Rush

Rush. Trio rock formé à Toronto en 1968 par le guitariste Alex Lifeson (né Zivojinovich, Fernie (C.-B.), 27 août 1953), le chanteur, bassiste et (plus tard) claviériste Geddy Lee (né Gary Lee Weinrib, Toronto, 29 juillet 1953) et le batteur John Rutsey (1953 --Toronto, 11 mai 2008).

Rush

Rush. Trio rock formé à Toronto en 1968 par le guitariste Alex Lifeson (né Zivojinovich, Fernie (C.-B.), 27 août 1953), le chanteur, bassiste et (plus tard) claviériste Geddy Lee (né Gary Lee Weinrib, Toronto, 29 juillet 1953) et le batteur John Rutsey (1953 --Toronto, 11 mai 2008). À l'origine, le groupe joue des chansons reprises de divers groupes américains et britanniques. Puis, en 1969-1970, il commence à écrire ses propres chansons en s'inspirant du style « proto-heavy metal » du groupe Led Zeppelin. La voix de contre-ténor au timbre perçant et aigu de Lee et les riffs au style mélodieux joués par Lifeson sur sa guitare électrique constituent la marque de commerce de Rush des années 1970 et du début des années 1980.

Le trio joue dans des écoles secondaires et des clubs en Ontario avant d'enregistrer son premier disque éponyme en 1973 et de le lancer par la suite au Canada en janvier 1974 sous sa propre étiquette, Moon. Le batteur-parolier Neil Peart (Hamilton, Ont., 12 septembre 1952) remplace Rutsey juste avant que le trio signe avec Mercury Records et qu'il entreprenne sa première tournée aux États-Unis au milieu de 1974. La fascination de Peart pour la littérature anglo-américaine (récits de voyage et de science-fiction) et pour les écrits d'Ayn Rand s'exprime dans certaines chansons de 1975 à 1982. À la même époque, lorsqu'il produit des pièces avec Terry Brown, le trio ajoute des éléments de rock progressif (variations de mesures complexes et virtuosité) à son style de base, le heavy métal, mais plus tard son style évolutif est également composé d'éléments de post-punk, de synth-rock et de rock alternatif.

De 1974 à 1976, le groupe se produit aux États-Unis en première partie de Kiss, d'Aerosmith et d'autres groupes de hard-rock, mais en 1975 et 1976, il commence à tenir la vedette au Canada et aux États-Unis. À la fin de la décennie, il se produit la plupart du temps dans des arénas sportifs et des stades extérieurs, par exemple le Maple Leaf Gardens ou le Grandstand de la Canadian National Exhibition et leurs équivalents aux États-Unis (comme le Madison Square Garden ou le Nassau County Coliseum). Rush effectue sa première tournée européenne en 1977, puis retourne en Europe en 1981, 1983, 1988, 1992, 2004 et 2007. Il se rend au Japon en 1984, au Mexique et au Brésil en 2002 et à Puerto Rico en 2008. À ses débuts, le trio joue plus de 200 fois par an (souvent devant des auditoires moins nombreux) mais, lors d'une dizaine de tournées qu'il fait de 1980 à 2004, le groupe présente en moyenne soixante-dix spectacles par tournée devant des auditoires plus nombreux. En 1990, il donne 70 concerts. Lors de ses tournées, sa première partie est assurée par des groupes canadiens tels que April Wine, Chilliwack, Max Webster, the Pat Travers Band, Streetheart, Payola$, Tom Cochrane and Red Rider, Wrabit, FM, Chalk Circle et Voivod ainsi que par de nombreux groupes américains et britanniques.

