Orchestra London Canada

​L’Orchestra London Canada, également connu sous le nom de London Promenade Orchestra (de 1937 à 1945), de London Civic Symphony Orchestra (de 1945 à 1957) et de London Symphony Orchestra (de 1957 à 1981) devient un des plus grands orchestres de l’Ontario au point d’acquérir un statut professionnel dans les années 1970.

L’Orchestra London Canada, également connu sous le nom de London Promenade Orchestra (de 1937 à 1945), de London Civic Symphony Orchestra (de 1945 à 1957) et de London Symphony Orchestra (de 1957 à 1981) devient un des plus grands orchestres de l’Ontario au point d’acquérir un statut professionnel dans les années 1970. Il commande et interprète les œuvres de compositeurs canadiens de renom tels qu’André Prévost, R. Murray Schafer, Harry Somers et Norman Symonds. Il offre également des concerts pour enfants et crée la London Youth Symphony afin d’appuyer les jeunes talents. Ses directeurs musicaux successifs, outre son fondateur Bruce Sharpe, sont Martin Boundy, Clifford Evens, Alexis Hauser, Uri Mayer, Brian Jackson et différents chefs invités. L’orchestre est aux prises avec des difficultés budgétaires tout au long de son histoire et ferme officiellement ses portes en décembre 2014. Peu de temps après, ses musiciens commencent à jouer au niveau local et adoptent le nom de Musicians of Orchestra London.

Premières années

Le London Promenade Orchestra voit le jour en 1937 sous l’égide de son chef d’orchestre, le violoniste Bruce Sharpe (1914-1987) et joue son premier concert en mars 1937 au H.B. Beal Technical Auditorium. La municipalité de London approuve le nom, mais n’accède pas à la demande de subvention.

L’orchestre est dissous pendant la Deuxième Guerre mondiale, puis se reforme sous la direction de M. Sharpe en 1947. Il n’hésite pas à programmer des compositeurs contemporains, notamment des compositeurs canadiens. Au cours de la saison 1947-1948, l’orchestre présente les œuvres de Barbara Pentland, Gerald Bales et Wayne Barlow. M. Sharpe, las d’assumer fréquemment la responsabilité financière de l’orchestre, démissionne en 1949.

Mandat de Martin Boundy

Après avoir réuni les ressources financières nécessaires, le Kiwanis Club of London propose une réorganisation qui débouche sur la création d’une association symphonique et d’un conseil d’administration. L’orchestre désigne son premier chef professionnel, Martin Boundy, en 1949 et se voit octroyer sa charte civique l’année suivante. Le conseil d’administration lance un ambitieux programme de promotion, notamment la Semaine symphonique. Le premier spectacle du London Civic Symphony Orchestra, après sa réorganisation, a lieu le 24 février 1950, sous la houlette de son chef invité, sir Ernest MacMillan.

Durant le mandat de M. Boundy (de 1949 à 1969), l’orchestre compte peu de musiciens professionnels, mais se fait une place comme l’un des principaux orchestres de l’Ontario. Si M. Boundy échoue à décrocher le statut semi-professionnel pour l’orchestre, il obtient en revanche des subventions du Conseil des Arts du Canada pour les concerts destinés aux enfants et les spectacles donnés dans des centres régionaux. L’orchestre est constitué en société le 25 juin 1957 et prend le nom de London Symphony Orchestra. M. Boundy porte la saison de 4 à 10 concerts par an et organise le premier concert de musique pop de l’orchestre en 1959.

Il met également en place un groupe de jeunes musiciens dans lequel l’orchestre peut puiser. En 1952, la London Police Boys Band fournit cinq des neuf bois et trois cuivres à l’orchestre. En revanche, le recrutement d’instrumentistes à cordes ayant reçu une formation adéquate est bien plus difficile. En 1960, la London Youth Symphony naît, parrainée par le London Symphony Orchestra. Son premier chef est Donald A. McKellar, puis James White lui succède. Pendant la majeure partie des années 1980, l’orchestre est dirigé par Jerome Summers. Edit Haboczki en prend les rênes de 1988 à 1991, avant que M. Summers ne retrouve son poste. À partir de 1967, l’orchestre est composé d’effectifs des programmes de musiques du système scolaire public et séparé, des Départements de musique de l’Université de Western Ontario et de la Royal Canadian Regiment Band.

