Kenneth Winters

Kenneth Lyle Winters, musicien, compositeur, critique, animateur, éditeur (né le 28 novembre 1929 à Dauphin, MB, décédé le 15 février 2011 à Toronto, ON). Kenneth Winters était un musicien, un critique musical et un animateur de radio accompli.

Kenneth Lyle Winters, musicien, compositeur, critique, animateur, éditeur (né le 28 novembre 1929 à Dauphin, MB, décédé le 15 février 2011 à Toronto, ON). Kenneth Winters était un musicien, un critique musical et un animateur de radio accompli. Il a animé l’émission quotidienne de concerts « Mostly Music », sur les ondes de la radio de la CBC, de 1989 à 1996 et a été critique musical pour le journal Globe and Mail de 1999 à 2011. En compagnie d’Helmut Kallmann et de Gilles Potvin, il a coédité la première édition de l’Encyclopédie de la musique au Canada (1981).

Jeunesse

Kenneth Winters grandit à Dauphin, au Manitoba. Sa mère, Edythe Kemp Winters, était pianiste, enseignante et organiste à l’Église Unie locale. À Dauphin, il étudie le chant à Dauphin avec Ursula Koons Dahlgren (1940-1946) et le piano avec Amy Strickland (1942-1943). Au Manitoba Music Competition Festival de 1942, il arrive premier dans la catégorie des garçons sopranos. De plus, il chante dans un ensemble de solistes dont fait partie Douglas Rain et parcourt l’Ontario en compagnie du Winnipeg Sea Cadet Band. Lors du Manitoba Music Competition Festival de 1946, alors qu’il est dorénavant baryton, il reçoit la plus haute note accordée par Ernesto Vinci.

Études musicales et compositions

En 1946, Kenneth Winters déménage à Winnipeg. Il y étudie la théorie de la musique avec Gwendda Owen Davies, le chant avec Mary Scarlett Wood, Filmer Hubble, Frederick Newnham et George Kent, ainsi que le piano avec Roline Mackidd et John Melnyk. Il retourne à Dauphin, où il avait mis sur pied un cours de piano, et, pendant deux ans, fait la navette entre sa ville natale et Winnipeg afin de poursuivre ses études. Il commence également à composer des chansons. En 1950, sa mise en musique de la chanson « O Rose, Thou Art Sick », de William Blake, pour voix aiguë, flûte et quatuor à cordes, lui vaut le premier prix de composition remis par le Winnipeg Jewish Women’s Musical Club. Au cours des années 1950 et au début des années 1960, il met la touche finale à plusieurs autres chansons, dont une suite musicale folk pour voix aiguë, flûte, alto et violoncelle.

Carrière à Winnipeg

Kenneth Winters retourne vivre à Winnipeg en 1954. Il occupe les postes d’organiste et de chef de chœur à l’Église anglicane St-Philip’s de Norwood, fréquente la Manitoba Normal School, et met sur pied un cours de piano. Il offre aussi des cours de technique vocale, enseigne la musique à l’école, et, en 1956, chante dans la comédie musicale Annie Get Your Gun produite par Rainbow Stage. Cette année-là, il devient aussi critique de concerts et de spectacles de danse au journal Winnipeg Free Press et offre ses critiques musicales à la radio de la CBC.

En 1959-1960, il se rend à Paris pour étudier la composition avec Nadia Boulanger, ce qu’il considère comme étant le point fort de sa vie, et le solfège, une méthode de lecture à vue, avec Annette Dieudonné. En 1962, il est rédacteur musical pour la revue Canadian Art. Il compose cinq œuvres de musique de scène et agit comme directeur musical pour la pièce de théâtre pour enfants Names and Nicknames, de James Reaney, dirigée par John Hirsch en 1963.

Carrière à Toronto

Kenneth Winters continue d’agir à titre de critique musical et de danse au journal Winnipeg Free Press jusqu’en1966, où il couvre également les domaines des arts visuels, du cinéma, des disques et des livres. Il déménage ensuite à Toronto. Il est critique de musique et de danse au Telegram de 1966 à 1971, moment où il est nommé directeur général de la Fédération des orchestres symphoniques de l’Ontario (FOSO). Il est aussi le directeur général fondateur de l’Association des orchestres canadiens (AOC), qu’il administre à partir des bureaux de la FOSO, situés à Toronto. En 1972, il s’implique dans l’élaboration de l’Encyclopédie de la musique au Canada. En 1975, il quitte ses fonctions à la FOSO et à l’AOC afin de se consacrer uniquement à l’encyclopédie, publiée en 1981.

Carrière à la radio

Kenneth Winters poursuit sa carrière prolifique à la radio en tant qu’auteur, narrateur et animateur à la radio de la CBC à Toronto. Il est entre autres critique aux émissions « Critically Speaking », « Records in Review », « Music Diary », et « Sound Reviews ». Il anime des séries telles que « The Music of Chopin » (1964-65), « The Music of Mendelssohn » (1965-66), « Gustav Holst, Planetmaker » (1974), « Sir Michael Tippett: A Composer for Our Time » (1975), en plus d’animer pendant une semaine une émission spéciale célébrant le 300e anniversaire de naissance de Bach (1985). De plus, il coanime l’émission « Mostly Music » de 1981 à 1982, y participe régulièrement de 1985 à 1989, et en est l’animateur de 1989 à 1996.

En 1989, Kenneth Winters reçoit un grade honorifique de l’Université de Brandon. Il est critique musical au Globe and Mailde 1999 jusqu’à sa mort en 2011. Il y écrit plus de 400 critiques, dont la dernière est publiée le jour de sa mort des suites d’une crise cardiaque à l’âge de 81 ans.

Une version de cet article est parue initialement dans l’Encyclopédie de la musique au Canada.