International Business Machines Corporation (IBM)

Le plus ancien laboratoire de logiciels au Canada - situé à Toronto - est le seul établissement en Amérique du Nord à mener des activités de développement pour les cinq grandes marques de logiciels d'IBM.


International Business Machines Corporation (IBM)

  International Business Machines Corporation (IBM) est une entreprise d'informatique mondiale spécialisée en enregistrement, traitement, communication, stockage et récupération d'information. IBM maintient une présence affirmée au Canada depuis 1917. IBM Canada compte la plus grande équipe de professionnels développeurs de logiciels à l'extérieur des États-Unis. Ses établissements de développement de Markham, London, Ottawa, Montréal, Edmonton, Vancouver et Victoria sont connus collectivement sous le nom de Laboratoire d'IBM Canada. L'usine de fabrication de Bromont, au Québec, inaugurée en 1972, est le plus grand établissement de montage sous boîtier et de test de semiconducteurs et emploie près de 2800 personnes. L'usine effectue la mise sous boîtier des puces utilisées dans les consoles de jeu et est un des exportateurs canadiens les plus importants.

Le plus ancien laboratoire de logiciels au Canada - situé à Toronto - est le seul établissement en Amérique du Nord à mener des activités de développement pour les cinq grandes marques de logiciels d'IBM. Depuis son ouverture en 1967, le laboratoire de Toronto a grandi jusqu'à employer plus de 2500 personnes; c'est le plus grand laboratoire de logiciels d'IBM au Canada, et le troisième en importance au monde.

Historique de l'entreprise

 L'origine d'IBM remonte à la fin du 19e siècle, à son prédécesseur, la Computing-Tabulating-Recording Company (CTR), qui était composée de trois entreprises fusionnées. CTR vend des articles allant des trancheuses à charcuterie et des balances commerciales aux tabulatrices et aux cartes à perforer. Installée à New York, l'entreprise fondée en 1911 par Charles F. Flint a 1300 employés et plusieurs succursales aux États-Unis. En 1917, CTR ouvre la succursale de Toronto sous le nom International Business Machines Co, Ltd; c'est la première fois que le nom est utilisé.

En 1914, Thomas J. Watson entre dans l'entreprise à titre de directeur général. Peu après, il met en application de nouvelles tactiques commerciales qui définissent l'entreprise depuis : une attitude positive, un bon service à la clientèle et la devise « RÉFLÉCHISSEZ ». En 1915, Watson devient président et les revenus de l'entreprise doublent en quatre ans. CTR étend ses activités à l'Europe, à l'Amérique du Sud, à l'Asie et à l'Australie.

Expansion et changement de nom

 La Première Guerre mondiale donne à l'entreprise de nouvelles possibilités de ventes dans les enregistreuses et les machines comptables électriques. En 1924, CTR s'agrandit passablement en acquérant des brevets et propriétés d'anciens concurrents. Le 14 février 1924, CTR change de nom officiellement pour devenir International Business Machines Corporation, et la marque mondiale IBM est créée.

Pendant la Crise des années 30, IBM croît en tenant ses employés occupés, au Canada et aux États-Unis, à produire de nouvelles machines malgré un fléchissement de la demande. Cette stratégie place l'entreprise en position d'obtenir un contrat historique du gouvernement américain après l'adoption de la Social Security Act en 1935. IBM est chargée de tenir les dossiers d'emploi de 26 millions de personnes, ce qui est alors considéré comme le plus grand projet comptable de tous les temps. La réussite de ce contrat garantit à IBM beaucoup de travail pour le gouvernement américain par la suite.

Incursion en informatique

 Dès le début de la Deuxième Guerre mondiale, toutes les installations d'IBM sont utilisées par le gouvernement américain, y compris des usines du Canada, pour fabriquer des machines destinées à l'effort de guerre. La ligne de produits de l'entreprise s'élargit alors pour inclure des viseurs de bombardement, des fusils et des pièces de moteur. Les années de guerre marquent aussi les premières incursions d'IBM dans l'informatique; l'Automatic Sequence Controller Calculator, ou Mark I, est créé en 1944. Il peut résoudre un problème d'addition en moins d'une seconde, une multiplication en six secondes et une division en une douzaine de secondes. La machine mesure plus de 15,2 m (50 pi) de longueur et 2,43 m (8 pi) de hauteur et elle pèse près de cinq tonnes.

En 1948, IBM lance son premier calculateur numérique de grande puissance (Selective Sequence Electronic Calculator) et la perforatrice calculatrice électronique; le calculateur électronique à cartes perforées arrive en 1949. Vers le milieu des années 1950, l'entreprise fabrique des ordinateurs à transistors, qui augmentent de beaucoup la vitesse des calculs. L'IBM 7090 peut faire 229 000 calculs à la seconde et l'aviation américaine s'en sert pour son système de détection lointaine des missiles balistiques. Une nouvelle orientation est donnée au traitement de données en 1957 lorsqu'IBM lance le 305 Random Access Method of Accounting and Control (RAMAC), le premier système informatique de stockage sur disque. Le RAMAC, constitué de 50 disques, peut retrouver des données conservées sur n'importe quel disque en moins d'une seconde. Toujours en 1957, on lance le FORTRAN, un langage informatique basé sur l'algèbre et les règles de grammaire et de syntaxe qui est devenu l'un des langages de programmation les plus utilisés.