Le trio doit son succès principalement à ses 30 disques lancés de 1974 à 2005 et vendus à plus de 43 millions d'exemplaires dans le monde entier, de même qu'à ses concerts. Le disque le plus vendu du groupe (et sans doute le meilleur), Moving Pictures (1981), est vendu à plus de quatre millions d'exemplaires aux États-Unis. Les trois musiciens, Peart en particulier, sont admirés pour leur technique, dont ils font étalage surtout en concert. Ils réalisent également des projets solos dans les années 1990. Peart écrit plusieurs livres, dont Ghost Rider: Travels on the Healing Road (2002), après la mort de sa fille en 1997 et de sa femme en 1998. Le groupe connaît un succès modeste au palmarès des 40 plus grands succès canadiens et « New World Man » (1982) est le seul succès de Rush qui figure au palmarès des 40 plus grands succès aux États-Unis. Toutefois, « Working Man » et « In the Mood » (1974), « Fly by Night » et « Lakeside Park » (1975), « Closer to the Heart » (1977), « The Spirit of Radio » (1980), " Limelight » et « Tom Sawyer » (1981), « Subdivisions » (1982), « The Big Money » (1985), « Show Don't Tell » et « The Pass » (1989), « Roll the Bones » (1991), « Nobody's Hero » (1993), « Test for Echo » (1996), « One Little Victory » (2002) et « Far Cry » (2007) connaissent toutes d'appréciables succès en tant que chansons d'albums de musique rock au Canada et aux États-Unis. Rush est également connu pour la qualité de sa musique (1975-1981), en particulier dans « By-Tor & The Snow Dog », « 2112 », « Xanadu », « Cygnus X-1 », « Hemispheres » ainsi que dans les pièces instrumentales « La Villa Strangiato » et " Natural Science ». Le groupe délaisse toutefois les longues pièces musicales de 1982 à 2002. Parmi les pièces de Rush dignes de mention nommons : « Anthem » et « Bastille Day » (1975), « Something for Nothing » (1976), « The Trees » (1978) et « Freewill » (1980), « Red Barchetta » et « YYZ » (1981), « Red Sector A » (1984), « Time Stand Still » (1987), « Dreamline » (1991) et « Stick It Out » (1993).

Le groupe de fans inconditionnels de Rush est composé en partie de milliers de musiciens (amateurs et professionnels), allant de batteurs de rock progressif et de hard rock, de bassistes et de claviéristes à des violonistes de musique classique en passant par des guitaristes et des chanteurs de death métal. Quatre disques rendant hommage à Rush et mettant en relief tous ces styles musicaux sont lancés de 1996 à 2005. Malgré l'engouement de ses fans, les critiques musicaux du rock émettent, au mieux, des commentaires nuancés concernant le groupe. Toutefois, Rush reçoit de nombreux prix de l'industrie de la musique canadienne, dont le prix Juno du meilleur nouveau groupe en 1975 et celui du meilleur groupe de l'année en 1978 et 1979. Il reçoit aussi le prix Juno inaugural du meilleur disque hard rock/métal de l'année en 1991 pour Presto (1989) suivi de Roll the Bones dans la même catégorie en 1992 et le prix Juno du meilleur DVD de l'année pour Rush in Rio (2004). En 1990, l'Association de l'industrie canadienne de l'enregistrement désigne Rush, de même que Bryan Adams et k.d. lang, « artistes de la décennie ». Le groupe se produit au concert géant Toronto Rocks pour la prévention du SRAS (2003) et au concert-bénéfice Canada for Asia pour les victimes du tsunami en 2005. Rush est intronisé au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2010.

Rush semble susciter un nouvel intérêt à l'aube de la nouvelle décennie et le DVD de sa tournée triomphale organisée autour de son album certifié disque d'or, Snakes & Arrows, est en course pour un prix Juno en 2010. L'excellent documentaire Rush: Beyond The Lighted Stage remporte un Juno en 2011 et le DVD Rush: Time Machine 2011: Live in Cleveland est en nomination en 2012. Le groupe effectue une tournée ambitieuse pour son album de 2012 Clockwork Angels, qui se classe aussitôt en tête des ventes au Canada et numéro deux aux États-Unis. Une novélisation de l'album par l'auteur de science fiction Kevin J. Anderson est publiée la même année, et toujours en 2012, Rush reçoit le Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle dans la catégorie Prix de la réalisation artistique.

Beaucoup pensent que cela aurait dû se faire depuis longtemps, mais Rush est finalement intronisé au Temple de la renommée du rock and roll en 2013, après avoir vendu plus de 40 million d'albums dans le monde et après s'être produit devant des millions de personnes lors de nombreuses tournées très rentables. Les chiffres des ventes de Rush placent le groupe au troisième rang derrière les Beatles et les Rolling Stones en nombre consécutif d'albums studio de groupe rock devenus disques d'or ou de platine aux États-Unis.


Sélection de la musique de Rush

Liens externes