Alain Lefèvre

Alain Lefèvre, O.C., C.Q., est pianiste, compositeur et communicateur (né le 23 juillet 1962 à Poitiers, en France).

Alain Lefèvre, O.C., C.Q., est pianiste, compositeur et communicateur (né le 23 juillet 1962 à Poitiers, en France). Alain Lefèvre est un virtuose du piano de renommée internationale et un grand promoteur de la musique canadienne. Il s’est produit dans plus de 40 pays avec les chefs d’orchestre et les orchestres symphoniques de premier plan. De plus, ses nombreux enregistrements réputés lui ont valu prix Juno et plusieurs trophées Félix. Il anime une émission de radio influente à Radio-Canada et a généré un regain d’intérêt à l’échelle internationale pour la musique et les compositeurs canadiens, notamment l’œuvre d’André Mathieu. Il a été nommé Chevalier de l’Ordre national du Québec et de l’Ordre de la Pléiade, ainsi qu’Officier de l’Ordre du Canada.

Éducation et début de carrière

Enfant au talent prodigieux, Alain Lefèvre naît en France de parents canadiens dans une famille de musiciens. Ses trois frères, Philippe (piano), Gilles (violon) et David (violon), sont tous devenus des musiciens professionnels. Il est initié à la musique à l’âge de quatre ans par son père clarinettiste, puis étudie le piano dès cinq ans au collège Marguerite-Bourgeoys de l’École normale de musique, à Montréal, peu de temps après que sa famille ait déménagé au Canada en 1967. À six ans, il remporte le premier prix du Concours de musique du Canada et donne son premier récital au Grand Théâtre de Québec. À neuf ans, il remporte le premier prix du Concours de piano Heintzman et reçoit le titre d’« étoile de demain » du journal Montreal Star.

Malgré ses nombreux succès tôt en carrière, Alain Lefèvre souligne : « Rien n’a été facile au cours de ma carrière. Je n’ai jamais été un pianiste au succès fulgurant. Chaque étape a été difficile. » Malgré tout, il remporte le premier prix au Concours de musique du Canada à huit autres reprises et prend des classes de maîtres en France avec Jeanne-Marie Darré et Lucette Descaves. De 1979 à 1983, il étudie au Conservatoire de Paris avec Pierre Sancan, qui affirme qu’Alain Lefèvre est l’« un de mes plus brillants disciples ». Au conservatoire, il étudie aussi la composition avec Pierre Max Dubois et Geneviève Joy.

En 1980, après avoir fait ses études au Conservatoire de Paris, il remporte le Grand Prix du Concours international Alfred-Cortot, à Milan. En mars 1982, il donne à Paris le premier d’une série de récitals avec le violoniste Christian Ferras, mais cette association prometteuse est brutalement interrompue par le suicide de ce dernier en septembre de la même année. Alain Lefèvre et son frère Gilles, qui avaient été ses élèves, comptent parmi les artistes qui rendent hommage à Christian Ferras lors d’un concert tenu le 4 octobre 1982.

Carrière internationale

Alain Lefèvre se produit en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, au Portugal et en Turquie avant de s’installer à Montréal, où il fait ses débuts en 1984 avec l’Orchestre de chambre de McGill. En 1987, il est le premier Canadien à jouer à la Salle Pleyel, à Paris, avec l’Orchestre des Concerts Pasdeloup. Il y joue à nouveau en 1989.

Alain Lefèvre se produit comme soliste invité avec de grands orchestres au Canada et ailleurs, y compris avec les orchestres symphoniques de Montréal, de Toronto et de Québec, le Royal Philharmonic Orchestra (Londres) au Royal Albert Hall et au Royal Festival Hall, le London Mozart Players, l’Orchestre national de France au Théatre des Champs-Élysées, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre philharmonique de Chine, l’Orchestre philharmonique de Malaisie, les orchestres symphoniques de Hambourg et de Stuttgart, l’Orchestre symphonique de Détroit, l’Orchestre symphonique national de Washington, D.C., l’Orchestre symphonique de Houston, l’Orchestre symphonique national du Mexique et les Virtuoses de Moscou. Il a joué sous la baguette, entre autres, de Franz-Paul Decker, Charles Dutoit, Christoph Eschenbach, Lawrence Foster, George Hanson, Bernhard Klee, Yannick Nézet-Séguin, Jukka-Pekka Saraste, Vladimir Spivakov et Yan Pascal Tortelier. Enfin, il a participé à de nombreux festivals en Europe, au Canada et aux États-Unis.

