Langue ukrainienne, publications de

Les premières publications en ukrainien paraissent d'abord dans les années 1890 avec la première grande vague d'immigrants UKRAINIENS au Canada. Le premier récit est rédigé en 1897 par Nestor Dmytriw alors qu'il visite Calgary, et le premier poème est écrit en 1898 par Ivan Zbura, près d'Edmonton.

Langue ukrainienne, publications de

Les premières publications en ukrainien paraissent d'abord dans les années 1890 avec la première grande vague d'immigrants UKRAINIENS au Canada. Le premier récit est rédigé en 1897 par Nestor Dmytriw alors qu'il visite Calgary, et le premier poème est écrit en 1898 par Ivan Zbura, près d'Edmonton. Après des débuts modestes, cette littérature se développe avec succès dans les domaines de la poésie, des nouvelles, des romans et du théâtre. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, les livres de littérature font leur apparition.

La première période de la littérature ukrainienne (1897-1920) est imprégnée de folklore. Les oeuvres de Zbura, Teodor Fedyk et Daria Mohylianka résument le courant de la poésie des premiers immigrants ukrainiens et se distinguent à peine du folklore. Cependant, la prose de Sava Chernetskyj, Myroslav Stechyshyn, Pavlo Krat et Vasyl Kudryk présente un niveau de créativité plus élevé. Ces auteurs décrivent non seulement la vie difficile des pionniers, mais évoquent aussi leur lutte, au caractère révolutionnaire, pour une vie meilleure.

Durant la deuxième période (1920-1950), la littérature ukrainienne s'enrichit de nouveaux thèmes et devient plus artistique. Ivan Danylchuk, né en Saskatchewan, publie des poèmes sophistiqués. Onufrij Ivakh (Honore Ewach) se tourne vers l'essai philosophique, tout en prêtant attention à l'expression esthétique, tandis que l'oeuvre de Myroslav Ichnianskyj (Ivan Kmeta) est imprégnée d'un vigoureux lyrisme impressionniste.

Parmi les écrivains de fiction en prose, Illia Kyrijak (Elias Kiriak) se distingue par sa trilogie réaliste Syny zemli (1939-1945), qui dresse un tableau de la vie des colons dans les Prairies. Oleksander Luhovyj décrit lui aussi la vie canadienne dans son roman Bezkhatnyj (trad. Homeless, 1946) et ses pièces de théâtre. Semen Kowbel et Dmytro Hunkevych sont très présents dans le domaine du théâtre.

La troisième période débute avec l'arrivée de réfugiés politiques après la Deuxième Guerre mondiale. À l'encontre du réalisme de la période précédente, de multiples tendances et styles littéraires font leur apparition, y compris le modernisme. Mykyta Mandryka crée une poésie aux images originales et son récit en vers Kanada (1961) sera traduit par Watson KIRKCONNELL sous le titre de Canada en 1971. Les thèmes canadiens prédominent aussi dans le roman d'Ulas Samchuk, Na tverdij zemli (trad. On the Hard Soil, 1967). Yar Slavutych, dans son recueil de poèmes Zavojovnyky prerij (1968, trad. de R.H. Morrison The Conquerors of the Prairies, 1974) décrit ses impressions sur la vie des colons et de la rigueur du Nord. Il écrit aussi le long récit en vers, « Moja doba » (trad. My Epoch), dans Zibrani tvory (trad. Collected Poems, 1978).

Depuis les années 60, la littérature canadienne de langue ukrainienne connaît un renouveau. Parmi les auteurs les plus prolifiques, citons les poètes lyriques Borys Oleksandriv (pseudonyme de Borys Hrybinsky), Bohdan Mazepa, Vira Vorsklo Svitlana Kuzmenko et Teodor Matvijenko; les bardes patriotiques Levko Romen, Dan Mur et Oleksa Hay-Holowko; le poète penseur Volodymyr Skorupskyj; la poétesse Larysa Murovych, qui s'intéresse à la mythologie ukrainienne; et les modernistes Iryna Makaryk, Maria Revakovych, Marco Carynnyk, Danylo Struk, Oleksander Olijnyk. En prose, Fedir Odrach, Ivan Bodnarchuk et Oleksander Smotrych sont largement publiés. Mykola Kovshun écrit des pièces de théâtres et Oleh Zujewskyj est un traducteur très actif, en plus d'écrire de la poésie symboliste. Orysia Prokopiw traduit un grand nombre de poèmes ukrainiens en anglais et René Coulet du Gard, en français.

Les auteurs ukrainiens du Canada ont fondé leur propre société littéraire, qui a publié huit volumes de l'almanach Slovo (1970-1987) et l'Antolohija ukrajins'koji poeziji v Kanadi, 1898-1973 (1975). Un autre almanach inclut un contenu canadien et s'intitule Pivnichne siajvo (trad. Northern Lights, 5 vols, 1978-1987). Dans les ouvrages publiés par des écrivains érudits, Studia Ucrainica (4 vols, 1978-1987) et Ukrainian Shakespeariana in the West (1987), qui compte également des textes traduits, sont parmi les plus importants. L'Ukrainian Academy of Arts and Sciences in Canada et la Shevchenko Scientific Society publient régulièrement leurs travaux, ainsi que d'autres ouvrages savants. Malgré la grande diversité des thèmes et des idées émises dans la littérature ukrainienne, le Canada compte seulement 15 auteurs ukrainiens dont les oeuvres artistiques les placent au même niveau que les écrivains d'Ukraine. Voir aussi ETHNIES, LITTÉRATURE DES.


Lecture supplémentaire

  • C.H. Andrusyshen and W. Kirkconnell, eds, The Ukrainian Poets, 1189-1962 (1963); J. Balan, ed, Identifications (1982); M. Mandryka, History of Ukrainian Literature in Canada (1968); Yar Slavutych, comp, An Annotated Bibliography of Ukrainian Literature in Canada, 1908-1986 (1987).