Queen's Plate

Dès les premières années, les politiciens exercent des pressions pour que la course ait lieu dans leur circonscription.

Wilson, Emma-Jayne
 Piste de courses de Woodbine
Toronto, lieu où se dispute le Queen's Plate (avec la permission de la Commission canadienne du tourisme).
Northern Dancer
Northern Dancer avec son propriétaire, E. P. Taylor et son jockey, Bill Hartack, après avoir remporté la course Queen's Plate en 1964 (avec la permission du Temple de la renommée des sports du Canada).

Queen's Plate

La course du Trophée de la reine (Queen's Plate) est une course stake pour chevaux pur-sang. La première course a lieu le 27 juin 1860 à la piste de course Carleton de Toronto. L'hippodrome a été construit sur le domaine de William Conway Keele, là où le Toronto Turf Club avait établi ses quartiers. En 1859, la course avait reçu la sanction royale de la reine Victoria. Pour assurer son maintien pendant la Première Guerre mondiale, les 59e et 60e courses sont organisées, en 1918 et en 1919, en tant que concours hippiques de la Croix-Rouge à Toronto et sont les seules à avoir lieu ces deux années. Elle devient ainsi la plus vieille course stake ininterrompue du continent. (Le Derby du Kentucky a été inauguré en 1875.)

Dès les premières années, les politiciens exercent des pressions pour que la course ait lieu dans leur circonscription. Elle a lieu en Ontario, dans les villes de Toronto, Guelph, St Catharines, Whitby, Kingston, Barrie, Woodstock, Picton, London, Hamilton et Ottawa, avant que Toronto n'en devienne le lieu permanent, en 1883, avec l'approbation de la reine. À ses tout débuts, l'ambiance de la course ressemble à celle d'une foire agricole. Deux ou trois épreuves éliminatoires, ou essais, se déroulent afin de choisir un gagnant. On prétend que la course attire un public de bagarreurs et des accusations de truquage de courses sont portées.

Jusqu'en 1902, année suivant la mort de la reine Victoria, la course s'appelle la Queen's Plate, puis devient la King's Plate (en l'honneur d'Édouard VII) pour finalement redevenir la Queen's Plate, après l'accession au trône d'Elizabeth II en 1952. Le premier monarque régnant à assister à la course est George VI (accompagné de son épouse, la reine Elizabeth). En effet, en 1939, ils assistent à la course qui se tient à l'hippodrome Woodbine, à Toronto. En 1959, Elizabeth II et le prince Philip assistent à la centième course. Jusqu'en 1944, seuls les chevaux élevés en Ontario peuvent participer à la course, mais à partir de cette date, les chevaux de trois ans élevés ailleurs au Canada sont aussi admis. La distance de la course varie entre 1,6 km et 3,2 km jusqu'en 1957, où elle est fixée à 2 km. En 1960, Victoria Park, le cheval de E.P. TAYLOR, enregistre le record de course en franchissant la distance en 2 min 2 s. Des gagnants comme le renommé NORTHERN DANCER, en 1964, et l'Enjôleur, en 1975, n'arrivent pas à égaler cette marque. En 1990, Izvestia bat finalement le record grâce à un chronomètre de 2 min 1 s 4. Depuis 1959, la course constitue le premier joyau des séries de la triple couronne au Canada. Après avoir remporté la course du Trophée de la reine, New Providence (1959), Canebora (1963), With Approval (1989), Izvestia (1990) et la pouliche Dance Smartly (1991) ont gagné les deux autres courses de la triple couronne : la Prince of Wales Stakes et la Breeders Stakes.

La famille Seagram de Waterloo détient le record du plus grand nombre de courses du Trophée de la reine remportées; 20 victoires entre 1891 et 1935. E.P. Taylor occupe le deuxième rang avec ses chevaux de la Windfields Farm, qui ont gagné 11 courses. Des femmes marquent également l'histoire de la course du Trophée de la reine : en 2006, Josie Carroll mène à la victoire le cheval qu'elle a entraîné, Edenwold. La même année, Emma-Jayne WILSON, jockey du cheval Mike Fox, devient la première femme à remporter cette course.

Le trophée était bel et bien une assiette autrefois, mais elle a été remplacée par une coupe en or. Les gagnants de la course du Trophée de la reine remportent une bourse de 50 guinées de la part du monarque. Cependant, la petite bourse mauve ne contient pas des guinées mais plutôt des souverains, la frappe de guinées ayant été abandonnée par George III, dont l'ancêtre, George I, est à l'origine de l'institution de ce cadeau royal, tradition qui existe encore aujourd'hui.


Liens externes