​Accidents ferroviaires

Les accidents ferroviaires résultent de causes variées, comme une mauvaise conception de la plateforme de la voie, la fatigue du métal, un incendie, une défaillance des rails, une erreur humaine ou la fragilité d’un pont.

Les accidents ferroviaires résultent de causes variées, comme une mauvaise conception de la plateforme de la voie, la fatigue du métal, un incendie, une défaillance des rails, une erreur humaine ou la fragilité d’un pont. Le pire accident ferroviaire canadien s’est produit en 1864 à Saint-Hilaire, au Québec. On estime qu’il a tué 99 personnes. Cet article présente chronologiquement les plus importants accidents ferroviaires de l’histoire du Canada. (Voir aussi Bridge Disasters, Highway Disasters.)

Accidents ferroviaires notables

Un mois après la mise en service de la Great Western Railway en 1854, six passagers trouvent la mort près de London et sept autres, près de Thorold, en Ontario. Puis, le 27 octobre 1854 à Baptiste Creek, à 24 km à l’ouest de Chatham, en Ontario, un train transportant du gravier entre en collision avec un express qui a 7 heures de retard. L’accident, qui fait 52 morts et 48 blessés, est alors la pire tragédie ferroviaire à survenir en Amérique du Nord. Cependant, peu de temps après, il est déclassé lorsqu’un train de passagers de la Great Western Railway tombe d’un pont de bois suspendu près de Hamilton, en Ontario, le 12 mars 1957. Un axe de roue brisé fait dérailler le train qui, dès lors, détruit le pont. La chute du train dans le canal Desjardins tue 60 personnes.

Toutefois, l’accident ferroviaire le plus mortel a lieu à Saint-Hilaire, au Québec, le 29 juin 1864, à 1 h 10. Un train du Grand Trunk, avec à son bord 458 passagers, principalement de nouveaux immigrants allemands et polonais, ne parvient pas à s’arrêter devant un pont tournant sur la rivière Richelieu. Le train plonge, et les wagons s’entassent les uns sur les autres. On dénombre 99 morts et 100 blessés.

Un acte de sabotage est peut-être en partie responsable d’un accident près de Yamaska, au Québec, le 28 septembre 1875, lorsqu’un train déraille à cause de lourdes billes qui encombrent la voie, tuant 10 personnes; alors qu’un rail brisé est à l’origine du déraillement d’un train de passagers du Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP) à l’ouest de Sudbury, en Ontario, le 21 janvier 1910, qui tue 43 personnes.

Le 27 décembre 1942, 36 personnes perdent la vie dans la collision de deux trains du CFCP à Almonte, en Ontario : l’un transporte des troupes de la base militaire de Petawawa, l’autre, des vacanciers. Après l’accident, on retrouve le cadavre du conducteur du train des troupes dans la rivière Rideau, apparemment mort par suicide.

Plusieurs accidents surviennent parce que l’équipe du train ne prend pas la voie d’évitement pour laisser passer un train de sens contraire. En effet, le 1er septembre 1947, 31 personnes trouvent la mort à Dugald, au Manitoba, et, le 21 novembre 1950, 21 personnes perdent la vie à Canoe River, en Colombie‑Britannique, à la suite d’une telle erreur. La collision frontale entre un train de marchandises et un train de passagers de Via Rail près de Hinton, en Alberta, le 8 février 1986, qui tue 23 personnes, est aussi causée par une erreur humaine similaire : les opérateurs négligent les dispositifs de sécurité automatiques.

En termes de mortalités, le quatrième pire accident ferroviaire survient à Lac-Mégantic, le matin du 6 juillet 2013. La veille, un train de la Montreal, Maine & Atlantic, voyageant du Dakota du Nord à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, s’arrête à Nantes, au Québec. Il transporte 7,7 millions de litres de pétrole brut. En raison d’une combinaison de facteurs, dont une sous‑utilisation des freins à main et une trop grande dépendance aux freins pneumatiques, le train sans conducteur se remet en route vers 1 h en direction de Lac-Mégantic, à environ 12 km à l’est de Nantes, puis déraille au centre de la ville. Il déverse alors son chargement de pétrole brut, et cause des feux et des explosions qui tuent 47 personnes.


En savoir plus

Liens externes