Wanderwell, Aloha

Aloha Wanderwell, exploratrice (née Idris Hall, Winnipeg, 13 octobre 1906 - Newport Beach, Californie, 4 juin 1996). Aloha Wanderwell est la fille du réserviste de l'Armée britannique Herbert Hall, un propriétaire de ranch et promoteur immobilier très prospère de l'île de Vancouver.

Wanderwell, Aloha

Aloha Wanderwell, exploratrice (née Idris Hall, Winnipeg, 13 octobre 1906 - Newport Beach, Californie, 4 juin 1996). Aloha Wanderwell est la fille du réserviste de l'Armée britannique Herbert Hall, un propriétaire de ranch et promoteur immobilier très prospère de l'île de Vancouver. Aloha passe la majeure partie de son enfance à Parksville et Duncan. Son père s'engage dans la Force expéditionnaire du Canada en 1914, et se rend ensuite en Angleterre où il reçoit le grade de lieutenant au sein du régiment Durham Light Infantry, une unité formée près des lieux de son enfance à Tickhill, dans le Yorkshire.

La mère d'Aloha, Margaret Headley Hall, emmène Idris et sa sœur cadette Margaret en Angleterre et plus tard en Belgique et en France où elles mènent une vie confortable en retrait des lignes ennemies, pour se rapprocher d'Herbert. Idris est grande pour son âge et quelque peu polissonne. Contrairement aux jeunes filles de son âge et de sa génération, elle est une lectrice assidue de romans pour garçons et rêve de voyages et d'aventures. Elle avouera plus tard que si elle avait été un garçon, elle se serait probablement engagée dans la marine.

Après la mort de son mari à Ypres en juin 1917, Margaret, sans doute pour contenir le côté « garçon manqué » de sa fille aînée, inscrit celle-ci au collège des Sœurs Bénédictines du Saint-Sacrement à Courtrai, en Belgique, et plus tard, au collège privé Château Neuf de Nice, une école dirigée par deux femmes âgées qui, selon Wanderwell, entretenaient « d'ardents sentiments royalistes ». Idris y prend son mal en patience, endurant une discipline de fer qui forme le caractère jusqu'en 1924, année où elle s'enfuit à Paris avec des ambitions d'y tenter sa chance. Elle décroche un poste de secrétaire-chauffeuse pour une expédition autour du monde dirigée par le « capitaine » Walter Wanderwell, qui s'empresse de renommer sa nouvelle employée Aloha Wanderwell. Le capitaine lui-même (né Valerian Johannes Pieczynski, à Thurn, Pologne, en 1897) n'a pas de grade militaire, et il a adopté son propre pseudonyme car il est facile à épeler et prononcer par les Américains.

Walter Wanderwell est d'abord marin avant de devenir un randonneur et un voyageur de renommée internationale; il est emprisonné pour espionnage pendant la guerre. Après sa remise en liberté, il épouse Nell Miller, native de Seattle, et il met sur pied un nouvel organisme intitulé Work Around the World Educational Club for International Police (WAWEC) ayant pour mission d'assurer la survie de la jeune et chancelante Société des Nations par « la loi et non la guerre ». En fait, cet organisme est une petite armée privée en plein essor s'avérant être un élément potentiellement subversif surveillé de près par Edgar Hoover du Bureau of Investigation, qui deviendra plus tard le FBI.

En 1922, Nell et Walter mènent deux équipes opposées de quatre personnes dans des expéditions autour du monde à bord de deux véhicules Ford blindés, soi-disant pour voir qui parcourra la plus grande distance. Le financement de leur expédition provient de la vente de feuillets, de cartes-souvenirs, de présentations d'exposés et de séances de projection du film qu'ils tournent et produisent en route. De la correspondance provenant de sources variées indique qu'il est possible qu'ils aient reçu de l'aide financière et logistique de Henry Ford, de la Vacuum Oil Company qui s'appellera plus tard la Mobil Oil, une filiale du groupe Standard Oil, ainsi que d'autres agences souhaitant profiter de cette vitrine publicitaire. À un moment durant la course, Walter qualifie sa coéquipière Aloha de sœur adoptive, puis abandonne Nell dont il divorce. Les autorités américaines s'en mêlent en raison d'une infraction relative à la loi Mann qui interdit de faire passer à une femme les frontières des états à des fins immorales. Walter et Aloha, qui ont 29 et 18 ans respectivement, se marient le 7 avril 1925 à Los Angeles. Walter, mesurant 1,70 m (5'6"), et Aloha, la blonde de 1,80 m (6') aux cheveux d'or, forment un couple insolite.

