Mercure

Le mercure (Hg) est un métal blanc argenté connu anciennement sous le nom de vif-argent. C'est un élément naturel qui a la particularité de rester liquide à température ambiante.

Mercure

Le mercure (Hg) est un métal blanc argenté connu anciennement sous le nom de vif-argent. C'est un élément naturel qui a la particularité de rester liquide à température ambiante. Au-dessous de son point de fusion (!38,9 °C), il forme un solide blanc et se transforme en gaz incolore quand il passe au-dessus de son point d'ébullition (356,9 °C). C'est un bon conducteur de chaleur et d'électricité. Le mercure existe dans la nature dans 25 minéraux différents, mais on le trouve le plus souvent dans le minerai de sulfure rouge (voir MINÉRAL) connu sous le nom de cinabre (HgS). Parmi les autres minerais de mercure communs, on compte la cordéroite et la livingstonite. Le mercure métallique à l'état natif est rare. Les dépôts de mercure se forment habituellement à des températures relativement basses dans les principales ceintures orogéniques du monde (des régions où des montagnes se sont formées).

Utilisations
Le mercure et ses composés sont utilisés depuis des siècles dans la fabrication, notamment, du vermillon (peinture rouge), et pour le traitement précoce de la syphilis. Le mercure servait aussi à extraire l'or des roches et du sable. Jusque dans les années 60, le mercure était surtout utilisé comme cathode de mercure à écoulement pour l'électrolyse d'une solution aqueuse de chlorure de sodium en vue de donner du chlore et de la soude caustique. Les pertes dans l'environnement sont devenues préoccupantes. De nombreuses usines de production de chloralcalis ont fermé leurs portes ou ont été adaptées aux techniques des cellules à diaphragme ou d'échange ionique. Cette application continue d'être en demande dans le monde entier, mais elle diminue au fur et à mesure que les installations anciennes sont fermées et remplacées par des techniques exemptes de mercure.

La fabrication des piles est un autre grand marché en déclin pour le mercure au profit de métaux de remplacement. On utilise aussi le mercure dans le secteur de l'électricité, notamment dans les interrupteurs au mercure métallique et dans les lampes à décharge de vapeur mercure. Parmi les autres utilisations, on compte les additifs antimoisissures pour la peinture, les amalgames dentaires, les dispositifs de mesure de la température et de la pression, les détonateurs, les pigments et les produits pharmaceutiques.

Risques en tant que poison à effet cumulatif

Des formes inorganiques de mercure peuvent être converties en formes organiques plus toxiques (p. ex. le méthyle mercure) par des réactions chimiques et biochimiques (microbiennes). Cette conversion se produit surtout dans les sédiments aqueux. Le mercure inorganique et organique provenant de sources naturelles ou artificielles peuvent pénétrer dans la chaîne alimentaire. Le méthyle mercure peut se trouver en concentrations de plus en plus élevées dans la chaîne alimentaire de la faune et la flore aquatiques. Il peut parfois atteindre des niveaux dangereux chez le poisson. (VoirGRASSY NARROWS). Des niveaux hautement toxiques peuvent provoquer des dommages irréversibles au système nerveux et au cerveau. L'expression fou comme un chapelier vient d'une maladie professionnelle causée par le contact avec le mercure utilisé dans les premières manufactures de chapeaux de feutre. Les inquiétudes croissantes liées aux risques de l'exposition pour la santé humaine et l'environnement ont donné lieu à des restrictions accrues sur les utilisations du mercure; malgré tout, on peut prévoir que ses propriétés uniques continueront d'assurer sa présence dans certains des secteurs stratégiques.

En 1997, les plus grands producteurs mondiaux étaient l'Algérie (370 t), la Chine (600 t), l'Espagne (690 t) et le Kirghizistan (611 t). Ces quatre pays représentent 94 p. 100 de la production mondiale. Depuis la fermeture en 1975 de la mine Pinchi Lake (C.-B.) de Cominco Ltd., le Canada ne produit plus de mercure métallique.

Consommation

Au Canada, le mercure métallique est principalement utilisé dans la fabrication d'appareils électriques, d'instruments industriels et de commandes ainsi que pour la préparation électrolytique de chlore à la seule usine de chloralcalis encore existante pour répondre aux besoins de l'industrie des pâtes et papiers du Nouveau-Brunswick. L'utilisation du mercure pour la récupération de l'or, dans les produits chimiques industriels, les peintures et les pigments n'a plus cours au Canada.


Liens externes