Larry Tanenbaum

Lawrence « Larry » Murray Tanenbaum, O.C., homme d’affaires, haut dirigeant du monde des sports et philanthrope (né le 8 juillet 1945 à Toronto, en Ontario). Larry Tanenbaum est surtout connu pour son poste de président de Maple Leaf Sports and Entertainment, société détenant quatre équipes sportives des ligues majeures : le Toronto FC, les Maple Leafs, les Raptors et les Argonauts. Au cours de sa carrière, il œuvre également dans les domaines des finances, de la construction, de la politique et de la philanthropie. Figure torontoise de grande influence, il est aussi un représentant bien connu de la communauté juive canadienne.

Début de carrière et difficultés familiales

Abraham Tanenbaum, le grand-père de Larry Tanenbaum, arrive à Toronto en 1911 après avoir quitté la Pologne. En 1917, Abraham gère la Runnymede Metal & Salvage Company, entreprise qu’il a lui-même fondée. C’est ainsi que la famille Tanenbaum fait son entrée en construction et dans l’industrie lourde. Le père de Larry, Max, élargit l’entreprise familiale sur plusieurs fronts, en fondant York Steel Construction Ltd. et en faisant l’acquisition de l’entreprise de construction Kilmer Van Nostrand (KVN) ainsi que d’un éventail d’investissements et de titres immobiliers. La carrière de Larry Tanenbaum au sein des entreprises familiales débute lorsqu’il se joint à KVN en tant que directeur général en 1968, venant tout juste d’obtenir un baccalauréat en économie de l’Université Cornell à Ithaca, dans l’État de New York. À Cornell, Larry agit à titre de gestionnaire étudiant de l’équipe de hockey universitaire, rôle qui laisse peut-être déjà présager celui qu’il assumera bien des années plus tard auprès des Maple Leafs de Toronto. En 1975, Larry Tanenbaum est élu président de KVN. Il s’efforce alors de diversifier et de développer l’entreprise, acquérant des participations dans l’entreprise de câblodistribution CUC Broadcasting et dans Warren Paving & Materials Group Ltd.

En 1980, Max Tanenbaum subit un accident vasculaire cérébral débilitant à la suite duquel son épouse Anne et ses fils Larry et Howard forment un comité pour veiller à la gestion des exploitations familiales. Pour compliquer encore plus les choses, les entreprises de construction de la famille Tanenbaum sont aux prises avec une forte baisse des marchés de construction et des prix de l’acier, en plus de voir leurs capitaux exposés à l’agitation des marchés boursiers. Lorsque Max Tanenbaum décède le 28 juillet 1983, la famille doit se rendre à l’évidence : la fortune de l’homme d’affaires, estimée à 200 millions de dollars, a fondu comme neige au soleil. Carol et Tauba, les filles de Max, loin d’être en accord avec le testament de leur père, contestent la gestion par le comité du patrimoine familial. Le conflit est finalement résolu. Toutefois, son intense médiatisation incitera Larry Tanenbaum, après cette expérience, à protéger sa vie privée et à limiter au minimum ses interactions avec les médias. Dans les rares entrevues qu’il accorde, il ne donne que très peu de détails personnels. Il admettra cependant publiquement que cette douloureuse affaire était en grande partie attribuable au manquement de son père à définir un plan successoral clair pour le patrimoine familial.

