Alfred Rosé

Alfred (Eduard Emmerich) Rosé, chef d'orchestre, compositeur, pianiste, musicothérapeute (né le 11 décembre 1902 à Vienne, naturalisé canadien en 1955; décédé le 7 mai 1975 à London, Ont.). Sa mère était la soeur de Gustav Mahler.

Alfred Rosé

Alfred (Eduard Emmerich) Rosé, chef d'orchestre, compositeur, pianiste, musicothérapeute (né le 11 décembre 1902 à Vienne, naturalisé canadien en 1955; décédé le 7 mai 1975 à London, Ont.). Sa mère était la soeur de Gustav Mahler.

Rosé étudia le piano, surtout avec Richard Robert, et les matières théoriques avec Franz Schmidt, Arnold Schoenberg et Karl Weigl puis devint chef d'orchestre adj. et répétiteur à l'Opéra d'État de Vienne (1922-27). À cette époque, il effectua aussi une tournée européenne comme pianiste avec le Quatuor à cordes Rosé fondé par son père, le violoniste Arnold Rosé. Il fut dir. mus. des festivals Calderon au Burgtheater de Vienne (1923-24) et au théâtre Max Reinhardt de cette ville. Après trois années à Berlin, il revint à Vienne où il dirigea au Volksoper et enseigna au Volkskonservatorium (1932-38). Établi à Cincinnati en 1938, il fut prof. de piano et de matières théoriques ainsi que répétiteur et chargé de cours jusqu'en 1948.

En 1946, il anima un atelier lyrique d'été au Western Cons. of Music à London, Ont. Deux ans plus tard, il se fixa dans cette ville pour enseigner à l'Université de Western Ontario. À sa retraite en 1973, l'établissement lui décerna le titre de prof. émérite. Rosé devint o. m. c. à l'église Saint Martin's en 1950. Pionnier en musicothérapie, il mis sur pied des programmes au Westminster Hospital en 1952 et au London Psychiatric Hospital en 1956.

Les années 1920 et 1930 représentent sa principale période active comme compositeur. Parmi ses nombreuses mélodies, 10 furent publiées en Autriche (1927-28, Doblinger, Krämer). Son Adagio pour violoncelle et orchestre (1941) fut créé en 1974 à London. La Sonate en la pour piano (1936) et Tryptichon pour grand orchestre (1937) sont au nombre de ses oeuvres de plus grande envergure.

Sa proche parenté avec Mahler et son abondante collection de partitions et de lettres (ces dernières se trouvent actuellement à l'Université de Western Ontario) constituent une source de documentation intéressante pour les chercheurs.


Lecture supplémentaire

  • Alfred Rosé, 'From Gustav Mahler's storm and stress period,' CMJ, vol 1, Winter 1957

    - et al. 'Music therapy at Westminster Hospital,' Mental Hygiene, vol 43, Jan 1959