Parc provincial Algonquin

Le parc provincial Algonquin (créé le 27 mai 1893, 7723 km2) est le plus ancien parc provincial de l'Ontario et le premier parc provincial établi au Canada.

Algonquin, parc
Le parc est renommé pour sa faune, qui comprend une importante population d'orignaux (Corel Professional Photos).
 Parc provincial Algonquin
Une poste d'observation dans le parc provincial Algonquin. Image: Chantal Gagnon/Historica Canada
Sur la piste dans le parc provincial Algonquin
Lac Opeongo, parc Algonquin
Un jour sombre sur le lac Opeongo dans le parc provincial Algonquin. Image: Chantal Gagnon/Historica Canada
Un jeune orignal
Un castor dans le parc
Un castor dans le parc provincial Algonquin.

Le parc provincial Algonquin (créé le 27 mai 1893, 7723 km2) est le plus ancien parc provincial de l'Ontario et le premier parc provincial établi au Canada. Il est situé à 250 km au nord de Toronto. La région, qui recouvre la pointe sud du bouclier canadien entre la Baie Georgienne et la Rivière des Outaouais, est constituée principalement de granites précambriens rabotés et rainurés par les nappes glaciaires qui se sont retirées il y a 10 000 ans. Le relief vallonné est entrecoupé de nombreuses rivières et parsemé de quelque 2500 lacs qui permettent de gagner l'intérieur par bateau.

Histoire naturelle

Sols pauvres, climat rigoureux et incendies sont autant de facteurs à l'origine d'une repousse forestière variée et changeante associant entre autres pins, sapins, bouleaux et peupliers. Le parc est renommé pour ses loups, mais d'autres espèces y abondent, notamment le chevreuil, l'orignal, l'ours et le raton laveur. On y a recensé environ 240 espèces d'oiseaux dont le geai gris, le tétras des savanes, le tangara écarlate, le moqueur roux et le huart. Les lacs profonds aux eaux froides et pauvres en substances nutritives conviennent tout particulièrement bien à la truite. Cependant, on y trouve aussi de l'achigan à petite bouche, du brochet, du maskinongé et du doré.

Histoire humaine

Les forêts, tout particulièrement les peuplements de pin blanc, ont donné lieu à de l'exploitation extensive dès le début du XIXe siècle. Aujourd'hui, plus de 70 p. 100 des terres du parc font encore l'objet d'une exploitation forestière contrôlée. Récemment, des pressions visant l'aménagement du territoire et les travaux de planification de l'utilisation du parc ont provoqué un important débat public sur la vocation et le statut qu'il conviendrait de lui donner. Beaucoup de recherches y ont été effectuées. Un observatoire astronomique, situé dans le parc, a été fermé en 1987.

Pavillons, terrains de camping, routes panoramiques, sentiers et 1500 km d'itinéraires de canotage sur lacs et rivières comptent parmi les aménagements et attraits du parc. Un nouveau centre pour les visiteurs, comprenant une librairie, un musée et un restaurant, a ouvert ses portes en 1993 dans le cadre des célébrations du centenaire du parc Algonquin.


En savoir plus // Parc Algonquin

Lecture supplémentaire

  • Liz Lundell Algonquin: The Park and Its People(1993).