À la claire fontaine

« À la claire fontaine ». Chantée sur plusieurs airs et avec des refrains différents, cette chanson apparaît sous deux titres principaux : « À la claire fontaine » et « En revenant des noces ». On raconte que, déjà en 1608, les hommes de Champlain la chantaient. J.-B.

À la claire fontaine

« À la claire fontaine ». Chantée sur plusieurs airs et avec des refrains différents, cette chanson apparaît sous deux titres principaux : « À la claire fontaine » et « En revenant des noces ». On raconte que, déjà en 1608, les hommes de Champlain la chantaient. J.-B. Christophe Ballard en recueillit la plus ancienne version dans son livre Brunettes et petits airs tendres (Paris 1704). Selon Marius Barbeau, dans Alouette (Montréal 1946), la chanson aurait été composée par un jongleur du XVe ou du XVIe siècle. James Huston, dans son Répertoire national (Montréal 1848), dit que « l'air et les paroles paraissent avoir été composés par un des premiers voyageurs canadiens ». La mélodie qui nous est cependant la plus familière est celle présentée par Ernest Gagnon dans ses Chansons populaires du Canada (Québec 1865). F.-A.-H. LaRue, dans Le Foyer canadien, vol. I (Québec 1863), est le premier à donner une étude comparée du texte avec une version bretonne. Lors du dévoilement de la statue de sir George-Étienne Cartier (1885), lequel avait déjà chanté le refrain devant le prince de Galles, le Premier ministre sir John A. Macdonald introduisit dans son discours les célèbres paroles : « Il y a longtemps que je t'aime, jamais je ne t'oublierai. » Dans ses Mémoires, le pianiste-compositeur louisianais Louis Moreau Gottschalk rapporte qu'il improvisa des variations sur l'air de cette chanson lors d'un récital à Québec en 1862 (Notes of a Pianist, Philadelphie 1881; Les Voyages extraordinaires de L. Moreau Gottschalk, pianiste et aventurier, compilé par Serge Berthier, Lausanne 1985). « À la claire fontaine » fut désignée comme air national par l'Assn Saint-Jean-Baptiste de Montréal en 1878. Plusieurs arrangements et harmonisations de la chanson ont été réalisés, notamment par Violet Archer, Robert Farnon, Anthony Petti, Jean-François Sénart et Healey Willan. Un livre de chansons intitulé À la claire fontaine fut publié à Québec en 1950. Joseph Saucier et Éva Gauthier l'ont respectivement enregistrée sur 78t. (HMV xx008 et Victor 69273). Parmi les nombreux enregistrements sur micr., mentionnons ceux des Cailloux (Cap. ST-70012) et de Bruno Laplante (RCI393).


Lecture supplémentaire

  • D'Harcourt, Marguerite and Raoul. Chansons folkloriques françaises au Canada (Quebec City 1956)

    Laforte, Conrad. La chanson de tradition orale: une découverte des écrivains du XIXe siècle, 2nd ed (Montreal 1995)