On ne compte plus les exploits d'Aloha. Le bédéiste et auteur Ben Dave « Stookie » Allen soutiendra qu'Aloha, après s'être coupé les cheveux pour se faire passer pour un homme, est une des rares femmes ayant réussi à servir dans la Légion étrangère française et à survivre les combats sanglants de la campagne contre les Rifains dans les années 1920. Les Légionnaires, qui ne sont pas des dupes, la démasquent rapidement. Elle réussit toutefois à prendre part à au moins un combat armé contre des irréguliers Arabes lors d'une traversée du Sahara. Rachel Crowdy, une internationaliste célèbre, affirme avoir vu Aloha, vêtue en cowgirl traversant Genève sur le toit d'un véhicule blindé en saluant la foule. Aloha et Walter auront deux enfants, Nile et Valerie, nés respectivement à Capetown et Miami, ville qui deviendra plus tard le quartier général du WAWEC.

Aloha et Walter continuent à voyager après la naissance de leurs enfants, tournant des films, vendant des publications de toutes sortes et se tirant de justesse de toutes sortes d'aventures. En Chine, après avoir été capturée par des bandits, Aloha réussit à se faire libérer en leur montrant comment monter et faire marcher des mitrailleuses. Elle fait la connaissance de Frank « un seul bras » Sutton, un soldat de fortune anglais en charge de l'arsenal du vieux chef de guerre Marshall Chang Tso-Lin. À Hollywood, Aloha et Walter fréquentent, entre autres, le cinéaste et acteur Douglas Fairbanks ainsi que sa femme Mary Pickford (Gladys Smith), la vedette de cinéma native du Canada fondatrice de la United Artist en collaboration avec D.W. Griffith et Charlie Chaplin. La présence de Walter est toutefois nuisible aux yeux des autorités locales en raison de son habitude d'incarner des officiers militaires et sa réputation d'élément subversif communiste agissant contre les missionnaires lors de ses voyages en compagnie d'Aloha. D'autres l'accusent de fraude et de parjure, sans compter ses nombreuses histoires d'adultère.

En 1932, Walter fait l'acquisition d'un navire désarmé de contrebande de rhum, le Carma, lors d'une vente aux enchères afin que lui et Aloha puissent transporter un groupe jusque dans les mers du sud pour y tourner un film. Dans la nuit du 5 décembre 1932, lors du chargement du Carma qui est ancré dans le port de Long Beach, quelqu'un se glisse dans la cabine de Walter et lui tire dans le dos alors qu'Aloha mène des négociations de dernière minute avec les industries cinématographiques de Hollywood. Bien que deux suspects soient appréhendés, personne ne sera jamais reconnu coupable du crime. Les suspects sont Edward Eugene Fernando Montagu, rentier et fils cadet du Duc de Manchester et William James (« le frisé ») Guy, un soldat de fortune gallois qui se joindra plus tard à Haile Selassie pour combattre les Italiens. On rapporte qu'Aloha entretient des relations beaucoup trop amicales avec Guy, considérant qu'il est accusé du meurtre de son mari. Les deux suspects font l'objet d'un examen minutieux de J. Edgar Hoover et de ses enquêteurs du FBI, et Guy sera ensuite expulsé du pays.

Après la mort de Walter, Aloha continue à mener des expéditions, apprend à piloter un hydravion et participe à l'expédition de recherche de l'intrépide Percy Fawcett et de ses deux amis au Brésil qui ne seront malheureusement jamais retrouvés. Son avion s'écrase dans la jungle de Rio des Mortes, la Rivière de la mort, et elle vit avec une tribu indigène pendant plusieurs mois avant qu'une opération de secours ne soit lancée. Elle se marie avec Walter Baker le 26 décembre 1933 lors d'une cérémonie modeste à Gretna en Louisiane, en face du delta du Mississippi sur la rive opposée à la Nouvelle-Orléans. Baker est un ancien caméraman du WAWEC de huit ans son cadet. Le Carma, dont Valerie - la fille d'Alhoa - hérite par décision de la cour, échoue sur les côtes du Mexique avec à son bord Valerie et Margaret, sœur d'Aloha, et est abandonné.

Aloha continue à promouvoir les vues internationalistes qu'elle partageait avec son défunt premier mari, Walter, en se rendant plusieurs fois au Canada. Elle élit domicile à Cincinnati avec le second Walter où elle occupe différents postes en journalisme de presse et de diffusion.

Aloha et Walter déménagent finalement dans un ensemble résidentiel protégé de la Californie où ils demeurent jusqu'à la fin de leurs jours. À sa mort, les cendres d'Aloha sont jetées à la mer par la Neptune Society à la demande de son fils Nile.


Lecture supplémentaire

  • Aloha Baker, Call to Adventure (1939); Warren F. Kuehl, Biographical Dictionary of Internationalists (1983).