Le London Symphony Orchestra joue dans le H.B. Beal School Auditorium jusqu’en 1962, date à laquelle elle déménage au Grand Theatre. En 1967, elle investit le Centennial Hall, qu’elle inaugure avec la Neuvième symphonie de Beethoven, joué en compagnie du Conservatory Choir d’Earle Terry.

Mandat de Clifford Evens

Au printemps 1969, M. Boundy prend sa retraite et Clifford Evens devient le directeur musical et chef de l’orchestre, poste qu’il conserve jusqu’en 1979. C’est à cette époque que l’orchestre obtient le statut professionnel et le nombre de concerts croît, tout comme la qualité et le niveau des musiciens.

Le redoublement du niveau d’exigence et les heures prolongées de répétitions entraînent le désistement de certains musiciens. M. Evens saisit cette occasion pour consolider l’orchestre, en particulier les cordes. En 1971, Gwen Thompson devient le violon solo. M. Evens exploite pleinement le programme d’artistes en résidence du Conseil des Arts de l’Ontario (CAO), grâce auquel il obtient le financement conjoint des postes de musicien-enseignant par l’orchestre, l’Université de Western Ontario et le CAO. Il élargit le public de l’orchestre et propose dès 1973 deux grandes séries de concerts : Pops et Symphonie.

Entre 1975 et 1976, le Richard and Jean Ivey Fund fait un don de 100 000 dollars et l’orchestre peut ainsi embaucher 30 musiciens à temps plein. Fort de ce contingent professionnel (qui donne parfois des concerts sous le nom de Sinfonia), l’orchestre peut désormais prétendre aux subventions du Conseil des arts du Canada. La municipalité et le CAO lui allouent aussi davantage de fonds. Au cours de la saison 1975-1976, 40 concerts d’abonnement et autres ont eu lieu, ainsi que 37 concerts dans les environs, soit plus que n’importe quel autre orchestre du Canada. Soixante concerts ont été programmés dans différentes salles pour la saison suivante. Le violoniste suisse Jean Piguet prend la place de violon solo de Gwen Thompson pendant un an, puis est remplacé par Eduard Minevich, de Leningrad (1976-1987). Sinfonia entame une tournée en mars 1977, dans le nord de l’Ontario, au Manitoba et au Michigan, et noue des contrats avec la CBC au cours de la même saison (ces derniers sont ensuite étendus à la totalité de l’orchestre).

Dans les années 70, l’orchestre commande et exécute des œuvres de Peter Clements (Suite grotesque), Peter Paul Koprowski (In memoriam Karol Szymanowski), William Miller (Au bord de la forêt), André Prévost (Chorégraphie IV), Alfred Rosé (Adagio pour violoncelle et orchestre) et Jerome Summers (Images). Au cours de la même période, 25 autres œuvres de compositeurs canadiens, dont Lorne Betts, Claude Champagne, Harry Freedman, Alain Gagnon, Jacques Hétu, Derek Healey, R. Murray Schafer, Harry Somers (2 compositions) et Norman Symonds (3 compositions) sont au programme. Brian Jackson est chef adjoint de 1977 à 1981. Des quelque 60 solistes de cette époque, environ les deux tiers sont canadiens.

M. Evens présente sa démission, qui prend effet à la fin de la saison 1978-1979. Mark Warren, premier administrateur à temps plein depuis 1974, part rejoindre l’Orchestre philharmonique de Hamilton comme directeur général au début de l’année 1979. C’est alors que l’orchestre rencontre à nouveau des difficultés financières, qui trouvent leur origine dans sa croissance rapide et un financement public incertain. Des mesures de réduction des coûts sont prises : Sinfonia passe de 30 à 25 musiciens (ces derniers doivent par ailleurs accepter une baisse de leur salaire) et les saisons ne comptent plus que 32 semaines, contre 36 précédemment. L’orchestre est dirigé provisoirement par Victor Feldbrill.

