Invertébrés

On rencontre des Invertébrés dans tous les principaux habitats : marins, d'eau douce et terrestres. Certaines espèces parasitent d'autres espèces animales (p. ex. les vers plats) ou végétales (p. ex. le Nématode doré, un fléau de la pomme de terre en Colombie-Britannique).

Invertébrés du Canada
1. Méduse, 2. Ver solitaire, 3. Nématodes, 4. Chétognathes, 5. Pieuvre, 6. Étoile de mer, 7. Araignée, 8. Ver de terre, 9. Anémone, 10. Dollar des sables, 11. Limule (oeuvre de Jan Sovak, 1990).
Étoile de mer
Étoile ocrée (pisaster ochraceus) (photo de Thomas Kitchin).

Les Invertébrés sont des animaux sans colonne vertébrale (épine dorsale). Ils forment un ensemble d'organismes extrêmement diversifiés et présentent autant de différences entre eux qu'avec les vertébrés, qu'ils dépassent grandement en nombre. Environ 95 p. 100 de toutes les espèces animales sont des Invertébrés et parmi ceux-ci 85 p. 100 sont des Arthropodes. Des quelque 2000 à 4000 nouvelles espèces animales découvertes chaque année, la plupart sont des Invertébrés vivant dans des endroits éloignés ou reclus (p. ex. la Dorsale Alpha dans l'Archipel Arctique du Canada).

On rencontre des Invertébrés dans tous les principaux habitats : marins, d'eau douce et terrestres. Certaines espèces parasitent d'autres espèces animales (p. ex. les vers plats) ou végétales (p. ex. le Nématode doré, un fléau de la pomme de terre en Colombie-Britannique). Les Invertébrés sont carnivores, herbivores ou omnivores. Certains vivent en symbiose avec des bactéries ou des cellules végétales qu'ils hébergent dans leurs tissus, pour en dériver des métabolites essentiels. Certains nagent, flottent, volent, marchent, rampent ou s'enfouissent, alors que d'autres sont sédentaires. Parmi ces formes sessiles, certaines n'ont aucune capacité de se mouvoir (p. ex. les éponges siliceuses).

Les Invertébrés accomplissent leurs fonctions physiologiques (respiration, excrétion, mouvement, coordination, etc.) grâce à une variété infinie de mécanismes. Certains groupes (p. ex. les Insectes et les Nématodes) ont développé des formes complexes extrêmement bien adaptées tandis que d'autres, de forme simple, ont survécu pratiquement inchangés depuis des centaines de millions d'années (brachiopodes).

Si les Invertébrés sont remarquables sur terre, ils le sont encore plus en mer. Ils dominent la plus élaborée de toutes les communautés marines : le récif de corail. On compte des représentants de tous les principaux embranchements d'Invertébrés dans le plancton marin. Les Copépodes, qui sont des crustacés, dépassent en nombres d'espèces (7500) et d'individus toutes les autres espèces de plancton métazoaire (pluricellulaire) réunies. Certains Invertébrés, par exemple les crabes, les crevettes, les moules, les huîtres et les calmars ont une grande valeur économique. Bien que les Mollusques ne puissent être comparés aux Poissons en terme de volume pêché, ils ont cependant une importante valeur marchande.

Évolution

Les origines de la plupart des Invertébrés remontent au début des temps géologiques. Des formes étonnamment évoluées, dont les annélides et les mollusques, ont été trouvées dans les roches de l'Arctique canadien datant du précambrien (il y a plus de 544 millions d'années). Plusieurs groupes, jadis abondants, ont diminué en nombre tandis que d'autres se sont éteints avec l'apparition de nouvelles formes. En raison de la discontinuité des séries évolutives dans les fossiles, il est souvent difficile d'établir les liens phylogénétiques entre les différents groupes d'Invertébrés. Cependant, en comparant la structure et le développement des formes existantes, on trouve parfois des indices sur leurs ancêtres. Par exemple, les adultes des Annélides et des Mollusques sont d'apparence très différente, mais leur ontogénie présente des similarités remarquables. Les spécialistes s'entendent assez bien sur les grandes lignes de l'évolution des Invertébrés, mais la classification détaillée change continuellement à la lumière des nouvelles connaissances.

La biologie moléculaire est de plus en plus utilisée pour éclaircir les liens phylogénétiques. L'étude des séquences de nucléotides des gènes codant pour l'ARN ribosomique est particulièrement importante dans ce domaine. Chez tous les animaux, ces gènes sont à la fois assez semblables pour être facilement comparés, et assez différents pour révéler d'éventuels liens de parentés. Les résultats de biologie moléculaire tendent à montrer que tous les Invertébrés descendent d'un seul et unique groupe ancestral d'invertébrés, plutôt que de différents stocks de protozoaires (unicellualires).

Invertébrés du Canada

La diversité climatique et écologique du Canada s'accompagne d'une grande diversité d'espèces d'Invertébrés. Des scorpions et des solifuges ou solpugides (voir Araignée) vivent dans les milieux chauds et secs de la région de Medecine Hat ; des vers des glaciers habitent le champ de glace Columbia ; des moucherons et des moustiques sont un fléau pour les habitants de plusieurs régions ; des sangsues et des larves de vers plats ennuient les baigneurs de plusieurs lacs des Prairies (dermatite des nageurs) ; des étoiles de mer et des anémones sont un plaisir pour les yeux des promeneurs au bord de la mer. Les fossiles d'Invertébrés trouvés dans les schistes de Burgess ont jeté une lumière nouvelle sur la question de l'origine des animaux.

Au Canada, la recherche sur les Invertébrés est principalement concentrée sur les Insectes jouant un rôle important en agriculture et en foresterie (p. ex. la tordeuse des bourgeons de l'épinette), sur les parasites des Poissons et des animaux domestiques, les Mollusques et les Crustacés marins comestibles, la Moule zébrée, introduite accidentellement dans les Grands Lacs et qui est devenue un véritable fléau, car elle bouche les conduites d'eau. Des spécialistes de la plupart des groupes d'Invertébrés travaillent dans des laboratoires gouvernementaux, des instituts de recherche et des universités un peu partout du Canada. L'Inventaire biologique du Canada (attaché au Musée canadien de la nature) met sur pied et coordonne des travaux de recherche sur la biodiversité des Invertébrés et publie un bulletin d'information.

Voir aussi: Invertébrés : embranchements.


En savoir plus

Lecture supplémentaire

  • Stephen Jay Gould, Wonderful Life: The Burgess Shale and The Nature of History (1989); Edward E. Ruppert and Robert D. Barnes, Invertebrate Zoology, 6th edition (1991).

Liens externes