Andrew Wiggins

Andrew Christian Wiggins (né le 23 février 1995 à Toronto, en Ontario). Andrew Wiggins est un joueur de basketball professionnel canadien évoluant au sein des Timberwolves du Minnesota de la National Basketball Association (NBA). Passant sa jeunesse à Vaughan, en Ontario, Andrew Wiggins s’est fait d’abord connaître à titre de meilleur joueur de basketball d’école secondaire au monde, puis comme membre de la deuxième équipe d’étoiles américaines au niveau collégial. En 2014, il est devenu le deuxième Canadien à être sélectionné au premier rang du repêchage de la NBA, puis a été nommé recrue de l’année au terme de la saison 2014-2015. Athlète canadien le mieux payé de tous les temps, Andrew Wiggins a aidé à trois reprises le Canada à remporter une médaille de bronze en compétition internationale.

Andrew Wiggins

Andrew Wiggins des Timberwolves du Minnesota .

(avec la permission de Susan Lesch)

Enfance et famille

Andrew Wiggins est le fils de deux athlètes d’exception. Sa mère, Marita Payne-Wiggins, voit le jour aux Bahamas et y grandit jusqu’à l’âge de neuf ans, au moment où elle et sa famille s’installent à Toronto. Sprinteuse accomplie pendant ses études à la Florida State University, elle est nommée à 21 reprises au sein de l’équipe d’étoiles de la National Collegiate Athletic Association (NCAA), tout en étant sacrée championne à huit reprises. Récoltant des médailles aux Jeux du Commonwealth (argent en 1982 et or en 1986) et aux Jeux panaméricains (en 1983 et 1987), elle fait ses débuts olympiques aux Jeux olympiques d’été de 1984 à Los Angeles, remportant des médailles d’argent aux courses à relais 4 × 100 m et 4 × 400 m. Elle représente également le Canada aux Jeux olympiques d’été de 1988 à Séoul. En 2014, elle est intronisée au Temple de la renommée d’athlétisme de l’Ontario.

C’est à la Florida State University que Marita Payne-Wiggins fait la rencontre de celui appelé à devenir le père d’Andrew, Mitchell Wiggins, à l’époque où il excelle au basketball universitaire, par ailleurs nommé joueur « All-American » à deux reprises (en 1982 et 1983). Né dans le comté de Lenoir, en Caroline du Nord, Mitchell Wiggins est membre de l’équipe américaine aux Championnats du monde de la FIBA en 1982, où il aide les siens à décrocher la médaille d’argent. Lors du repêchage de la NBA de 1983, il est sélectionné au 23e rang au total par les Pacers de l’Indiana. Au cours de sa carrière, il évolue au sein de ligues de partout au monde. À sa retraite, il s’installe avec Marita à Vaughan, en banlieue de Toronto. Ensemble, ils élèvent six enfants.

Le frère le plus âgé d’Andrew Wiggins, Mitchell Jr., est joueur de basketball vedette de la Southeastern University de Floride. Son autre frère aîné, Nick, se démarque dans le même sport à la Wichita State University pour ensuite connaître une carrière professionnelle en Allemagne, en Nouvelle-Zélande, en Australie, en Macédoine, au Canada et dans la ligue de développement de la NBA. Les trois sœurs d’Andrew Wiggins – Stephanie, Angelica et Taya – sont également joueuses de basketball et athlètes de piste.

Un phénomène à l’école secondaire, 2009-2013

Avant même sa première année d’école secondaire, Andrew Wiggins se fait connaître des amateurs de basketball de l’ensemble de l’Amérique du Nord. Une vidéo publiée sur YouTube en octobre 2019 et intitulée « Best 13 Year Old in the Nation » (le meilleur joueur de 13 ans au pays) présente les faits saillants de sa performance exceptionnelle lors d’un tournoi hors concours organisé aux États-Unis. Elle est visionnée à presque cinq millions de reprises.