Direction des sports et figure publique effacée

Au cours des années 1990, il devient de plus en plus difficile pour Larry Tanenbaum, personnage désormais bien connu du monde du sport professionnel, de rester à l’abri des médias. C’est à cette époque qu’il tente, avec quelques partenaires, d’acquérir une équipe de la National Basketball Association (NBA) pour Toronto. Bien que la NBA rejette son offre d’achat et de déménagement d’une équipe existante, son intérêt débouche sur l’idée de créer une nouvelle franchise basée à Toronto. Il est toutefois profondément déçu lorsqu’un groupe rival, dirigé par l’homme d’affaires John Bitove, décroche à sa place la nouvelle équipe torontoise de la NBA. Malgré ce revers de fortune, Larry Tanenbaum fait son entrée dans le monde du sport professionnel lorsque KVN achète à Steve Stavro une participation de 12,5 % dans les Maple Leafs de Toronto et le Maple Leaf Gardens. En 1998, Larry Tanenbaum joue un rôle de premier plan dans l’incorporation de la propriété des Maple Leafs et des Raptors de Toronto en un seul groupe de propriétaires du nom de Maple Leaf Sports & Entertainment (MLSE). Le groupe supervise la construction de l’Air Canada Centre, un nouveau stade relié à la gare centrale Union de Toronto. Larry Tanenbaum ne fait pas partie du groupe qui annonce publiquement l’entente qui donne naissance à MLSE, évitant par exprès de se retrouver sous le feu des projecteurs; c’est là, aux dires de ses collègues, un comportement « tout à fait caractéristique ». En 2003, Larry Tanenbaum est appelé à jouer un rôle encore plus dominant au sein de MLSE lorsqu’il devient président du conseil d’administration de l’organisation. Il remplace Steve Stavro, qui ne partage pas sa passion pour le basket-ball. Dans le cadre de ses fonctions, il doit à l’occasion s’adresser à des amateurs de sport torontois en furie. Par exemple, en 2012, il écrit une lettre publique d’excuses dans laquelle il assume personnellement la responsabilité de la piètre performance des Maple Leafs. Il crée des liens étroits avec certains athlètes; on se rappellera notamment de l’occasion où, souhaitant aider Vince Carter (joueur étoile des Raptors) à assister à sa cérémonie de remise de diplômes et à disputer un match le même jour, il met à la disposition de celui-ci son avion privé.

Malgré la nette préférence de Larry Tanenbaum pour une vie loin des regards, son statut professionnel l’emmène parfois malgré lui au cœur de débats politiques. L’année où il devient président de MLSE, on raconte qu’un consortium dirigé par KVN, Union Pearson Group, a remporté le contrat pour la supervision du réaménagement de la gare Union en raison des relations personnelles que Larry Tanenbaum entretient avec le maire de Toronto de l’époque, Mel Lastman. Larry Tanenbaum siège également au conseil d’administration de Borealis Capital Corp. aux côtés du fils de Mel Lastman, Dale. Le commissaire à l’éthique de l’Ontario lave finalement le consortium de tout soupçon; l’incident n’est toutefois pas sans exposer Larry Tanenbaum à une controverse politique considérable.

À la barre de MLSE, Larry Tanenbaum continue de diriger KVN. Le cabinet se diversifie au-delà de la construction et du sport, avec l’ajout d’activités de gestion des placements privés. En 2001, KVN fonde Kilmer Capital Partners Ltd., une société de capital-investissement qui entretient des liens étroits avec des investisseurs institutionnels d’importance tels que le fonds de pension OMERS (Ontario Municipal Employees Retirement System) et plusieurs banques canadiennes.

Philanthropie et vie publique

Larry Tanenbaum et son épouse, Judy Susan Lieberman, ont trois enfants : Kenneth, Julie et Lisa. Le couple s’implique activement auprès de l’Hôpital Mount Sinai de Toronto, faisant un don de 25 millions de dollars pour la recherche biomédicale en 2006, puis un autre de 35 millions de dollars en 2013, ce qui incite l’établissement à donner le nom de « Lunenfeld-Tanenbaum » à son principal institut de recherche. En 2016, le couple verse 20 millions de dollars à l’Institut neurologique de Montréal et met sur pied l’Institut de science ouverte Tanenbaum en collaboration avec l’Université McGill.

La famille Tanenbaum apporte une contribution continue à la communauté juive, perpétuant une tradition qui remonte au temps d’Abraham Tanenbaum, qui soutenait financièrement les écoles et les centres communautaires. En 2006, Larry et Judy fournissent à la Fédération de l’UJA (United Jewish Appeal) du Grand Toronto un investissement de 50 millions de dollars en fonds de dotation visant à financer différentes initiatives communautaires et de bienfaisance.

Larry Tanenbaum se voit décerner un doctorat honorifique en droit de l’Université de Toronto en reconnaissance de ses efforts philanthropiques, dont plus de 5 millions de dollars versés à l’appui du centre d’études juives de l’établissement.