Lundrigan, James

James Lundrigan, pêcheur de la baie de la Conception à Terre-Neuve, de 1818 à 1830. En 1819, Lundrigan et son collègue Philip Butler sont impliqués dans un procès qui donne une forte poussée à la campagne en faveur d'un gouvernement représentatif.
James Lundrigan, pêcheur de la baie de la Conception à Terre-Neuve, de 1818 à 1830. En 1819, Lundrigan et son collègue Philip Butler sont impliqués dans un procès qui donne une forte poussée à la campagne en faveur d'un gouvernement représentatif.


Lundrigan, James

James Lundrigan, pêcheur de la baie de la Conception à Terre-Neuve, de 1818 à 1830. En 1819, Lundrigan et son collègue Philip Butler sont impliqués dans un procès qui donne une forte poussée à la campagne en faveur d'un gouvernement représentatif. Ils sont jugés dans une cour des tutelles par le capitaine d'un des Navires de Sa Majesté, à Harbour Grace. N'ayant pas respecté un mandat de comparaître, Lundrigan est accusé d'outrage au tribunal et condamné à recevoir 36 coups de fouets sur son dos nu. La punition est exécutée jusqu'à ce que le condamné s'évanouisse sous les coups. En novembre 1820, un comité de 13 membres présidé par Patrick Morris adopte une résolution condamnant une peine aussi cruelle pour des raisons aussi insignifiantes. Le comité recourt alors aux moyens légaux et constitutionnels nécessaires à l'abrogation d'une loi qui sanctionne de telles poursuites arbitraires.

L'historien Prowse soutient que ceux qui se sont intéressés aux procès de Lundrigan et de Butler s'en servaient pour tenter de doter la colonie d'une Assemblée législative. En 1824, on adopte une loi pour une meilleure administration de Terre-Neuve en vertu de laquelle la Cour suprême de Terre-Neuve est créée, ce qui met fin à une tradition plusieurs fois centenaire selon laquelle des officiers de la marine intentaient des procès de compétence civile.