John Foster McCreight

En août 1871, il est élu député de Victoria à la première Assemblée législative de la province qui a intégré la Confédération le 20 juillet de cette année-là.

McCreight, John Foster
L'honorable John Foster McCreight, premier ministre de la Colombie-Britannique de 1871 \u00e0 1872.

John Foster McCreight

 John Foster McCreight, avocat et premier à être élu premier ministre de la Colombie-Britannique 1871-72 (Caledon, Irl., 1827 -- Hastings, Angle., 18 nov. 1913). Après ses études en Angleterre et en Irlande, McCreight immigre en Australie pour pratiquer le droit à Melbourne, mais il s'installe sur l'île de Vancouver en 1860 avant d'être admis au barreau de la Colombie-Britannique en 1862. Il s'intègre à la société locale, devient membre des francs-maçons et de l'Église anglicane. Cependant, il n'exercera le droit que très peu de temps à Westminster et à la suite d'un conflit avec le juge en chef Matthew Begbie, il démissionne du barreau de la Colombie-Britannique.

En août 1871, il est élu député de Victoria à la première Assemblée législative de la province qui a intégré la Confédération le 20 juillet de cette année-là. Malgré son manque d'expérience sur la scène politique, son apparente attitude distante et son opposition très marquée au gouvernement responsable et à d'autres politiques réformistes, John McCreight est élu député. Nommé premier ministre le 14 novembre 1871, il est défait à la suite d'une motion de censure en décembre 1872. Son administration transitoire est remplacée par le nouveau gouvernement formé par Amos De Cosmos. Il continue à siéger à titre de simple député avant de démissionner en 1875. Il est nommé conseil de la reine en 1873 et juge de la Cour suprême en 1880. Après avoir été au service dans la région de Cariboo, il s'installe à New Westminster (Colombie-Britannique) en1883 jusqu'à ce qu'il prenne sa retraite en 1897. Peu après, il retourne en Angleterre. Un lac au nord de Campbell River, en Colombie-Britannique, porte son nom.


Lecture supplémentaire

  • Sydney W. Jackman, Portraits of the Premiers (1969).