k.d. lang

k.d. lang (Kathryn Dawn). Auteure-compositrice-interprète (Edmonton, 2 novembre 1961). LL.D. h.c. (Alberta) 2008.

lang, k.d.
Grâce à sa voix puissante et expressive, k.d. lang est devenue une vedette internationale (photo de Rosamond Norbury).
k.d. lang

k.d. lang (Kathryn Dawn). Auteure-compositrice-interprète (Edmonton, 2 novembre 1961). LL.D. h.c. (Alberta) 2008. Élevée à Consort (Alberta), cadette d'une famille de quatre enfants d'un père pharmacien et d'une mère enseignante au primaire, lang commence le chant et la danse à claquettes à cinq ans et, adolescente, elle chante dans des mariages et interprète un répertoire folk et country dans sa ville natale.

Vie

Après avoir étudié la musique au Red Deer College, elle amorce sa carrière à Edmonton en participant en 1981 à une comédie musicale, Country Chorale; elle se produit par la suite sous son nom véritable au Sidetrack Café. En 1984, le second enregistrement qu'elle fait avec la maison indépendante Bumstead constitue la base d'un spectacle live tapageur, qui relève autant de la performance artistique que du rockabilly et qui met en vedette le groupe de lang, The Reclines. Prétendant être la réincarnation de la vedette country américaine Patsy Cline, lang adopte des éléments punks pour créer un personnage attirant et déroutant à la fois. Au Canada, elle attire l'attention en se présentant aux prix Juno de 1985 en robe de mariée et ses apparitions américaines au club influent Bottom Line à New York et à des émissions-débats télévisées lui valent des critiques positives dans les médias importants. Elle modère ses excentricités pour enregistrer à Nashville à la fin des années 1980 et son enregistrement d'un duo avec Roy Orbison (1988) remporte un véritable succès auprès du grand public.

Dans les années 1990, lang est au cœur d'une controverse pour son attitude contre l'élevage bovin et lorsqu'elle s'affiche en tant que lesbienne en 1992. Iconoclaste naturelle, elle évite depuis des années d'utiliser les majuscules dans son nom.

Elle fait du cinéma pendant une courte période, figurant dans les films Salmonberries et Eye of the Beholder. À la fin des années 1990, elle confronte encore une fois ses fans et les journalistes en s'éclipsant du domaine de la musique pendant plusieurs années et en parrainant les cosmétiques MAC, ce qui est en contradiction avec sa position précédente contre le maquillage. En 2004, lang s'est établie au sein d'un créneau inclassifiable, elle vit à Los Angeles, enregistre pour l'étiquette spéciale Nonesuch et se concentre carrément sur sa voix unique.

Enregistrements

Lançant sa carrière à l'apogée de la période d'indépendance « post-punk » des années 1980, lang enregistre « Friday Dance Promenade » (1983) et A Truly Western Experience (1984) chez Bumstead. Ce dernier enregistrement, qui reparaît chez WEA International en 1999, comprend des chansons rockabilly comme « Bopalena », « Stop, Look and Listen » (une chanson de Cline) ainsi que des compositions originales de lang et des membres de son groupe. En 1985, lang signe un contrat avec Sire Records, qui produit Angel With a Lariat en 1987. L'album reste fidèle aux racines rockabilly de ses premiers enregistrements et fait connaître le nouveau collaborateur de lang, le violoniste Ben Mink. En 1987, deux projets avec les vétérans de Nashville Orbison et le producteur Owen Bradley préparent la percée internationale de lang. Réalisé en 1988, le duo « Cryin' » révèle la puissance et la pureté de la voix de lang, qui lui permet de rivaliser avec celle de ténor d'Orbison et de créer un superbe effet. Shadowland : The Owen Bradley Sessions (1988) confirme la place de lang dans la musique country, la réunissant avec le producteur de Cline ainsi qu'avec les légendes de Nashville Loretta Lynn, Kitty Wells et Brenda Lee. L'album demeure au palmarès country durant 121 semaines et se vend à plus de 100 000 exemplaires au Canada. L'album suivant, Absolute Touch and Twang (1989), fait le lien entre ses racines country et son avenir en musique populaire et témoigne de l'épanouissement complet de sa collaboration avec Mink, avec qui elle coécrit huit des douze chansons. Trois singles de l'album (« Full moon of Love », « Three Days » et « Luck in My Eyes ») se retrouvent au palmarès.

