Plantes, classification des

La classification populaire répartit les êtres vivants soit dans les végétaux (voirPLANTES) ou les ANIMAUX ou, parfois, dans les microbes. La classification scientifique a suivi pendant longtemps un système semblable, avec deux règnes principaux : le règne végétal et le règne animal.

Plantes, classification des

La classification populaire répartit les êtres vivants soit dans les végétaux (voirPLANTES) ou les ANIMAUX ou, parfois, dans les microbes. La classification scientifique a suivi pendant longtemps un système semblable, avec deux règnes principaux : le règne végétal et le règne animal. Selon cette classification, les végétaux et organismes semblables (p. ex. les champignons, les algues) étaient ceux sans organes sensoriels complexes et organes de locomotion, capables soit de produire leur propre nourriture à partir d'éléments minéraux ou de l'absorber directement de leur environnement immédiat. Ce système est dépassé. Actuellement, les biologistes classent généralement les êtres vivants en cinq règnes : les monères, les protistes, les CHAMPIGNONS, les végétaux, et les animaux. Ces règnes forment eux-mêmes des super-règnes : les procaryotes et les eucaryotes. Les procaryotes sont des organismes unicellulaires dont la matière nucléaire n'est pas délimitée par une membrane (les monères). Les eucaryotes sont composées de cellules à noyau enveloppées d'une membrane (les quatre autres règnes). Donc, les véritables végétaux sont des eucaryotes multicellulaires, qui contiennent des pigments responsables de capter l'énergie de la lumière, ont des parois cellulaires rigides et peuvent se reproduire sexuellement.

Il existe probablement quelque 600 000 espèces de végétaux et organismes semblables, et on a besoin d'un système de classification pour organiser cette diversité. Des spécialistes en classification des êtres vivants (systématiciens ou taxonomistes) ont mis au point un système hiérarchique pour classer les organismes en groupes de plus en plus généralisés, selon des caractéristiques communes. Le super-règne est le groupe le plus général et se divise par ordre décroissant jusqu'au niveau des espèces. Les espèces peuvent se subdiviser en sous-espèces, variétés et formes. L'érable à sucre est donc classé comme suit : super-règne, Eukaryota; règne, Plantae; division, Spermatophytes; sous-division, Angiospermes; classe, Dicotyles; sous-classe, Dialipetales; ordre, Térébinthales; famille, Aceraceae; genre, Acer; espèce, Acer saccharum Marsh.

Le nom des espèces, toujours composé en deux mots, donne le nom du genre (ici, Acer) accolé à une épithète de spécificité (ici, saccharum). La désignation des espèces est suivie du nom, en général abrégé, de la première personne qui a nommé l'espèce en question : pour l'érable à sucre, c'est le botaniste américain, Humphrey Marshall (1722-1801). La dénomination des végétaux obéit à un ensemble de règles (p. ex. les noms scientifiques doivent être en latin) qui régissent le Code international de la nomenclature botanique. La classification des êtres vivants n'est pas fixe; on la modifie et on l'améliore par les recherches. La classification moderne dépend, entre autres, de données de la CHIMIE, de la BIOCHIMIE, de la cytologie, de la PALÉONTOLOGIE, de la BIOLOGIE MOLÉCULAIRE et de l'embryologie, ainsi que des détails anatomiques et morphologiques traditionnels. Elle essaie de bâtir un système qui reflète l'évolution des végétaux et leurs rapports entre eux.

Voir aussiALGUE; ALGUE BLEU-VERT; BIOTECHNOLOGIE; BOTANIQUE; LYCOPODES; MOUSSE; CHAMPIGNONS ET VESSES-DE-LOUP; HÉPATIQUE; VÉGÉTATION, RÉGIONS DE.


En savoir plus

Lecture supplémentaire

  • Lyman Benson, Plant Classification (1979); H.J. Scoggan, The Flora of Canada, 4 vols (1978).