Soirées canadiennes, Les

 Ces recueils de littérature se proposent à l'origine d'accueillir toute espèce d'écrit original, pourvu qu'il soit canadien: légendes, poésies, études de moeurs, romans, impressions de voyage, esquisses historiques, biographiques, topographiques, etc.
 Ces recueils de littérature se proposent à l'origine d'accueillir toute espèce d'écrit original, pourvu qu'il soit canadien: légendes, poésies, études de moeurs, romans, impressions de voyage, esquisses historiques, biographiques, topographiques, etc.



Soirées canadiennes, Les

 Ces recueils de littérature se proposent à l'origine d'accueillir toute espèce d'écrit original, pourvu qu'il soit canadien: légendes, poésies, études de moeurs, romans, impressions de voyage, esquisses historiques, biographiques, topographiques, etc. Les Soirées canadiennes sont lancées au début de 1861, grâce aux efforts de H.-R. CASGRAIN, A. GÉRIN-LAJOlE, H. LaRue et J.-C. Taché, qui s'assurent le concours des CHAUVEAU, CRÉMAZIE, Ferland, FRÉCHETTE, GARNEAU, PARENT et autres littérateurs québécois de l'heure. Cinq vol. paraissent sous ce titre de 1861 à 1865. À la fin de 1862, conséquence d'une dispute avec les imprimeurs, une scission intervient entre Taché et ses associés qui quittent Les Soirées pour fonder une publication parallèle tout à fait analogue qu'ils nomment Le Foyer canadien, et qui jusqu'en 1866, fait paraître, outre ses quatre recueils annuels, quatre vol. offerts en prime aux abonnés, tout en servant de maison d'édition pour cinq autres ouvrages, dont Les Anciens Canadiens et Les Mémoires de Philippe AUBERT DE GASPÉ. C'est autour des Soirées et du Foyer que s'organise ce qu'on a appelé le mouvement littéraire de 1860.


//