Seigle

Seigle est le nom commun donné aux espèces du genre Secale, membres de la famille des graminées (Gramineae), et aux CÉRÉALES produites par ces espèces. Le seigle occupe le deuxième rang derrière le BLÉ parmi les grains qui entrent dans la fabrication du pain.

Seigle

Seigle est le nom commun donné aux espèces du genre Secale, membres de la famille des graminées (Gramineae), et aux CÉRÉALES produites par ces espèces. Le seigle occupe le deuxième rang derrière le BLÉ parmi les grains qui entrent dans la fabrication du pain. Ce sont d'ailleurs les seules céréales qu'on peut utiliser pour faire du pain à pâte levée. Il existe des espèces annuelles de seigle et des espèces vivaces, mais seule la S. cereale est importante sur le plan économique. Elle se classe huitième parmi les principales cultures céréalières du monde. Le seigle d'hiver, semé au début de l'automne, est beaucoup plus répandu que le seigle d'été.

Les principaux producteurs de seigle sont l'Union européenne, la Russie, le Belarus et l'Ukraine, qui produisent respectivement 53, 25, 9 et 5 p. cent de la production mondiale. Le Canada produit environ 2 p. cent de la production mondiale de grain de seigle, alors que les États-Unis en produisent approximativement 1 p. cent. Environ 50 p. cent de la production canadienne de seigle est exportée, principalement sous forme de grain et de produits à base de seigle, ces derniers en quantités très négligeables. On utilise en moyenne 30 p. cent du seigle pour le marché des aliments du bétail, 7,5 p. cent pour l'industrie du BRASSAGE et du maltage, 5 p. cent pour la fabrication du pain et de produits alimentaires pour le petit déjeuner et 5 p. cent pour les semences.

Le seigle provient sans doute d'Asie mineure et s'est répandu dans toute l'Europe en tant que contaminant du blé, auquel il ressemble. Il a été amené en Amérique du Nord par les immigrants européens. Il a également été importé à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle par les organismes gouvernementaux à l'occasion de programmes visant à créer des cultivars adaptés aux conditions climatiques du Canada.

Le grain de seigle est porté par un épi terminal de 10 à 15 cm de long. Les épillets disposés en alternance produisent deux grains. Les grains sont généralement bleu verdâtre, mais peuvent se présenter sous une couleur allant du bronze clair au brun foncé, selon le cultivar. En Amérique du Nord, le seigle sert principalement à nourrir les animaux. Dans les prairies semi-arides, une bonne partie de la culture est gardée en pâturage ou récoltée en vue de constituer des réserves de fourrage pour le bétail. Les produits de boulangerie à base de seigle entier comptent parmi les meilleures sources de fibres alimentaires pour les humains.

La maladie la plus grave du seigle est l'ergot [causée par Claviceps purpurea (Fr.) Tul.]. Les alcaloïdes présents dans l'ergot peuvent être la cause d'avortements et de gangrène chez les mammifères, et des précautions doivent être prises lorsqu'on utilise du seigle contenant de l'ergot dans le fourrage pour le bétail. Au cours des dernières années, la fusariose {causée par Fusarium graminearum Schwaub, Groupe II [téléomorphe Gibberella zeae (Schwein) Petch]} est devenue une maladie importante du seigle. La fusariose produit une mycotoxine, déoxynivalénol, qui peut amener les animaux à refuser la nourriture ou à perdre du poids.

Physiologiquement, le seigle est la plus résistante des cultures céréalières. Il constitue une culture importante dans les régions sujettes au stress provoqué par la basse température et la sécheresse, comme dans les zones semi-arides des prairies canadiennes où la culture du seigle sert à stabiliser l'érosion du sol sur les sols minéraux légers. Le seigle est plus tolérant que d'autres cultures céréalières aux sols acides qui contiennent de hautes concentrations d'aluminium soluble.


En savoir plus