Musique polonaise au Canada

Pologne. La première colonie polonaise au Canada fut fondée par des paysans kashubiens au début des années1860, dans le comté de Renfrew, au sud de Pembroke, Ont. En 1875, on organisa une paroisse polonaise et on contruisit une église au lieu qui, dans les années 1880, devint le village de Wilno.

La première colonie polonaise au Canada fut fondée par des paysans kashubiens au début des années1860, dans le comté de Renfrew, au sud de Pembroke, Ont. En 1875, on organisa une paroisse polonaise et on contruisit une église au lieu qui, dans les années 1880, devint le village de Wilno. L'immigration des Polonais se poursuivit de façon régulière et importante vers 1900 et atteignit son maximum durant les années 1950; le recensement de 1986 enregistrait 612 105 Canadiens-polonais - soit le cinquième groupe en nombre parmi les minorités du Canada. Près de la moitié d'entre eux étaient établis dans les villes du sud de l'Ontario, les autres se répartissant en Alberta, au Manitoba, en Colombie-Britannique et au Québec. Bien que certains Canadiens-polonais soient juifs, la plupart appartiennent à l'Église catholique romaine qui a joué un rôle capital dans la conservation des traditions culturelles polonaises au Canada.

1. Traditions

2. Musiciens d'origine ou d'ascendance polonaise

3. Visiteurs polonais

4. Canadiens en Pologne

1. Traditions. La riche tradition musicale folklorique polonaise est démontrée par l'existence de quelque 40 ensembles de danse, d'instruments et de chant choral. Sauf quelques exceptions (dont le groupe qui participa au festival du CP à Winnipeg en 1928), ces ensembles furent fondés durant les années 1950 et 1960. Des représentations sont offertes lors de célébrations nationales, de réunions sociales et d'événements multiculturels. Les danses favorites sont les krakowiak, polonaise, kujiawiak, mazurka, oberek, troyak et goralski. Habituellement, un spectacle présente une suite de danses d'une région particulière. L'accompagnement est assuré par le piano, l'accordéon, le violon, les tambours, la guitare et la mandoline. Parmi les ensembles canadiens les plus connus se trouvent le Polish « Sokol » Choir de Winnipeg (fondé en 1914 et gagnant du premier prix au Festival mondial de choeurs polonais 1976 à Koszalin, Pologne) et le choeur Podhale de Montréal (fondé en 1965). Le répertoire comprend l'art musical polonais et des chansons folkloriques. En 1975, les archives du Centre canadien d'études sur la culture traditionnelle du Musée national de l'Homme (Musée canadien des civilisations) conservaient 450 chansons de folklore, 51 pièces instrumentales et 5 instruments folkloriques recueillis dans le comté de Renfrew par John Glofcheskie, et en particulier deux précieux instruments folkloriques provenant de Pologne - un petit violon primitif appelé « Mazanki » et une cornemuse d'un montagnard Podhale. En 1973-74, Glofcheskie avait préparé pour le centre une étude intitulée « The Musical folklore of Canada's oldest Polish Community ».

2. Musiciens d'origine ou d'ascendance polonaise. Les Canadiens Walter Buczynski, Victor Feldbrill, Janina Fialkowska, Anna-Marie Globenski, Eugene Kash et John Weinzweig sont d'ascendance polonaise. Les Polonais de naissance qui ont marqué la vie musicale canadienne incluent les pianistes Leo Barkin, Marek Jablonski, Czeslaw Kaczynski (dir. du Cons. de Trois-Rivières et, dans les années 1970, prof. de piano au CMM) et Frédéric Bertozisky (dir. de l'Académie internationale de piano à Montréal); les violonistes Ireneusz Bogajewicz, Ida Haendel et Henri Czaplinski qui enseigna à Harry Adaskin et Ernest Farmer; la basse Zdzislaw Marczynski; les sopranos Alina Brychwa, Maria Geppert et Adelina Czapska qui enseigna à Montréal de 1940 à 1950, notamment à Napoléon Bisson, Marie-José Forgues et Alphonse Ledoux; le baryton Janusz Wolny; les violoncellistes Martin Hoherman qui vécut durant quelque temps à Toronto et à Winnipeg au cours des années 1950, et Julian Tryczynski du Quatuor à cordes Vághy; le pianiste Emanuel Ax des É.-U. que ses parents amenèrent enfant au Canada en 1959, et qui étudia à Winnipeg avec Jean Broadfoot; Czeslaw Gladyszewski, nommé chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique de Sherbrooke en 1973; les chefs de choeur Edward Domanski et Aleksander Charuba; les compositeurs Harry Freedman, Mieczyslaw Kolinski, Peter Paul Koprowski, Herbert Ruff et Boleslaw Szczeniowski (compositeur et ingénieur de Montréal, décédé 1985); et Mateusz Glinski (Varsovie, 1892 - Welland, Ont., 1976), spécialiste de Chopin, professeur invité à l'Assumption College à Windsor, Ont. (1959-65).

