Peter Dale Scott

Peter Dale Scott, poète, politicologue, diplomate, enseignant (né le 11 janvier 1929 à Montréal, au Québec). Peter Dale Scott est largement reconnu comme le plus important poète politique de langue anglaise de sa génération. Porteuse de commentaires marquants sur la politique et l’histoire américaines, la poésie de Peter Dale Scott entremêle des éléments autobiographiques et des thèmes de politique mondiale, qui sont également au cœur de ses essais.

Peter Dale Scott

Peter Dale Scott en 2009. (avec la permission de Jim Forest, flickr)

Formation et début de carrière

Peter Dale Scott est le seul enfant de la peintre Marian Dale Scott et de F.R. Scott, un important poète moderniste et professeur de droit. Il fait ses études à l’Université McGill, à l’Institut d’études politiques de Paris et à l’University College d’Oxford, avant de recevoir son doctorat en science politique de McGill en 1955. Sa thèse porte sur la pensée sociale et politique du poète moderniste américain T.S. Eliot.

De 1957 à 1961, Peter Dale Scott est diplomate pour le Canada à l’Assemblée générale des Nations Unies en Pologne. Par la suite, il enseigne à l’Université de Californie, Berkeley, où il est aujourd’hui professeur émérite d’anglais.

Écrits politiques

Tout en enseignant à Berkeley, Peter Dale Scott s’engage dans le mouvement contre la Guerre du Viêt Nam. En 1968, il signe la « Writers and Editors War Tax Protest », refusant de payer ses taxes pour protester contre la guerre.

Peter Dale Scott a écrit ou co-écrit de nombreux ouvrages critiquant la politique extérieure américaine. The Politics of Escalation in Vietnam (1966), son premier livre, est une des premières études sur les facteurs politiques sous-jacents qui amènent les États-Unis à s’engager de plus en plus dans la guerre du Viêt Nam. Crime and Cover-Up: The CIA, the Mafia, and the Dallas-Watergate Connection (1977) aborde la complexité de l’assassinat de John F. Kennedy pendant la Guerre froide et les antécédents du rapport incomplet de la Commission Warren sur son meurtre.

The Iran-Contra Connection: Secret Teams and Covert Operations in the Reagan Era (1987) et Cocaine Politics: Drugs, Armies and the CIA in Central America (1998) se penchent sur la guerre complexe que se livrent par procuration l’Union soviétique et les États-Unis en Amérique latine. The Road to 9/11: Wealth, Empire and the Future of America (2007) analyse l’engagement des États-Unis au Moyen Orient après l’attaque terroriste du 11 septembre 2001.

Poésie

Peter Dale Scott a publié dix livres de poésie, dont Coming to Jakarta: Poem About Terror (1989), un livre-poème sur le soutien américain des rebelles anticommunistes en Indonésie, et le massacre qui suit en 1965, pendant la guerre civile. Densément allusif, Jakarta est une œuvre riche et complexe, intégrant le monde de la violence politique et la croissance de l’esprit du poète. Mais si Coming to Jakarta se concentre sur les événements de 1965, lorsque Haji Muhammed Suharto, alors général, s’approprie le contrôle du gouvernement et endosse ce que des membres de la CIA ont appelé « une des pires atrocités du 20e siècle », le récit est entrecroisé de souvenirs plus personnels de répression politique dans le monde. Dans un passage évoquant sa vie en Pologne à la fin des années 1950, il écrit :

We talked for two hours
and I think of him often
as I read in the papers 

of Solidarnosc suppressed
how those must be
privileged moments

one can so transcend history
how today he would not dare
to have such a conversation

nor I have the heart
And yet those two hours
in that ill-furnished precinct

seem somehow more true
than the street battles since
My own life is easier

no longer having to be consul
I suspect that on our side
officials of U.S. Steel

Nous avons parlé pendant deux heures
et je pense à lui souvent
quand je lis dans les journaux

la répression de Solidarnosc
à quel point ces moments
devaient être privilégiés

on peut ainsi transcender l’histoire
aujourd’hui il n’aurait jamais osé
tenir une telle conversation

et je n’en ai pas plus le cœur
et pourtant ces deux heures
dans cet endroit pauvrement meublé

me semblent, d’une certaine manière, plus vraies
que les batailles de rues depuis
Ma propre vie est plus facile

n’étant plus ambassadeur
je suspecte, de notre côté
des représentants de l’U.S. Steel
[traduction libre]

Dans Poetry and Terror: Politics and Poetics in Coming to Jakarta (2018), il présente Coming to Jakarta comme une élégie pour ceux qui ont été tués en Indonésie, et pour « le passage des années soixante, quand tant d’entre nous imaginions qu’un mouvement pourrait amener de grands changements pour une meilleure Amérique. » Le livre comprend aussi un essai en prose qui se penche sur la responsabilité des États-Unis dans le massacre de 1965 et le fait que l’essai a été interdit par la dictature indonésienne.

Listening to the Candle: A Poem on Impulse (1992) est un autre livre-poème relatant la vie de Scott. En 1994, il publie deux recueils de poèmes plus courts : Crossing Borders and Murmur of the Stars. Minding the Darkness: A Poem for the year 2000 (2000) est un autre poème autobiographique et méditatif.

Le tout dernier ouvrage de poésie de Peter Dale Scott, Walking On Darkness (2016), est un recueil de poèmes, dont beaucoup reviennent sur les événements de sa vie alors qu’il était encore au Canada. Dans « Tavern Underworld », il écrit :

and what is this deficit in our daily life
that has driven us since Homer to seek truth

from the darkness of the underworld?
the Quebec tavern men’s room wall
where I had scribbled Daryl is a poet!
inspiring beneath it Is she? Well f—k a snake!

or those first all-night bouts on the waterfront
in Montreal with veterans from the war
who drank as if there was nothing now to learn

or those first all-night bouts on the waterfront
in Montreal with veterans from the war
who drank as if there was nothing now to learn

or all the useless foreign ships locked

in the winter ice of the Lachine Canal
seen by a boy at the top of Westmount Mountain

all now gone

Et quel est ce manque dans notre vie
Qui nous conduit, depuis Homère, à chercher la vérité

dans la noirceur des bas-fonds ?
mur de la toilette de la taverne de Québec
j’ai écrit Daryl est une poète !
sous-entendant En est-elle une ? Quel foutoir !

ou ces premières nuits blanches sur les quais
de Montréal avec les vétérans de la guerre
qui buvaient comme s’il n’y avait plus rien à apprendre

ou tous ces bateaux étrangers inutiles, emprisonnés

dans la glace hivernale du canal Lachine
par un garçon du sommet de Westmount

tout cela est bien loin
[traduction libre]

Traduction

En plus de rédiger sa propre poésie, Peter Dale Scott est un traducteur accompli, particulièrement depuis le polonais, une langue qu’il maîtrise depuis qu’il a travaillé au consulat canadien en Pologne dans les années 1950 et au début des années 1960. Il a traduit les ouvrages du célèbre poète polonais d’après-guerre Zbigniew Herbert avec son collègue de Berkeley, récipiendaire d’un prix Nobel, le poète Czeslaw Milosz.

Prix

  • Prix Freedom, International Center for Development Policy (1987)
  • Prix Sylvia Meagher, Coalition on Political Assassinations (1996)
  • Prix JFK Pioneer, JFKLancer (1997)
  • Prix de poésie Lannan (partagé avec Alan Dugan) (2002)