Frères Šťastný

Les frères Šťastný, Marián, Peter et Anton, étaient un trio de joueurs de hockey vedettes originaires de Tchécoslovaquie.

Les Frères Šťastný — Marián, Peter etand Anton, étaient un trio de joueurs de hockey vedettes originaires de Tchécoslovaquie. Au début des années 1980, ils ont fait défection au Canada pour jouer avec les Nordiques de Québec, devenant ainsi lun des trios de buteurs les plus excitants et prolifiques de lhistoire de la Ligue nationale de hockey (LNH). Ils ont ouvert la voie vers la LNH pour bon nombre de joueurs de hockey européens, particulièrement pour ceux en provenance du bloc de lEst.

Jeunesse

Nés de l’union entre Stanislav et FranciskaŠťastný, Marián (né le 8 janvier 1953), Peter (né le 18 septembre 1956) et Anton (né le 5août1959) font partie d’une famille de six enfants. Ils ont deux frères aînés, Bohumil et Vladimír (ce dernier est devenu un entraîneur de hockey de renom en Slovaquie), ainsi qu’une sœur benjamine, Eva. La famille vit dans un petit appartement à Bratislava, en Tchécoslovaquie (Bratislava est aujourd’hui la capitale de la République slovaque, aussi connue sous le nom « Slovaquie »).

Stanislav, qui travaille sur des projets hydroélectriques, est un universitaire et un libre penseur. Il élève ses enfants dans cette veine. Ils s’opposent fermement à l'’occupation communiste de la Tchécoslovaquie.

Les Šťastný jouent au hockey sur une patinoire extérieure de fortune, qu’ils construisent à l’aide de boyaux d’arrosage et de planches d’occasion. Marián (ailier droit), Peter (centre) et Anton (ailier gauche) montent rapidement les échelons du hockey junior en Tchécoslovaquie.

En grandissant, ils idolâtrent VáclavNedomanský, vedette de l’équipe nationale tchécoslovaque qui, en1974, devient le premier joueur issu d’un pays communiste à déserter vers l’Amérique du Nord, où il joue dans l’Association mondiale de hockey et dans la Ligue nationale de hockey.

Début de carrière au hockey

En1976, Marián et Peter forment le cœur de l’équipe nationale de Tchécoslovaquie, qui remporte la médaille d’or lors des championnats du monde. La même année, les deux jouent aussi au tournoi de la Coupe Canada. L’équipe termine alors deuxième.

Anton, le plus jeune, se joint à eux pour défendre, avec succès, le titre mondial de l’équipe tchécoslovaque en1977. Les trois sont membres de l’équipe nationale aux Jeux olympiques d’hiver de1980, à Lake Placid, dans l’État de New York. L’équipe tchécoslovaque termine alors cinquième.

À titre de vedettes du hockey, les frères se permettent bon nombre de luxes inaccessibles aux citoyens de la Tchécoslovaquie communiste, notamment des automobiles et de beaux appartements. Leurs victoires se voient aussi récompensées de primes en argent. De plus, on leur permet aussi de voyager à l’étranger, même si ce n’est habituellement que pour le hockey.

Défection de Peter et Anton vers le Canada

Certaines équipes de la LNH s’intéressent aux frères Šťastný. Les Nordiques de Québec, qui avaient recruté Anton en1979, sont les plus tenaces. Ils planifient même d’aider les frères à déserter lors des Jeux olympiques d’hiver de Lake Placid, dans l’État de New York. Toutefois, la sécurité tchécoslovaque est trop serrée.

Une meilleure occasion s’est présentée plus tard la même année, en août 1980, alors que l’équipe tchécoslovaque est en Autriche à l’occasion d’un tournoi. Désillusionnés depuis longtemps par la vie sous le régime communiste, les frères Šťastný sont aussi insatisfaits des contreperformances de leur équipe, causées par la direction corrompue de l’équipe. Alors qu’ils sont en Autriche, Peter téléphone aux Nordiques pour leur annoncer que lui et Anton veulent déserter.

Le lendemain, MarcelAubut, président et PDG des Nordiques de Québec, ainsi que GillesLéger, directeur du personnel, arrivent à Innsbruck, en Autriche. Ils planifient immédiatement d’amener Anton, Peter et Darina, la femme de ce dernier qui est enceinte de huit mois, à l’ambassade canadienne de Vienne pour présenter une demande d’asile politique.

