Le 15 février 1982, l'Ocean Ranger, la plus grande plate-forme de forage semi-submersible au monde, chavire et sombre au cours d'une violente tempête sur les grands bancs de Terre-Neuve, causant la mort des 84 membres de l'équipe, dont 56 Terre-Neuviens. Propriété de l'Ocean Drilling and Exploration Co. (ODECO) de la Nouvelle-Orléans et louée par Mobil Oil Canada Ltd., cette plate-forme se trouve alors sur les lieux des gisements de pétrole Hibernia, à environ 315 km à l'est de St. John's. L'Ocean Ranger et deux plus petites plates-formes de forage se trouvant également dans la région sont frappées par des vents de 145 km à l'heure et des vagues de 18 m de haut. Les deux autres plates-formes, la Sedco 706 et la Zapata Ugland, résistent à la tempête.

Trois enquêtes - la Commission royale mixte (fédérale-provinciale) sur le désastre marin de l'Ocean Ranger et deux études américaines - découvrent que la plate-forme a sombré après que l'eau de mer soit entrée dans la salle de contrôle des ballasts par un hublot cassé et ait causé une panne électrique dans le panneau de contrôle des ballasts qui assure la stabilité de la plate-forme. La commission conclut que le renversement et les pertes de vie ont été causés par un enchaînement d'événements provoqués par la coïncidence d'une violente tempête, d'une conception inadéquate et de l'absence d'intervention humaine expérimentée. Ces enquêtes, mais surtout les recommandations de la commission royale, entraînent de profondes modifications à la réglementation relative aux méthodes et aux procédures de formation et de sécurité en mer.