Perinbam, Lewis

La carrière Lewis Perinbam dans le développement international est profondément influencée par la mort de son père.

Perinbam, Lewis

Perinbam, Lewis

Lewis Perinbam, leader en développement international ayant fait carrière dans la fonction publique (Johor Bahru, Malaya [devenue la Malaisie], 11 mai 1925; Vancouver, Colombie-Britannique, 12 décembre 2007). Lewis Perinbam quitte la Malaisie alors qu'il est encore enfant pour recevoir son éducation à Glasgow, en Écosse. Il étudie l'ingénierie à l'Université de Glasgow, puis immigre au Canada en 1953. Durant toute sa carrière, il appuie le rôle du Canada dans le développement international par son implication auprès de plusieurs organisations et il encourage les universitaires et les politiciens à s'impliquer dans le développement des nations.

La carrière Lewis Perinbam dans le développement international est profondément influencée par la mort de son père. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le père de Perinbam, qui était médecin, est accusé d'avoir caché des citoyens britanniques dans son hôpital et il est exécuté par des soldats japonais après avoir été forcé de creuser sa propre tombe. Cet événement tragique a fourni à Perinbam la motivation nécessaire pour travailler à faire de notre monde un endroit où il fait bon vivre.

Après avoir terminé ses études, Lewis Perinbam travaille avec le Haut-Commissariat de l'Inde jusqu'à sa venue au Canada, où il devient le directeur international de l'Entraide universitaire mondiale. Il connaît une longue et éminente carrière dans la fonction publique fédérale canadienne, ce qui le mène à travailler auprès de diverses organisations internationales, notamment la Banque mondiale et l'UNESCO ainsi que des organisations non gouvernementales (ONG) et du secteur privé. Perinbam a été le premier secrétaire général de la Commission nationale canadienne pour l'UNESCO, directeur général fondateur du Service universitaire canadien outremer et directeur général de l'Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC). Il est représentant de la Banque mondiale auprès des Nations Unies et auprès des institutions spécialisées des Nations Unies en Europe.

En 1969, il se joint à l'AGENCE CANADIENNE DE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL (ACDI). Vice-président de l'organisation pendant 17 ans, Perinbam propose la création d'une organisation non gouvernementale de l'ACDI et de programmes de coopération industrielle, les premiers du genre à l'échelle mondiale, et il lance de nombreuses initiatives visant le secteur privé, les ONG ainsi que les secteurs institutionnels dans le développement international. Il dirige des délégations du gouvernement canadien à l'occasion de plusieurs rencontres internationales et travaille à titre de conseiller auprès des Nations Unies, du secrétariat du Commonwealth à Londres ainsi qu'à la National Academy of Sciences, à Washington, DC. En 2000, il préside le Groupe de travail sur les minorités visibles dans la fonction publique fédérale, qui développe un plan détaillé afin de rendre la fonction publique plus représentative de la société canadienne. En 2002, le premier ministre Jean Chrétien le nomme membre du Conseil des gouverneurs du Centre canadien de gestion pour un mandat de trois ans.

Lewis Perinbam travaille également auprès d'organisations communautaires et civiles. Après avoir pris sa retraite de l'ACDI, il s'installe à Vancouver et se consacre à aider le COMMONWEALTH OF LEARNING (COL) grâce à ses nombreux contacts et à son réseau international. À partir de 1991, il est conseiller spécial auprès des deux premiers présidents du COL et il est président du Conseil des gouverneurs de 2003 jusqu'à son décès, en décembre 2007.

Les contributions Lewis Perinbam à l'échelle nationale et internationale sont largement reconnues. Il a reçu des doctorats honorifiques de l'Université de Calgary, de l'Université York, de l'Université du Québec à Montréal, de l'Université Brock, de l'Université St. Mary's et de l'Université de Victoria. En 1986, l'Entraide universitaire mondiale du Canada crée le prix annuel Lewis Perinbam. Il reçoit le Sir Edmund Hillary Humanitarian Award en 2001 et la médaille du Jubilé de la Reine en 2002. Il devient Officier de l'Ordre du Canada en 1998.


Lecture supplémentaire

  • Lewis Perinbam, North and South: Towards a New Interdependence of Nations (1983).