Hunter, William Dickenson

William Dickenson Hunter « Bill », entraîneur, propriétaire et promoteur de hockey (Saskatoon, Sask., 5 mai 1920 - Edmonton, Alb., 16 décembre 2002).

Hunter, William Dickenson

William Dickenson Hunter « Bill », entraîneur, propriétaire et promoteur de hockey (Saskatoon, Sask., 5 mai 1920 - Edmonton, Alb., 16 décembre 2002). Les amateurs de hockey, du Canada à la Russie, l'ont connu sous le nom de « Wild Bill »; il est l'homme qui a mis sur pied l'équipe des OILERS D'EDMONTON, qui a quitté la LNH pour une ligue rivale et qui est presque arrivé à obtenir une équipe de hockey professionnel pour sa ville natale, Saskatoon. Hunter n'aime pas ce surnom qui lui vient d'un journaliste sportif de Regina qui l'a désigné ainsi en 1949, après un échange plutôt animé avec un arbitre.

Hunter naît à Saskatoon et fait ses études au Notre Dame College, à Wilcox (Sask.). Il considère que le fondateur de l'école, le Père Athol Murray, a eu une influence déterminante sur sa vie. Au collège, Hunter dirige déjà des équipes sportives. Un été, il entraîne l'équipe de baseball dans une tournée de 78 matchs dans les Prairies, vivant grâce aux gains du tournoi et... se nourrissant de sandwichs au saucisson de Bologne en chemin!

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il est cantonné en Angleterre, où il pilote des Beaufort, des Spitfire et des Hurricane pour l'escadron international de la Royal Air Force.

En 1946, il s'implique de nouveau dans le hockey. Pendant 25 ans, Hunter sera propriétaire, gérant et entraîneur d'équipes de hockey mineur à Saskatoon, Regina, Medicine Hat, Moose Jaw, Yorkton et Edmonton, et jouera parfois les trois rôles en parallèle. En 1966, il se joint à un groupe de propriétaires d'équipes, qui forment aujourd'hui la Western Hockey League (WHL). La WHL a rompu les liens entre les équipes juniors et les ligues professionnelles, et est devenue une des plus importantes ligues juniors du monde.

En dépit de ses succès dans la ligue junior - son équipe, les Oil Kings d'Edmonton, remporte en 1966 la Coupe Memorial -, Hunter veut se mesurer aux ligues majeures. Se retrouvant dans une impasse après sa tentative d'acheter les Pingouins de Pittsburgh et le refus de la LNH de lui octroyer une concession d'expansion, Hunter reçoit l'appel d'un ancien associé, en juillet 1971, qui lui parle de deux promoteurs américains qui veulent créer une nouvelle ligue de hockey professionnel.

C'est ainsi que W. Hunter, Gary Davidson et Dennis Murphy fondent l'Association mondiale de hockey (AMH), un groupe de gérants de musiciens qui organisent parfois des matchs de hockey excitants, notamment une série avec les Soviétiques en 1974. Même si l'Association offre certains des meilleurs moments du hockey, elle cesse ses activités en 1979. L'équipe de W.Hunter, les Oilers d'Alberta (les futurs Oilers d'Edmonton), fait partie des quatre équipes de l'AMH qui seront acceptées au sein de la LNH et est la seule qui existe encore aujourd'hui. Malgré tout, la ligue change à tout jamais le hockey professionnel : elle abolit la « clause de réserve » de la LNH, qui lie un joueur à une équipe; elle rédige le premier contrat d'un million de dollars avec Bobby Hull, échangé aux Jets de Winnipeg, et elle amène le hockey à s'intéresser à de nouveaux marchés.

En 1976, Hunter vend les Oilers. Il tente sa chance une dernière fois auprès de la LNH en 1983 lorsqu'il entend dire que les Blues de St. Louis sont à vendre. Hunter veut déménager l'équipe à Saskatoon. Il en fait l'acquisition, fait construire un aréna et vend plus de billets que le nombre de sièges. Toutefois, la LNH, qui n'est pas convaincue de la viabilité d'un marché si petit et qui ne souhaite pas déménager une concession américaine au Canada, refuse.

Devant l'échec de son plus grand rêve pour le hockey, Hunter se tourne vers le curling et rend bientôt le jeu plus populaire en offrant d'importants prix en argent et en formant des équipes de joueurs étoiles.

Ses dernières années, il les passe dans la tranquillité à Edmonton, où il meurt à 82 ans. Hunter a reçu le titre d'officier de l'Ordre du Canada et a été intronisé au Temple de la renommée sportive du Canada.


En savoir plus

Lecture supplémentaire

  • Bill Hunter and Bob Weber, Wild Bill - Bill Hunter's Legendary 65 Years in Canadian Sport (2000)