8e tour : Comment passe-t-on de...

Comment passe-t-on de Nickelback à l’Unifolié?

Dans cette édition des six degrés d’histoire du Canada, nous commençons par une populaire formation musicale canadienne, pour terminer avec notre drapeau. Loin d’être un chouchou des critiques, Nickelback a quand même vendu plus de 35 millions d’albums dans le monde entier et se hisse régulièrement en tête des palmarès au Canada et à l’étranger. Lorsqu’il a été proposé pour la première fois en 1964, le drapeau national du Canada – et surtout son symbole – a soulevé les passions. Nickelback, voici comment tu me fais penser au drapeau canadien.

Comment passe-t-on de Nickelback à l’Unifolié? Dans cette édition des six degrés d’histoire du Canada, nous commençons par une populaire formation musicale canadienne, pour terminer avec notre drapeau. Loin d’être un chouchou des critiques, Nickelback a quand même vendu plus de 35 millions d’albums dans le monde entier et se hisse régulièrement en tête des palmarès au Canada et à l’étranger. Lorsqu’il a été proposé pour la première fois en 1964, le drapeau national du Canada – et surtout son symbole – a soulevé les passions. Nickelback, voici comment tu me fais penser au drapeau canadien.


Nickelback

Nickelback

Le groupe rock Nickelback voit le jour à Hanna, en Alberta, en 1995. Composé des membres principaux Chad Kroeger (voix, guitare), Ryan Peake (guitare) et Mike Kroeger (basse), le groupe connaît un grand succès à la sortie de son deuxième album, The State (1998). Après sa réédition en 2000, l’album vaut à Nickelback le prix Juno 2001 du meilleur nouveau groupe et est certifié platine au Canada. Le troisième album du groupe, Silver Side Up (2001), contient leur mégasuccès « How You Remind Me », qui deviendra la chanson la plus jouée aux États-Unis en 2002 et battra tous les records de la décennie sur les palmarès rock Billboard. Nickelback, formation musicale au succès commercial parmi les plus retentissants dans l'histoire canadienne, a vendu plus de 35 millions d’albums dans le monde entier et a remporté 12 prix Juno avec 35 mises en nomination.

Parlant de nickel, le côté pile de notre « nickel » (pièce de 5 cents), montre un castor, l’un des emblèmes officiels de l’identité canadienne.

Castor

Le castor (Castor canadensis) est un mammifère herbivore pesant de 16 à 35 kg et pouvant mesurer jusqu’à 1,3 m du museau à sa queue plate. Il est le plus gros des rongeurs du Canada et le deuxième plus gros rongeur au monde, derrière le capybara. Aussi, il est principalement nocturne et vit dans un milieu semi-aquatique. À l’exception des humains, le castor est l’un des seuls mammifères qui façonnent son environnement. En effet, cet animal est réputé pour les barrages, les canaux et les huttes qu’il construit. Les colonies de castors sont créées autour d’un ou plusieurs de leurs barrages, où l’eau calme et profonde les protège des prédateurs. Le castor fait figure d’emblème du Canada depuis plus longtemps encore que la feuille d’érable, et a occupé une place plus importante dans l’histoire et l’exploration du Canada que toute autre espèce animale ou végétale.

En raison de sa riche fourrure, il a été l’élément essentiel de la traite des fourrures, qui a suscité le premier intérêt mercantile de l’Europe pour l'Amérique du Nord.

Traite des fourrures

Pendant près de 250 ans, des touts débuts du XVIIe siècle jusqu’au milieu du XIXe siècle, la traite des fourrures est une vaste entreprise commerciale dans l’étendue sauvage et boisée de ce que l’on connaît maintenant comme le Canada. Soutenu principalement par le piégeage de castors pour subvenir à la demande européenne de chapeau de feutre, ce commerce à forte concurrence ouvre les portes de l’exploration et de l’établissement sur le continent, appuie les œuvres missionnaires, établit des liens sociaux, économiques et coloniaux entre les Européens et les Peuples autochtones et joue un rôle déterminant dans la création du Canada.

Archibald Belaney, Grey Owl

Grey Owl

Archibald Stansfeld Belaney, alias Grey Owl, écrivain et écologiste (né le 18 septembre 1888 à Hastings, en Angleterre; mort le 13 avril 1938 à Prince Albert, en Saskatchewan).

Dans les années 1930, Grey Owl est bien connu en tant qu’écologiste et écrivain. Bien que né en Angleterre, il se décrit lui-même comme le fils d’un père écossais et d’une mère apache. Ses articles et ouvrages, ayant pour thème principal la protection de la nature, connaissent un succès fulgurant au Canada et en Grande-Bretagne. Peu de temps après la mort de Grey Owl en 1938, un article de journal révèle son vrai nom : Archibald Belaney. Grey Owl a fait l’objet de plusieurs biographies, articles et films, et ses livres ont été réimprimés à maintes reprises.

Une Minute du patrimoine a été consacrée à l’histoire longue et complexe d’Archibald Belaney.

Minutes du patrimoine

La série des Minutes du patrimoine est un projet commémoratif canadien bilingue composé de courts métrages de 60 secondes chacun dressant le portrait d’une personnalité canadienne de premier plan ou racontant une page importante de l’histoire du Canada. Cette collection de minifilms est produite par Historica Canada, l’organisme sans but lucratif également responsable de la publication de la présente encyclopédie. Ayant été publiées pour la première fois en 1991, ces capsules sont diffusées à la télévision, dans des cinémas et sur Internet et sont devenues partie intégrante de la culture canadienne. La série comprend aujourd’hui 82 épisodes.

L’un des épisodes porte sur les manœuvres politiques au cœur du débat de 1964 sur le drapeau.

Drapeau canadien

Le drapeau national du Canada, surnommé « drapeau canadien » ou « unifolié », se compose d’un champ rouge au milieu duquel un carré blanc arbore une feuille d’érable rouge stylisée à 11 pointes. Contre toute attente, un comité mixte du Sénat et de la Chambre des communes vote en faveur du drapeau actuel en 1964. Après des mois de débats, le Parlement adopte la version définitive qui est sanctionnée par proclamation royale et devient le drapeau national le 15 février 1965.