En 1992, lang lance Ingenue, son premier véritable enregistrement populaire, qui engendre le succès international « Constant Craving ». Son enregistrement suivant, paru en 1993, est la trame sonore d'une adaptation cinématographique du roman de Tom Robbins Even Cowgirls Get the Blues mais il n'obtient pas de succès commercial. All You Can Eat (1995), férocement critiqué, est une autre déception. Chez Warner Bros Records, lang lance l'album concept Drag en 1997, mettant en valeur sa sexualité androgyne sur la pochette et interprétant une douzaine de chansons parlant de la cigarette. Invincible Summer (2000) montre un nouvel aspect joyeux de son écriture, soutenu par un arrangement rêveur et de nombreux instruments à cordes. Malgré la parution d'un enregistrement live en 2001, quatre années s'écoulent avant que lang ne produise un autre album en studio, Hymns of the 49th Parrallel (2004), avec des chansons d'auteurs-compositeurs canadiens tels que Leonard Cohen et Ron Sexsmith. L'enregistrement est un succès au Canada, mais ne parvient pas à se classer parmi les 50 premiers aux États-Unis. En 2008, lang lance Watershed, une collection de démos jamais présentés auparavant. Un album rétrospective est lancé en 2010, Recollection.

Spectacles

Les premiers concerts de lang, autour de son premier enregistrement indépendant, lui donnent la réputation d'être une interprète imprévisible dotée d'un sens de la théâtralité très développé. Ses apparitions à New York et à la télévision en direct l'aide à se faire connaître aux États-Unis et lui permettent de signer un contrat avec une maison de disques internationale. Lors des tournées suivantes, au milieu des années 1980, son énergie maniaco-dépressive cède quelque peu la place à sa voix, ce qui lui gagne un public plus sophistiqué. Sa carrière touche de plus en plus le grand public et ses spectacles se déroulent dans des grandes salles de concerts de villes importantes du monde entier, parfois avec des orchestres symphoniques. Sa programmation de concerts s'allège dans les années 1990 et connaît une pause de trois ans. Malgré la perte de popularité de ses enregistrements après le succès d'Ingenue, ses concerts continuent d'attirer beaucoup de monde et, en 2002, elle entreprend une tournée qui remporte un grand succès avec le chanteur Tony Bennett. La performance très acclamée du "Hallelujah" de Léonard Cohen, présentée aux cérémonies d'ouverture des Jeux olympiques de 2010, a valu à l'artiste une nomination pour un prix Juno, "single" de l'année, 2011.

Prix et reconnaissance

Depuis son attribution du titre de chanteuse la plus prometteuse en 1995, lang a remporté plusieurs PRIX JUNO depuis l'attribution du titre de chanteuse la plus prometteuse en 1985, ainsi que quatre prix Grammy. En 1996, elle est nommée Officier de l'ORDRE DU CANADA. En 2005, elle est récompensée du prix du gouverneur-général du CENTRE NATIONAL DES ARTS, et en 2008 elle est intronisée dans l'Allée des célébrités canadiennes. En 2013, k.d. land fait son entrée au Panthéon de la musique canadienne.

Caméléon musical doté d'un registre vocal et d'une clarté exceptionnels, lang est l'une des chanteuses des années 1990 grâce à qui les femmes canadiennes ont une place de choix dans la musique populaire du monde entier.


Music of
k.d. lang