« Nous découvrions ainsi un jeune homme de 13 ans, mesurant 1,9 m et doté d’un gabarit et d’une portée exceptionnels, qui smashe le ballon d’une manière qui donnerait du fil à retordre aux pros », déclare plus tard l’ancien athlète olympique Rowan Barrett, directeur général de l’équipe nationale masculine senior du Canada. « Il était très clair pour quiconque connaissait le basketball qu’on avait affaire à un prodige. »

Dès sa première année, Andrew Wiggins aide l’équipe de basketball de son école secondaire de Vaughan à remporter le championnat. À sa deuxième saison, l’équipe maintient une fiche presque parfaite de 44 victoires contre un seul revers, qui survient lorsqu’Andrew Wiggins doit se retirer du match en raison d’une crampe à la jambe. Le 9 mars 2011, il mène l’école à un titre de la Fédération des associations du sport scolaire de l’Ontario, marquant 25 points lors du dernier match. Alors élève de 10e année, il est le plus jeune joueur de l’équipe.

En 2011, Andrew Wiggins est transféré à l’école préparatoire Huntington Prep, à Huntington, en Virginie occidentale. En deux saisons, il présente des moyennes de 23,6 points, 11,3 rebonds, 2,3 vols et 2,7 blocs par match. En jouant aux États-Unis dans des gymnases bondés de spectateurs, parmi lesquels se trouvent des recruteurs des plus grands programmes universitaires, Andrew Wiggins devient le joueur le plus en vue pour le repêchage universitaire.

Le 25 février 2013, il se voit attribuer le trophée Naismith (voir James Naismith), en plus d’être nommé joueur d’école secondaire de l’année aux États-Unis. Il est le tout premier Canadien à remporter cet honneur. Le premier ministre Stephen Harper lui transmet ses félicitations par Twitter : « Je viens d’apprendre que le meilleur joueur de basketball dans les écoles secondaires américaines est le Canadien Andrew Wiggins. Félicitations, @22Wiggins! » Andrew Wiggins devient par ailleurs le premier Canadien à être nommé Monsieur Basketball USA ainsi que Joueur national de l’année Gatorade.

Un joueur de choix pour les universités

Andrew Wiggins ne s’engage auprès d’aucune université lors de sa dernière année d’école secondaire, ce qui ne fait qu’alimenter la spéculation à son endroit. « La décision d’Andrew Wiggins pèse lourdement sur le monde du basketball universitaire », lit-on dans le quotidien USA Today. « Le choix de Wiggins aura des répercussions sur plusieurs années », décrit pour sa part le Herald-Leader de Lexington, au Kentucky.

C’est dans une atmosphère d’anticipation qu’Andrew Wiggins restreint finalement ses choix à quatre programmes, soit ceux des universités du Kentucky, du Kansas, de la Caroline du Nord, ainsi que la Florida State University, celle-là même fréquentée par ses parents Marita et Mitchell, et dont le temple de la renommée athlétique compte ces derniers parmi ses intronisés.  

En conférence de presse à Huntington le 14 mai 2013, soit un jour seulement avant la date limite d’entente entre les espoirs du basketball et les universités, Andrew Wiggins annonce que son choix s’est arrêté sur l’université du Kansas. « Ç’a été pour nous une agréable surprise, car nous n’avions aucune idée de quel côté il penchait », déclare alors Bill Self, l’entraîneur du Kansas, dans un communiqué de presse émis plus tard dans la journée.

Andrew Wiggins suit les pas d’une autre icône canadienne du basketball installée à Lawrence, au Kansas : nul autre que James Naismith, originaire d’Almonte, en Ontario, non seulement inventeur du basketball, mais également fondateur du programme de basketball de l’Université du Kansas en 1898. Depuis, l’école cumule plus de victoires que tout autre programme collégial, à l’exception de l’Université du Kentucky.

Université du Kansas

Le 8 novembre 2013, Andrew Wiggins fait ses débuts pour le Kansas, marquant 16 points et réussissant trois vols dans un gain des siens contre l’Université de Louisiana-Monroe. Lors de sa saison recrue, il parvient à maintenir une moyenne de 17,1 points par match, en plus d’établir de nombreux nouveaux records d’équipe pour un joueur de première année, dont ceux du nombre total de points (597), de lancers au panier tentés (422), ainsi que de lancers francs tentés (227) et réussis (176). Sacré recrue de l’année de la conférence Big 12, il est sélectionné au sein de l’équipe d’étoiles All-American de la même conférence, ainsi que de la deuxième équipe d’étoiles All-American, choisie à l’échelle nationale par consensus.