En 1952, Thomas J. Watson transmet la direction de l'entreprise à son fils. Celui-ci croit que les ordinateurs joueront un grand rôle dans l'avenir des affaires. Sous sa gouverne, les innovations placent IBM en position de chef de file de l'industrie informatique. Le public devient de plus en plus conscient des possibilités de l'informatique et à l'EXPO 67, qui a lieu au Canada, IBM fait une démonstration de son impressionnant système 360 rouge vif, grand comme une pièce, qui n'a, en passant, que 0,1 % de la puissance de traitement d'un ordinateur personnel moderne. C'est également en 1967 qu'est inauguré, à Markham, en Ontario, le laboratoire de logiciels d'IBM Canada où travaillent 55 personnes.

Watson fils change aussi le mode de mise en marché des produits de l'entreprise en dégroupant le matériel, le service et les ensembles de logiciels et en offrant les éléments individuels aux clients. C'est l'origine des industries actuelles du logiciel et des services qui représentent des milliards de dollars.

Le règne de la famille Watson prend fin avec la retraite de Watson fils en 1971, l'année d'arrivée du disque souple. En 1973, IBM commence à vendre des caisses de supermarchés qui utilisent des prismes de verre, des lentilles et un laser pour lire le prix des produits. Cette même année est lancée une forme primitive des guichets automatiques d'aujourd'hui, l'IBM 3614 Consumer Transaction Facility.

L'ordinateur personnel d'IBM

 Une nouvelle ère s'ouvre en informatique en 1981 avec l'ordinateur personnel ou PC d'IBM. Il fait son entrée dans les foyers, les écoles et les petites entreprises avec une mémoire de 16 kilooctets, un ou deux disques souples et un moniteur couleur en option. Pendant la conception du PC, IBM a fait fabriquer ses composants par des sous-traitants : la puce microprocesseur vient d'Intel et le système d'exploitation de disque ou DOS a été créé par Microsoft, une entreprise de 32 personnes à l'époque.

Dans les années 1980, IBM rationalise ses activités et ses ressources. Les investissements en recherche produisent à cette époque quatre lauréats du PRIX NOBEL et jettent les bases de l'informatique de réseau. Mais le début des années 1990 s'avère difficile pour l'entreprise, car du fait de la révolution de l'ordinateur personnel, les ordinateurs se retrouvent directement dans les mains des consommateurs; ce sont donc des particuliers qui prennent les décisions d'achat. Les appareils individuels et la productivité personnelle intéressent davantage que l'expertise d'IBM en applications commerciales et, en 1993, IBM affiche une perte nette de 8 milliards de dollars US. Au cours des années suivantes, l'entreprise retrouve la stabilité en se recentrant sur les solutions intégrées avec une ligne de produits remaniée. À l'aube de l'Internet, IBM est de nouveau bien placée pour réussir, car l'interconnectivité est devenue la nécessité primordiale pour les entreprises et la solution intégrée que propose IBM relance sa fortune.

En mai 1997, IBM surprend le monde en démontrant la puissance de l'informatique quand son Deep Blue, un superordinateur à 32 nœuds de la famille RS/6000 SP, bat le champion du monde d'échecs Garry Kasparov. En 2000, IBM a repris sa place de chef de file de la technologie de l'information.

Impact culturel d'IBM

 Les initiatives d'IBM ont un impact culturel important, car elles touchent tous les aspects de la vie, notamment le commerce, l'éducation, les soins de santé et les voyages. Ainsi, en 2002, Air Canada met en service des bornes d'enregistrement libre-service sans fil d'IBM dans le cadre d'un projet pilote visant à accélérer l'enregistrement des passagers à l'aéroport Lester B. Pearson de Toronto. Ces bornes constituent la première solution élaborée conjointement et découlant de la relation stratégique existant entre IBM et Air Canada; elles sont aujourd'hui un élément courant des voyages aériens.

Par ailleurs, les initiatives Écologie et innovation IBM et Communauté verte IBM visent à promouvoir le respect de l'environnement dans les entreprises. Le dirigeant canadien du programme international Communauté verte IBM, Jean-François Barsoum, est un des rares Canadiens à avoir été formés par le lauréat du prix Nobel de la paix Al Gore pour donner des présentations, à l'échelle internationale, sur son film Une vérité qui dérange.

En 2011, l'année du centenaire de l'entreprise, l'ordinateur Watson d'IBM ravit les auditoires internationaux en participant au jeu télévisé Jeopardy!, où il défait les deux meilleurs concurrents. La configuration matérielle de Watson est composée de serveurs Power 750 d'une puissance de plus de 80 téraflops et utilise un logiciel nommé Deep QA qui peut « comprendre » des questions posées en langage naturel et y répondre et qui a été mis au point par des développeurs de logiciels d'IBM des quatre coins du monde.

Conscience sociale

IBM est un chef de file en matière de responsabilité sociale et fournit de la technologie et des talents à des organisations à but non lucratif et à des établissements scolaires par l'entremise de programmes tels IGNITE (Igniting Interest in Technology & Engineering), des camps pour les jeunes Autochtones et le programme du Corps de service général IBM. L'entreprise commandite plusieurs programmes de subventions dans les domaines de l'éducation, des arts et de la culture, des activités communautaires et de l'environnement. De plus, elle encourage les activités philanthropiques des employés en contribuant aux organisations des localités des employés et en appuyant ceux qui font du bénévolat dans leur communauté. L'entreprise soutient plus de 7000 heures de bénévolat données par les employés et elle fait des dons (sous forme d'argent, de technologie et de services) d'une valeur estimée à 6 millions de dollars par année.