N―s blancs d'Amérique

N―s blancs d'Amérique (1968) se veut une analyse marxiste de l'histoire du Québec et un programme d'avenir. Le livre se présente sous l'aspect d'une autobiographie écrite par Pierre Vallières pendant qu'il purgeait une peine dans une prison de Manhattan pour ses activités associées au Front du Libération du Québec (FLQ). L’ouvrage présente l’argument que la classe ouvrière canadienne-française est exploitée par le capitalisme et colonisée par les élites anglophones.

N―s blancs d'Amérique (1968) se veut une analyse marxiste de l'histoire du Québec et un programme d'avenir. Le livre se présente sous l'aspect d'une autobiographie écrite par Pierre Vallières pendant qu'il purgeait une peine dans une prison de Manhattan pour ses activités associées au Front du Libération du Québec (FLQ). L’ouvrage présente l’argument que la classe ouvrière canadienne-française est exploitée par le capitalisme et colonisée par les élites anglophones.


Le livre décrit l’enfance de Pierre Vallières marquée par la pauvreté et la frustration à l'époque de Duplessis. Ses parents, de classe ouvrière, habitent Longueuil-Annexe. Pierre Vallières a une carrière en dents de scie : étudiant en philosophie, employé de bureau, postulant franciscain, écrivain. Il est l'ami du poète Gaston Miron et de l'intelligentsia associée à Cité Libre, à Parti Pris et au Devoir. Il parle de sa « conversion » au Marxisme et de sa participation aux activités du FLQ à la suite d'un voyage en France et en Espagne.

Aux yeux de Pierre Vallières, la classe ouvrière du Québec présente les caractéristiques d'un peuple colonisé. Les « n―s blancs » vivent dans une condition qui, selon lui, ne pourra être changée que par une révolution armée. Cette œuvre est révisée et enrichie en 1969 puis traduite en 1971 sous le titre White N―s of America.


En savoir plus // Pierre Vallières