Forte d’une saison de 25 victoires contre 10 défaites, l’Université du Kansas amorce le tournoi 2014 de la NCAA au deuxième rang de sa tranche. L’équipe subit toutefois une défaite surprise au deuxième tour, au score de 60–57 contre l’équipe de l’Université de Stanford, classée dixième. Dans le revers, Andrew Wiggins ne marque que quatre points. Une semaine plus tard, le 31 mars 2014, Andrew Wiggins annonce qu’il quitte les rangs universitaires dans l’objectif de rejoindre la NBA.

Saison recrue dans la NBA

La fin en queue de poisson de la seule saison d’Andrew Wiggins au Kansas ne dissuade pas les dirigeants des équipes de la NBA. Le 26 juin 2014, les Cavaliers de Cleveland en font le premier choix du repêchage de la NBA. Ce faisant, il devient le deuxième Canadien de suite à être sélectionné au premier rang, dans le sillage d’Anthony Bennett de Brampton, en Ontario, l’année précédente.

La saison recrue d’Andrew Wiggins débute de manière prometteuse. Le 11 juillet 2014, à peine 15 jours après le repêchage, la grande vedette du basketball LeBron James annonce qu’il signera un nouveau contrat avec les Cleveland Cavaliers, l’équipe l’ayant repêché en 2003, après quatre saisons avec le Heat de Miami. Dans la lettre qu’il publie, il mentionne plusieurs joueurs des Cavaliers qu’il est impatient de rejoindre. Curieusement, aucune mention n’est faite d’Andrew Wiggins, ce qui alimente les rumeurs d’un échange probable de la sensation de 19 ans.

Le 23 août 2014, avant même d’avoir disputé un seul match pour Cleveland, Andrew Wiggins passe aux Timberwolves du Minnesota en échange de l’ailier vedette Kevin Love. Ce faisant, il devient le premier joueur sélectionné au premier rang depuis 1993 à être échangé avant même son premier match avec l’équipe l’ayant repêché. Son premier match de saison régulière dans la NBA, disputé le 29 octobre 2014, est sans éclat : il ne marque que six points en 18 minutes et 33 secondes de jeu. Prenant toutefois rapidement du galon, il connaît 31 matchs de 20 points ou plus au cours de sa saison recrue. Devenant le leader d’une jeune équipe appelée à se constituer autour de lui, il mène les Timberwolves au chapitre du temps de jeu (36,2 minutes par match), en plus d’être le seul joueur de l’équipe à disputer les 82 matchs de la saison.

Le 30 avril 2015, Andrew Wiggins devient le premier joueur canadien à être nommé recrue de l’année de la NBA, obtenant 110 des 130 votes.

Faits saillants de sa carrière dans la NBA

Andrew Wiggins marque en moyenne 20,7 points par match lors de la saison 2015-2016, puis 23,6 points en 2016-2017. Il s’agit, en date de 2019, des deux seules saisons de l’histoire de la NBA au cours desquelles un joueur canadien maintient une moyenne supérieure à 20 points par match. Le 13 novembre 2016, lors d’une partie opposant son équipe aux Lakers de Los Angeles, il marque 47 points, son meilleur résultat en carrière. Il devient ainsi le premier joueur canadien à marquer plus de 40 points dans un match.

Le 11 octobre 2017, à l’aube de la saison 2017-2018, Andrew Wiggins obtient une prolongation de contrat de cinq ans d’une valeur de 146,5 millions de dollars américains, le montant maximum auquel il est admissible. « Andrew est l’un des meilleurs joueurs de la NBA. Son talent et son ardeur au travail lui permettront de s’améliorer davantage et d’être le pilier de notre équipe pour plusieurs années encore », déclare alors le propriétaire des Timberwolves, Glen Taylor. L’entente, d’une valeur annuelle moyenne de 29,3 millions de dollars américains, fait d’Andrew Wiggins l’athlète canadien le mieux payé de tous les temps.

