The Dumbfounding

The Dumbfounding, de Margaret Avison (New York, 1966), est une oeuvre marquante de la nouvelle poésie au Canada anglais.

The Dumbfounding, de Margaret Avison (New York, 1966), est une oeuvre marquante de la nouvelle poésie au Canada anglais. Ayant déjà fait la preuve de son talent aux multiples facettes par sa maîtrise des formes dans Winter Sun (1960), Avison entreprend avec ce recueil majeur une exploration audacieuse, tant par le rythme que par le travail sur la langue, d'une vision chrétienne profonde et hautement personnelle. Certains critiques comparent à juste titre ces poèmes à ceux des poètes « métaphysiciens » anglais du XVIIe siècle tels que Herbert et Vaughan, mais cette comparaison ne devrait pas faire oublier leur affinité formelle avec l'oeuvre de poètes tels que Louis Zukofsky, Robert Creeley ou Denise Levertov, entre autres.

Le tour de force d'Avison dans The Dumbfounding est d'introduire la nouvelle poétique de l'« ouverture du champ » dans une série de poèmes qui entreprennent l'exploration de la vie chrétienne telle qu'elle devrait être vécue, mais telle qu'elle l'est rarement. Ainsi, certains poèmes sur la crucifixion semblent décrire une manifestation à laquelle on assiste au centre de Toronto l'année même où le texte est écrit. Par contre, d'autres poèmes qui traitent du présent nous forcent à voir même l'événement le plus insignifiant sous l'angle de l'éternité.

De nombreux poètes plus jeunes ont célébré l'intégrité poétique d'Avison ainsi que son influence (par exemple, « Avison's Imitation of Christ the Artist » de George Bowering dans A Way with Words, 1982). Ses poèmes illustrent à merveille un engagement de longue durée dans le langage comme dans la vie.


Les oeuvres sélectionnées de
The Dumbfounding