Compositions et enregistrements

Alain Lefèvre commence à composer à 16 ans. Il est compositeur associé au Centre de musique canadienne (CMC). Ses compositions ont été enregistrées pour la ressource en ligne Musiflots. Lylatov (2000) et Carnet de Notes (2002) sont sortis sous l’étiquette Audiogram, alors que Blissfully Sleepless a vu le jour sous l’étiquette Analekta (2006).

Alain Lefèvre a enregistré un nombre impressionnant de CD, et a couvert un vaste répertoire en tant que soliste, avec des orchestres et à titre de musicien de chambre. Son premier enregistrement, le Piano Concerto, de John Corigliano (1994), reste la version par excellence de cette œuvre. Il a remporté de nombreux trophées Félix, et un prix Juno en 2010 pour un album présentant l’œuvre d’André Mathieu, de Dmitri Shostakovich et de Felix Mendelssohn. En 2012, le concert et l’enregistrement de 24 Préludes, de François Dompierre, lui valent un trophée Félix, ainsi que les titres d’événement de l’année et d’album de l’année, décernés par Claude Gingras, critique de musique classique à La Presse.

Champion d’André Mathieu

En compagnie de David, son frère violoniste, il enregistre des sonates de Guillaume Lekeu et de César Franck, ainsi que la Ballade-Fantasie, d’André Mathieu, enregistrement qui remporte un trophée Félix en 2009. Alain Lefèvre est depuis longtemps un ardent promoteur de la musique du compositeur André Mathieu, dont il a fouillé et enregistré les œuvres. Il collabore à la biographie du compositeur, écrite par George Nicholson (Québec Amérique, 2010) puis au film L’enfant prodige, inspiré de la biographie et pour lequel il agit à titre de directeur musical, de compositeur et de pianiste, interprétant au piano toutes les pièces jouées par le personnage de Mathieu. En 2010, il inaugure le pavillon du Canada de l’Exposition universelle de Shanghai en interprétant des œuvres d’André Mathieu avec l’Orchestre symphonique de Shanghai. En 2013, il interprète deux concertos d’André Mathieu au Carnegie Hall, à New York, à l’occasion du 70e anniversaire de la dernière représentation d’André Mathieu dans cette salle.

Honneurs

À partir de 2005, Alain Lefèvre anime une émission de radio hebdomadaire diffusée les dimanches matins à la station Espace musique, de Radio-Canada. En 2010, il reçoit le titre de personnalité internationale de l’année pour la radio de l’Association for International Broadcasting. Depuis 2005, il est l’ambassadeur artistique du Festival international de Lanaudière, pendant lequel il produit aussi chaque année. En 2008, il reçoit le prix André-Gagnon pour la composition de la Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec (SPACQ).

Une version de cet article est parue initialement dansl’Encyclopédie de la musique au Canada.

Prix

Album de l’année – Classique-Orchestre et grand ensemble (Mozart), trophée Félix (2001)

Album de l’année – Classique-Soliste et petit ensemble (Rachmaninov – Moments musicaux, Moussorgsky – Les tableaux d’une exposition), trophée Félix (2002)

Album de l’année – Instrumental (Fidèles insomnia), trophée Félix (2006)

Chevalier, Ordre de la Pléiade, Association des parlementaires de langue française (2007)

Prix André-Gagnon, Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec (2008)

Album de l’année – Classique-Soliste et petit ensemble (Franck, Lekeu – Sonates-Mathieu – Ballade-Fantaisie), trophée Félix (2009)

Chevalier, Ordre national du Québec (2009)

Album de l’année – Instrumental (Jardin d’Images), trophée Félix (2010)

Album classique de l’année - orchestre ou soliste avec orchestre (Mathieu, Shostakovich, Mendelssohn : Concertino & Concertos), prix Juno (2010)

Officier de l’Ordre du Canada (2011)

Concert de l’année – Régions (Les coups de cœur d’Alain Lefèvre), prix Opus (2011)

Médaille du jubilé de diamant de la reine Élizabeth II (2012)

Album de l’année – Classique-Soliste et petit ensemble (Dompierre : 24 Préludes), trophée Félix (2013)


Lecture supplémentaire

  • Beaucage Réjean. "Trilogie estivale pour Alain Lefèvre," La Scena Musicale 4 juin 2003.

    De Choudens, Thierry. Christian Ferras: Le violon d'Icare (Genève : Papillon, 2004).

    Georges Nicholson. Alain Lefèvre (Montréal : Druide, 2012).

Liens externes