de l'intestin; on observe une alternance entre parties de tissu malades et parties normales. Les types de MII se développent également chez les patients atteints de la maladie. Le syndrome du côlon irritable (SCI) présente certains symptômes semblables à la MII mais n'est pas un type de maladie intestinale inflammatoire.

La cause de la MII est inconnue et il n'existe aucun traitement. Les symptômes de la maladie intestinale inflammatoire ont d'abord été reconnus comme une maladie spécifique en 1913, et la maladie de Crohn a été connue sous ce nom en 1932. Les deux types de la maladie sont plus fréquents en Amérique du Nord et dans le nord de l'Europe, le taux le plus élevé se trouvant, croit-on, au Canada. En 2006, une étude du Dr Richard Fedoruk, de l'Université de l'Alberta, a déterminé qu'un Canadien sur 350 est atteint de la MII, les plus forts taux provenant de la Nouvelle-Écosse et de l'Alberta, où une personne sur 330 en est atteinte. La raison pour laquelle la plus haute fréquence se trouve dans les régions nordiques n'est pas claire. Les scientifiques savent qu'un certain type de mutation génétique rend les personnes vulnérables à la maladie, mais ils croient qu'il peut également y avoir des facteurs environnementaux en jeu étant donné que ce ne sont pas toutes les personnes touchées par une mutation génétique qui développent la maladie.

La MII est habituellement diagnostiquée chez les jeunes adultes. La colite ulcéreuse est fréquente chez les personnes de 15 à 25 ans et de 45 à 55 ans, mais elle peut frapper à tout âge. La maladie de Crohn peut être diagnostiquée chez l'adulte, mais elle peut frapper les enfants dès l'âge de cinq ans. Tous peuvent être atteints de la MII sans égard à la couleur de la peau ou à l'origine ethnique bien qu'on la retrouve plus souvent chez les personnes de type caucasien. Même les athlètes de haut niveau qui sont en excellente santé peuvent être touchés par la maladie, comme le démontre l'exemple du joueur de la LNH Fernando Pisani.

La maladie intestinale inflammatoire est une maladie auto-immune qui provoque un dysfonctionnement du système immunitaire. Le système immunitaire des personnes atteintes de la MII cause une inflammation. On ne sait pas si le stress est un facteur dans le développement de la maladie, mais il peut en favoriser la progression. Les personnes atteintes de la MII peuvent développer d'autres maladies auto-immunes, telles que la polyarthrite rhumatoïde, ou encore des manifestations extra-intestinales de la MII. Ces dernières peuvent affecter pratiquement tous les organes, mais elles affectent plus fréquemment les articulations, la peau et les yeux.

Le diagnostic de la MII requiert plusieurs tests ainsi que des interventions effractives. D'autres maladies sont d'abord éliminées avant que la MII soit diagnostiquée. La médication constitue le principal traitement et comprend les anti-inflammatoires, les corticostéroïdes, les antibiotiques, les médicaments immunodépresseurs, les analgésiques et les modificateurs de la réponse biologique. L'acupuncture est une solution de rechange qui peut aider certaines personnes alors que d'autres trouvent que les probiotiques peuvent être utiles.

Une intervention chirurgicale visant à retirer un intestin malade pour éliminer les symptômes et éliminer la maladie est une option pour guérir la colite ulcéreuse. Cependant, des patients souffrant de colite ulcéreuse dont le côlon a été retiré ont développé la maladie de Crohn. La chirurgie ne peut pas guérir la maladie de Crohn puisqu'elle peut atteindre les régions qui restent après que la région malade eut été retirée.

Aucun régime alimentaire n'a pu faire la démonstration qu'il pouvait contrôler la MII de façon efficace. Certains aliments affectent négativement une personne atteinte de la MII alors qu'ils ont un effet positif sur d'autres. Des aliments particuliers, comme le lactose dans les produits laitiers, peuvent aggraver les symptômes. Un aliment ayant déclenché des symptômes devra être évité.

Le traitement à l'aide de modificateurs de la réponse biologique connaît un succès certain, mais son accès est difficile, car il est très cher et limité. Des tentatives de traitement avec d'autres médicaments sont nécessaires avant qu'il ne soit recommandé. Son accès dépend également de la région de résidence du patient, les régions rurales et nordiques étant moins avantagées de ce point de vue.