Mandat d’Alexis Hauser

À l’automne 1981, le violoncelliste, compositeur et chef d’orchestre d’origine viennoise Alexis Hauser est nommé à la tête de l’orchestre, qui prend le nom d’Orchestra London Canada afin de se distinguer de l’Orchestre symphonique de Londres. Le programme, qui comprend des œuvres importantes de Mahler et de Bruckner, en plus de son répertoire habituel, est parfois interprété avec des orchestres voisins, tels que l’Orchestre symphonique de Kitchener-Waterloo. M. Hauser rétablit les niveaux des salaires et porte les effectifs de Sinfonia à 29 musiciens.

En août 1982, Sinfonia et M. Hauser représentent, avec la Société chorale d’Ottawa, le Canada au Festival international de musique et d’architecture de L’Aquila, en Italie. Le 6 février 1986, l’orchestre joue la Huitième symphonie de Mahler en compagnie de six chœurs de London et de l’Orchestre symphonique de Kitchener-Waterloo lors d’un symposium consacré à Mahler. Durant la saison 1986-1987, Orchestra London propose neuf séries d’abonnement, des concerts spéciaux et un festival de Beethoven. En 1987, l’orchestre accueille un nouveau violon solo, Joseph Lanza, d’origine américaine, ancien violon solo de l’Orchestre symphonique de Kitchener-Waterloo.

Les contraintes financières ressurgissent lors de la dernière saison du mandat de M. Hauser (1987-1988) et l’orchestre doit encore une fois se séparer de certains musiciens. Le programme inclut 18 compositeurs canadiens et d’autres œuvres sont commandées à Jack Behrens, Ka Nin Chan, D’Arcy Gray, Gary Kulesha et Alexina Louie.

1988-2014

Uri Mayer est choisi pour succéder à M. Hauser au début de la saison 1988-1989. Au cours des cinq années suivantes, M. Mayer étoffe le répertoire et développe l’expression artistique. Il démissionne à la fin de la saison 1993-1994. En 1996, Mark Laycock devient directeur musical, poste qu’il occupe jusqu’au printemps 1998.

Orchestra London est dépourvu de directeur musical pendant plusieurs années. Simon Streatfeild, ancien alto solo de l’Orchestre symphonique de Vancouver et de l’Orchestre symphonique de Londres, assure les fonctions de conseiller artistique. Brian Jackson, qui dirige l’orchestre depuis 20 ans et est premier chef des concerts Pops, est nommé chef principal invité et conseiller artistique pour la saison du cinquantième anniversaire de l’orchestre (1998-1999). Il est épaulé par 15 chefs invités successifs, qui dirigent l’orchestre tout au long de la saison.

En 2000, peu après une campagne de collecte de fonds qui permet de réunir 330 000 dollars et d’éponger les dettes de l’orchestre, Timothy Vernon devient directeur musical et artistique. Une équipe permanente de 43 musiciens est constituée.

Musiciens d’Orchestra London

Pendant l’été 2014, la deuxième tranche d’une enveloppe de 1 million de dollars initialement destinée à l’orchestre est finalement consacrée par son donateur à la construction d’une nouvelle salle de concert à London. L’orchestre se retrouve donc insolvable et doit fermer ses portes le 16 décembre 2014. Le directeur général, Joe Swan quitte ses fonctions, les bureaux sont vidés et le reste de la saison 2014-2015 est annulé. Le 18 décembre, la municipalité de London refuse d’accorder un prêt d’urgence de 350 000 dollars afin de couvrir les arriérés de salaire accumulés auprès des musiciens et du personnel.

Soucieux de maintenir une présence au niveau local et de prendre leurs distances par rapport à l’équipe de direction de M. Swan, les musiciens de l’orchestre adoptent le nom de Musicians of Orchestra London. Menés par Joe Lanza, ils donnent une série de concerts dans toute la ville pendant l’hiver 2014 et le printemps 2015. Il s’agit notamment de petits récitals dans des lieux publics tels que des bibliothèques, des résidences pour personnes âgées et l’aéroport international de London. Ils accompagnent le London Pro Musica Choir et les Amabile Choirs, ce qui les amène parfois à jouer au Centennial Hall.


Liens externes