Deux sociétés Frédéric-Chopin furent constituées au Canada. La première, la Société Frédéric Chopin au Canada (Québec, 1926-v. 1974), fut fondée par Léo Roy et demeura essentiellement l'entreprise d'un seul homme. La Frederic Chopin Society of Canada, fondée en 1974 à Toronto, présente de la musique de la période romantique dans un style authentique ainsi que de jeunes pianistes canadiens en récital.

La Polish Canadian Music Society, formée à Toronto en 1984, présente des musiques de toutes les époques, de toutes les nationalités, et soutient les artistes et compositeurs de descendance polonaise. En 1991, la société avait sous ses auspices trois ensembles professionnels : l'orchestre de chambre Toronto Sinfonietta (voir Orchestres), le choeur de chambre Musica Antiqua et l'ensemble Continuo. La même année, la société mit sur pied le Polish Choir, un groupe amateur, et amorça une série de récitals de musique et de poésie à la Hart House. Matthew (Maciej) Jaskiewicz (Czestockowa, Pologne, 1943) étudia la musique à Varsovie et s'établit au Canada en 1984. En 1991, il dirigeait les trois plus grands ensembles de la société, de même que l'Oakham House Choir du Ryerson Polytechnical Institute et l'OS de Northumberland.

3. Visiteurs polonais. Au XIXe siècle, plusieurs musiciens polonais se produisirent au Canada. Parmi ceux-ci figurent le violoniste Henryk Wieniawski (1872), la soprano Marcella Sembrich-Kochanska (années 1880), le pianiste Ignace Jan Paderewski (1892), le ténor Wladyslaw Mierzwinski (années 1880) et la basse Edouard de Reszke (années 1890). Au nombre des visiteurs au XXe siècle se trouvent les compositeurs Lucjan Kamienski, Felix Labunski, Witold Lutoslawski et Krzysztof Penderecki; la claveciniste Wanda Landowska; les pianistes Alexander Brailowsky, Halina Czerny-Stefanska, Teresa Garbulinska, Tadeusz Kerner, Witold Malcuzynski, Arthur Rubinstein, Halina Siedzieniewska, Andrzej Wasowski, Krystian Zimerman et la Polonaise-Américaine Ruth Slenczynska; les violonistes Bronislaw Huberman (beau-père de Barbara Pentland), Henryk Szeryng (qui passa une année à Montréal durant les années 1940), Wanda Wilkomirska et Wanda Wierzbicka; le violoncelliste Roman Jablonski; la soprano Teresa Zylis-Gara et le baryton Andrzej Hiolski. Gabriel Chmura (chef d'orchestre de l'OCNA de 1987 à 1990), Pawel Klecki, Kazimierz Kord, Witold Rowicki, Stanislaw Skrowacziwski et le chef de choeur Stefan Stuligrosz ont dirigé au Canada, et en 1974 Kord fut à la tête du TS lors d'une tournée européenne. Les groupes polonais qui se sont produits au Canada incluent les ensembles folkloriques Mazowsze et Slask, l'Orchestre philharmonique de Varsovie (sous la direction de Witold Rowicki), l'orchestre de chambre radiophonique polonais, le choeur d'hommes et de garçons de Poznan, et le choeur de Szczecin qui effectua en 1978 une tournée d'échange avec la Chorale Bach de Vancouver qui s'était rendue en Pologne en 1977. Sous les auspices des JMC, plusieurs jeunes musiciens polonais se sont fait entendre au Canada.

4. Canadiens en Pologne. De façon similaire, de nombreux musiciens se sont produits en Pologne. Bertha Crawford chanta à Varsovie chaque année de 1919 à 1934. Jean-Pierre Ferland, Pauline Julien, Monique Leyrac et Donald Lautrec furent des gagnants du Festival [concours] international de la chanson à Sopot en 1963, 1964, 1965 et 1967 respectivement. En 1975, le pianiste John Hendrickson gagna le troisième prix et un prix spécial de la critique au Concours international de piano Frédéric Chopin à Varsovie. Parmi les autres artistes et ensembles canadiens qui se sont produits en Pologne figurent Marek Jablonski en 1964, Suzanne Shulman et Claude Savard en 1971, Hugh McLean en 1973 et 1975, Maureen Forrester en 1973 et 1976, l'OCNA en 1973, Mario Bernardi en 1975, l'Orchestre de chambre McGill en 1977, le CCMC et le Lyric Arts Trio en 1978, ce dernier dans des compositions de Robert Aitken, Bruce Mather et Paul Pedersen au festival international de musique contemporaine L'Automne de Varsovie, le York Winds, Luba et Ireneus Zuk en 1984, et Michael Strutt en 1987. Joan Patenaude chanta le rôle de Nedda dans I Pagliacci avec l'Opéra d'État à Varsovie en 1977 et y retourna en 1978 pour chanter Madama Butterfly et La Traviata.


Lecture supplémentaire

  • Wrazen, Louise. 'Continuity and change in the music of the Polish Highlanders of Toronto,' CFMJ, 11, 1983

    - 'The "góralski" of the Polish Highlanders: old world musical tradition from a new world perspective,' PH D thesis, University of Toronto 1988

    - 'Traditional music performance among Górale in Canada,' Ethnomusicology, vol 35, Spring-Summer 1991