Soeurs de la Providence

Les Soeurs de la Providence forment une congrégation religieuse fondée à Montréal en 1844 par une veuve, Marie-Émilie Gamelin, née Tavernier. Cette congrégation s'appelle alors Filles de la Charité, Servantes des pauvres (le nom actuel est officiellement utilisé à partir de 1970).

Soeurs de la Providence

Les Soeurs de la Providence forment une congrégation religieuse fondée à Montréal en 1844 par une veuve, Marie-Émilie Gamelin, née Tavernier. Cette congrégation s'appelle alors Filles de la Charité, Servantes des pauvres (le nom actuel est officiellement utilisé à partir de 1970). La congrégation oeuvre dans les domaines de l'éducation et des services sociaux tout en gardant l'accent sur le service direct aux plus démunis. Dès 1828, la fondatrice s'occupe de diverses oeuvres de charité. Son évêque, Ignace BOURGET, tente d'obtenir des soeurs françaises pour travailler avec elle. Celles-ci ayant refusé, il lui demande de fonder elle-même la congrégation. Cette dernière compte 1416 soeurs en 1998 au Canada et aux États-Unis (une diminution comparativement à 2129 membres en 1986).


Lecture supplémentaire

  • D. Robillard, Émilie Travernier-Gamelin (1988).