Pianos, fabrication de

Vers 1698, en Italie, Bartolomeo Cristofori commence à fabriquer des clavecins avec des marteaux qui frappent les cordes plutôt que des sautereaux qui pincent les cordes.

Pianos, fabrication de

Vers 1698, en Italie, Bartolomeo Cristofori commence à fabriquer des clavecins avec des marteaux qui frappent les cordes plutôt que des sautereaux qui pincent les cordes. Son projet est de créer un instrument qui produirait une plus grande diversité de sonorités, avec à la fois un son doux (piano) et un son fort (forte). La nouvelle de son invention se répand en territoire de langue allemande où des fabricants comme Johannes Zumpe ont créé un instrument semblable, mais à partir du cadre du clavicorde rectangulaire, un autre instrument à clavier qu'on retrouve souvent dans les maisons à cette période. Ces "pianos carrés" se répandent progressivement en Angleterre où, dès 1750, Zumpe fonde un atelier avec d'autres Allemands. Comme il coûte trois fois moins cher qu'un clavecin et comme les fabricants commencent à en produire beaucoup, posséder son propre instrument à clavier devient un symbole de « noblesse et de distinction ».

Au Canada, les premiers pianos-forte sont importés par Frederick Glackemeyer en 1788. Rapidement, on en importe de plus en plus, soit de la forme du clavecin, appelé maintenant piano à queue, soit de forme carrée, qui prend moins de place. Dès 1789, dans des villes comme Halifax, Québec et Montréal, des musiciens offrent souvent leurs services en tant que professeurs de piano ou accordeurs. Au Canada, le tout premier fabricant de pianos-forte, Friedrich Hund, un immigrant allemand, en commence la fabrication à Québec vers 1816.

À la différence des autres instruments de musique, le piano emprunte différentes formes, même une fois que son registre de tons est bien établi au XIXe siècle, habituellement plus de sept octaves avec un assortiment de 88 clés différentes. L'engouement pour cet instrument pousse de nombreux Canadiens à se lancer dans sa fabrication. Mead, Mott & Co de Montréal est une entreprise active de 1827 à 1853. En 1851, il existe trois fabricants à Québec, dix à Montréal et quatre à Toronto; ce sont des entreprises ou des particuliers. Par la suite, on crée plus de 240 modèles différents de piano au Canada, dans les centres situés dans tout le Canada, des Provinces Atlantiques à Victoria en Colombie-Britannique. Des pianos sont transportés par bateaux de York vers les forts de la Compagnie de la Baie d'Hudson, par chariot de la Rivière Rouge dans les Prairies ou à dos de mules pour traverser les montagnes des régions de la ruée vers l'or, le Cariboo et le Klondike.

piano and Organ Company of Guelph (1864-1934), HEINTZMAN AND CO LTD, (v. 1866-1982), Lesage Piano Ltée (1891-1986), Nordheimer Piano & Music Co (1886-1927), Mason & Risch Co (1871-1972) et R.S. Williams & Sons (v. 1873-1932). Après avoir surmonté la Crise de 1929, puis l'importation de pianos du Japon et de la Corée à la fin du XXe siècle, la Sherlock-Manning Piano Co est la dernière entreprise de fabrication de pianos en activité au Canada. Fondée à Clinton, en Ontario en 1890, elle déclare faillite en 1988 mais, grâce à différents bailleurs de fonds, l'entreprise continue à fabriquer des pianos sous le nom de Sherlock Manning jusqu'à sa fermeture définitive en 1995. On affirme que 30 000 pianos ont été fabriqués au Canada avant 1912. Quel qu'en soit le nombre, le piano Heintzman a été considéré comme le meilleur des pianos fabriqués au XXe siècle.

Des milliers de pianos ont été construits et vendus au Canada. De nombreux amateurs de musique veulent apprendre à en jouer. Beaucoup de musiciens tirent leur principal revenu des leçons qu'ils donnent. Parmi eux se trouvent des pédagogues de renom tels que Boris Berlin, Gladys Egbert, Alberto Guerrero, Lyell Gustin, Yvonne Hubert, May Kelly Kirby, Lubka Kolessa, Germaine Palepart et J.D.A. Tripp.

De nombreux Canadiens sont devenus des pianistes célèbres. Au XIXe siècle, Harry Field et Salomon Mazurette effectuent une grande carrière internationale. Au début du XXe siècle, Ellen Ballon, Gertrude Huntly Green, André MATHIEU et le duo de pianistes Bouchard et Morisset suivent leur trace. Glenn GOULD est le pianiste de concert le plus influent en musique classique et Oscar Peterson en jazz. Nombre de pianistes canadiens de talent continuent à faire leur marques, notamment Janina FIALKOWSKA, Marc-André HAMELIN, Angela HEWITT, Jon Kimura PARKER, Angela CHENG et André Laplante qui ont formé ensemble Piano Six et qui se produisent moyennant un prix modique dans des villes canadiennes chaque année. On note aussi Jane COOP, Anton KUERTI, Louis LORTIE, Naida COLE et Oliver JONES.

Voir aussi MUSIQUE, INSTRUMENTS DE.


Lecture supplémentaire

  • Wayne Kelly, Downright Upright: A History of the Canadian Piano Industry (1991); Encyclopedia of Music in Canada (1992)

Liens externes