Monument commémoratif de guerre du Canada

Le Monument commémoratif de guerre du Canada à Ottawa a été construit pour commémorer le sacrifice du Canada lors de la Première Guerre mondiale (1914-1918).

Le Monument commémoratif de guerre du Canada à Ottawa a été construit pour commémorer le sacrifice du Canada lors de la Première Guerre mondiale (1914-1918). De nos jours, il honore tous les Canadiens et Canadiennes tombés au combat. Les sacrifices faits durant la quête vers la paix sont représentés par une série de statues de bronze émergeant d’un grand arc. Au-dessus de l’arc se trouvent deux autres statues, qui symbolisent la paix et la liberté.

Sacrifices et héroïsme

En 1923, le gouvernement Mackenzie King propose la construction d’un monument national à Ottawa. L’opposition soutient l’idée, mais critique le coût d’une telle entreprise. À la Chambre des communes, Mackenzie King répond à ses opposants en ces mots : « Lorsqu’une nation perd son art, il perd son âme. Lorsqu’elle perd le souvenir des sacrifices et de l’héroïsme qui lui ont permis de profiter de la liberté, elle perd toute la vision de ce qui fait d’elle un grand peuple. »

Le concours de 1925 pour créer le monument est ouvert aux architectes, aux sculpteurs et aux artistes britanniques ou vivants dans l’Empire britannique et ses nations alliées. Le budget annoncé s’élève à 100 000 dollars. Selon les règles du concours, le monument doit « refléter les sentiments des Canadiens en tant que peuple et rappeler la mémoire de ceux qui ont participé à la Grande Guerre et qui ont perdu leur vie au service de l’humanité. »

Sur les 127 candidatures (66 provenant de Canadiens), le comité choisit l’idée de Vernon March, un sculpteur britannique ayant déjà créé d’autres œuvres notables, dont le monument dédié à Samuel de Champlain à Orillia, en Ontario.

Le concept de March, « La grande réponse du Canada », comprend les statues de bronze que l’on peut aujourd’hui voir émerger de l’arche. L’artiste décède toutefois en 1930 avant que les travaux ne soient terminés; ceux-ci sont finalement exécutés par les proches de March. Des fonctionnaires canadiens ont ensuite inspecté l’œuvre et apporté certaines modifications aux sculptures afin de refléter les uniformes et l’équipement authentiques des Canadiens.

Les sculptures finies, coulées en Angleterre, sont exposées pendant 6 mois au Hyde Park de Londres en 1933. Le contrat pour la construction de l’arche en granit n’est accordé qu’en 1937, après moult disputes concernant l’emplacement du monument à Ottawa.

Dévoilement

La place de la Confédération, à l’intersection des rues Elgin et Wellington, est finalement choisie comme site du monument, au grand plaisir de Mackenzie King. Un contractant torontois est engagé pour agrémenter l’endroit de trottoirs de pierre et de terrasses dallées. Le 21 mai 1939, le roi George VI et la reine Elizabeth inaugurent le monument lors d’une cérémonie publique pendant la première visite des monarques canadiens au pays.

L’impressionnante structure comprend 22 statues de bronze. À la tête du peloton (suivant une hiérarchie approuvée à l’époque), on retrouve des soldats d’infanterie, un cavalier sur sa monture et un soldat d’artillerie aussi à cheval, suivis d’un aviateur, d’un marin, d’un sapeur, d’un forestier, d’un porteur de civière et d’infirmières, entre autres.

En 1982, le monument est inauguré à nouveau afin d’honorer également ceux et celles ayant servi lors de la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945) et de la Guerre de Corée (1950-1953). D’abord conçu pour commémorer les 66 000 Canadiens tombés durant la Première Guerre mondiale, le monument est devenu un lieu de souvenir pour tous les Canadiens morts à la guerre.

Le premier ministre Stephen Harper a déclaré que les dates de participation du Canada dans la guerre en Afghanistan (2001-2014) allaient aussi être ajoutées au monument.

Tombe du Soldat inconnu

En mai 2000, la Tombe du Soldat inconnu est ajoutée au monument. En effet, on a exhumé les restes d’un soldat de la Première Guerre mondiale au cimetière de guerre français de Cabaret-Rouge, près de la crête de Vimy. Ceux-ci ont été rapportés au Canada, où ils ont été exposés sur la Colline parlementaire avant d’être enterrés dans une tombe nouvellement construite à la base du Monument commémoratif de guerre du Canada. La tombe est depuis devenue un puissant symbole, en particulier le 11 novembre, durant la cérémonie du jour du Souvenir.


Collection: Première Guerre mondiale

Pensez comme un historien : La bataille de la crête de Vimy

Liens externes