Irishtown-Summerside

Irishtown-Summerside, ville de T.-N.; pop. 1428 (recens. 2011), 1290 (recens. 2006); const. en 1991 par la fusion d'Irishtown (const. en 1970) et de Summerside (const. en 1970); située sur le bras Humber, dans la baie des Îles, près de CORNER BROOK.

Irishtown-Summerside, ville de T.-N.; pop. 1428 (recens. 2011), 1290 (recens. 2006); const. en 1991 par la fusion d'Irishtown (const. en 1970) et de Summerside (const. en 1970); située sur le bras Humber, dans la baie des Îles, près de CORNER BROOK.

Des pêcheurs français et anglais commencent à pêcher dans la baie des Îles vers le début du XVIIIe siècle, mais la véritable colonisation de la région remonte au début du XIXe siècle. Le nom d'Irishtown renvoie à l'origine irlandaise des premiers colons, qui sont attirés dans la région par la pêche au saumon, au hareng et au homard, et par la possibilité d'y ajouter la coupe du bois et le piégeage pour la traite des fourrures. Summerside est colonisée à peu près à la même époque. Dès les années 1830, on signale la présence d'une famille acadienne du nom de Petipas dans la région de Summerside. La localité est surtout connue pour la pêche au hareng; on y trouve également un chantier naval et une scierie. Son nom lui vient de son emplacement du côté ensoleillé du bras Humber.

L'ouverture du moulin à papier de Corner Brook dans les années 20 a des répercussions importantes sur Irishtown et Summerside. La population s'accroît, les gens étant attirés dans la région, et de plus en plus de résidants trouvent de l'emploi à Corner Brook.

Aujourd'hui, Irishtown-Summerside est une ville-dortoir de Corner Brook.