Puisque les agents tchécoslovaques tenaces réalisent rapidement ce qui est en train de se passer, le groupe doit chercher non seulement l’aide de l’ambassade, mais aussi de la police viennoise, du ministre de la Défense, Gilles Lamontagne, du ministre de l’Immigration, Lloyd Axworthy, et de Douglas Fisher, de Hockey Canada. À la suite d’une course tendue vers l’aéroport, ils s’envolent vers Amsterdam et la liberté. Un vol de correspondance les amène à Montréal. Katarina, fille de Peter, nait au Canada.

Défection de Marián

Marián n’est mis au courant des plans de Peter et d’Anton que quelques heures avant leur départ. Les frères savent que Marián ne peut partir avec eux, car sa femme et ses trois enfants se trouvent chez eux, à Bratislava.

Marián retourne plutôt chez lui et fait une demande officielle d’émigration vers le Canada. Sa demande est toutefois refusée. Les autorités communistes punissent le reste de la famille Šťastný, en particulier Marián, à qui on interdit de jouer pour l’équipe nationale ou son club de hockey. De plus, il est suivi par les autorités, il doit se rapporter à la police sur une base hebdomadaire et on lui interdit de pratiquer le droit. Sans l’argent de ses frères introduit illégalement au pays depuis Québec, la famille de Marián aurait vécu dans la misère.

Isolé et mécontent d’avoir dû mettre un terme à sa carrière au hockey, Marián planifie la désertion de sa famille. Il rénove sa maison pour convaincre les autorités qu’il n’a pas l’intention de se sauver. Aussi, il voyage dans les pays du bloc de l’Est, comme le sont autorisés la plupart des citoyens de Tchécoslovaquie, mais il revient toujours. Après un certain temps, il remarque qu’on ne le suit plus d’aussi près.

En1981, Marián voyage avec sa famille en Hongrie et en Yougoslavie. Après avoir obtenu un visa de transit auprès de l’ambassade d’Autriche à Zagreb, ils se rendent en Autriche et communiquent avec MarcelAubut, président des Nordiques de Québec. Grâce aux contacts gouvernementaux de ce dernier, ils regagnent rapidement Québec, où ils rejoignent leurs familles et où Marián retourne sur la patinoire. Les trois frères et leurs épouses deviennent tous citoyens canadiens dans les années 1980.

Avec les Nordiques de Québec

À leur arrivée, les frères Šťastný dominent immédiatement la Ligue nationale de hockey.

Au cours de sa première saison, Peter établit un record de la LNH pour le nombre d’aides (70) et de points (109) accumulés par une recrue. De plus, il remporte le trophée Calder, remis à la recrue de l’année (1980). La même année, Anton cumule 39 buts et 85 points. Lors d’une partie contre Washington, les deux frères amassent chacun huit points, un nouveau record de la LNH en patinoire adverse.

Lorsque les trois frères sont réunis sur le même trio, à l’arrivée de Marián, ils prennent réellement d’assaut la LNH. En1981-1982, ils cumulent ensemble 300 points. À lui seul, Peter amasse 139 points, en troisième position pour l’ensemble de la ligue.

Ils deviennent le troisième groupe de trois frères à jouer pour la même équipe de la LNH. Auparavant, Max, Doug et RegBentley avaient joué pour les Blackhawks de Chicago (années 1940) et Barclay, Bob et BillPlager pour les Blues de Saint-Louis (années 1970). Ce n’est que lors de la saison 2012-2013 qu’on verra trois frères jouer pour la même équipe, alors que Jared Staal rejoint ses frères, Eric et Jordan, des Hurricanes de la Caroline, le temps de deux parties.

Les frères Šťastný jouent ensemble pour les Nordiques de Québec jusqu’en1985, lorsque Marián est échangé aux Maple Leafs de Toronto.

Malgré leurs succès sur la patinoire, la Coupe Stanley leur a tous échappé. Les Nordiques de Québec étaient l’une des équipes de la LNH les plus fascinantes à observer jouer, mais elle avait de la difficulté à aller loin en séries éliminatoires, perdant souvent aux mains de leurs grands rivaux, les Canadiens de Montréal. Elle se rend à deux reprises en finale de conférence, mais perd face aux Islanders de New York en 1982 et aux Flyers de Philadelphie en1985.

Peter (hockeyeur professionnel de 1980 à 1995)

Peter s’est imposé en tant que véritable vedette de la LNH. Plusieurs le surnomment « Peter the Great ». Seul Wayne Gretzky cumule plus de points que lui dans les années 1980. Il joue pour les Nordiques de Québec de1980 à1990, période au cours de laquelle il est le meilleur buteur de l’équipe. En1990, Peter est échangé aux Devils du New Jersey, puis il joue pour les Blues de Saint-Louis de 1993 à 1995. Il prend sa retraite de la LNH en1995, après avoir récolté 1 239 points. Il s’agit alors d’un record pour un joueur de la LNH né et formé en Europe (le record a été battu par JariKurri en1996).

Pendant cette même période, Peter joue aussi sur la scène internationale. Après avoir obtenu sa citoyenneté canadienne, il joue pour Équipe Canada lors de la Coupe Canada de1984. Dix ans plus tard, à la suite de la chute du communisme et de la dissolution de la Tchécoslovaquie, en1993, il se joint à l’équipe nationale slovaque à l’occasion des Jeux olympiques d'hiver de 1994. De plus, il représente sa Slovaquie natale aux championnats du monde de 1995.

Peter a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en1998 et au temple de la renommée de la Fédération internationale de hockey sur glace en2000. En1997, Hockey News l’a désigné comme étant le 56eplus grand joueur de l’histoire de la LNH.

Anton (hockeyeur professionnel de 1980 à 1994)

De1980 à1989, Anton joue 650 parties dans la LNH, toutes avec les Nordiques de Québec. Il compte 252 buts et récolte 636 points. Il s’agit du troisième nombre plus élevé de points de l’histoire des Nordiques. Il déménage ensuite en Suisse, où il joue pour le HC Fribourg-Gottéron (1989-1990) et l’EHC Olten (1990-1992), puis il retourne jouer en Slovaquie pour le HC Slovan Bratislava pendant la saison 1993-1994.

Marián (hockeyeur professionnel de 1981 à 1987)

Pendant sa première saison dans la LNH (1981-1982), Marián récolte 89points. Durant la première moitié de sa deuxième saison, il est l’un des meilleurs compteurs de la ligue. Toutefois, pendant sa 60epartie, il est victime d’une blessure dévastatrice à l’épaule, qui met fin à sa saison et l’affecte pour le reste de sa carrière. Diminué par les blessures, il ne jouera que deux autres saisons à Québec avant de jouer sa dernière saison dans la LNH pour les Maple Leafs de Toronto (1985-1986). L’année suivante, il joue pour le HC Sierre, en Suisse, avant de prendre sa retraite du hockey compétitif.

Carrières post-hockey

Après la chute du communisme en Europe de l’Est et la dissolution de la Tchécoslovaquie en1993, Peter et Anton retournent dans leur patrie, la Slovaquie. Peter est très actif dans le développement du hockey au pays. De plus, il est devenu membre du Parlement européen en2004 à titre de représentant de la Slovaquie. Ses deux fils, Yan et Paul (tous les deux nés à Québec), sont joueurs de hockey professionnels. Paul a joué pour l’Avalanche du Colorado (les anciens Nordiques de Québec) de 2006-2007 à 2013-2014, puis s’est joint aux Blues de Saint-Louis comme agent libre pour la saison 2014-2015.

Anton vit en Slovaquie et en Suisse, où son fils, Tomas, a joué au hockey professionnel. Il est propriétaire de l’entreprise d’ameublement Evergreen. Marián est quant à lui demeuré à Québec, où il possède et exploite un hôtel et un terrain de golf.

Importance

Les succès des Šťastný ont accéléré l’acceptation des joueurs européens dans la LNH. Leur domination offensive a ouvert la voie à de nombreux joueurs européens des deux côtés du rideau de fer dans les années 1980, notamment JariKurri, MatsNäslund et ThomasSteen.

Surtout, les frères Šťastný ont inspiré une vague de jeunes joueurs tchèques et slovaques à déserter : MiroslavFryčer, les frères Peter et MiroslavIhnačák, JanLudvig, PetrKlíma, PetrSvoboda, FrantišekMusil, PetrPrajsler, JiriSevcik, DavidVolek et PetrNedvěd. En fait, pour mettre fin à l’hémorragie de jeunes talents, le corps dirigeant du hockey tchécoslovaque a permis à des joueurs vétérans de partir en échange de grandes sommes versées par les équipes de la LNH.