Bien qu’il soit resté l’un des joueurs les plus fiables de la NBA, faisant partie de la formation partante de chaque match qu’il dispute pendant ses cinq premières années dans la ligue, il voit ses statistiques régresser dans tous les domaines après sa prolongation de contrat. Cependant, au cours de la saison 2017-2018, il mène les Timberwolves à leur première qualification pour les séries éliminatoires depuis sa venue.

Équipe nationale canadienne

À plusieurs reprises, Andrew Wiggins représente le Canada dans le cadre de compétitions internationales, aidant le pays à obtenir trois médailles. En juillet 2010 alors qu’il est âgé de 15 ans, il fait partie de l’équipe canadienne à la Coupe du monde FIBA des moins de 17 ans, organisée à Hambourg, en Allemagne. Récoltant 8,1 points et 3,2 rebonds en moyenne par match, il aide le Canada à décrocher le bronze. Deux ans plus tard, en 2012, au Championnat FIBA Amériques des moins de 18 ans tenu à São Sebastião do Paraíso, au Brésil, il obtient 15,2 points par match, un sommet au sein de l’équipe canadienne, qui récolte le bronze à nouveau.

En septembre 2015, alors âgé de 20 ans, Andrew Wiggins fait ses débuts au sein de l’équipe nationale senior masculine au tournoi de qualification olympique de la FIBA Amériques à Mexico. Il est à nouveau meneur de l’équipe au chapitre du pointage, avec 15,1 points marqués par match. Le 11 septembre 2015, le Canada baisse toutefois pavillon en demi-finale face au Venezuela, par la marque de 79 à 78. Il joue 26 minutes, mais ne marque que neuf points. On le cloue au banc dans les derniers instants du match, au profit du vétéran Aaron Doornekamp.

Andrew Wiggins se ressaisit le 12 septembre 2015, en finale de consolation contre le Mexique, le pays hôte. Menés par leurs adversaires à la fin de la première demie, les Canadiens reviennent de l’arrière et remportent le match 87 à 86, sous les applaudissements de Steve Nash, une icône de l’équipe nationale. Aidé par les 18 points d’Andrew Wiggins, le Canada obtient sa première médaille de bronze sur la scène internationale depuis 2001. Andrew Wiggins est le seul Canadien nommé au sein de l’équipe d’étoiles du tournoi.

En 2016, Andrew Wiggins prend la décision, controversée, de ne pas se joindre à l’équipe canadienne en vue du tournoi mondial de qualification olympique de la FIBA. Dans une déclaration à cet effet, il précise : « [à] l’approche de ma troisième saison dans la NBA, je dois me consacrer entièrement à la saison à venir et à mon rôle accru au sein des Timberwolves [...] Cette décision a été longuement mûrie, et je ne puis que soutenir Équipe Canada et lui souhaiter de tout cœur beaucoup de succès cet été. » S’inclinant face à la France en finale du tournoi, Équipe Canada ne se qualifie pas pour les Jeux olympiques.

En 2018, l’équipe nationale senior masculine peut espérer se qualifier pour la Coupe du monde de la FIBA, ainsi que pour les Jeux olympiques d’été pour la première fois depuis 2000. Cependant, elle doit à nouveau essuyer un refus d’Andrew Wiggins. On rapporte que sa décision tiendrait à un conflit avec l’entraîneur d’Équipe Canada, Jay Triano, en raison de la décision de ce dernier de clouer Andrew Wiggins au banc lors du tournoi de 2015, une rumeur démentie par l’un comme par l’autre.   

Distinctions et récompenses

  • Monsieur Basketball USA (2013)
  • Joueur national de l’année Gatorade (2013)
  • Joueur d’école secondaire de l’année Naismith (2013)
  • Joueur All-American McDonald’s (2013)
  • Deuxième équipe All-American de la NCAA (2014)
  • Première équipe All-American de la conférence Big 12 (2014)
  • Recrue de l’année de la conférence Big 12 (2014)
  • Recrue de l’année de la NBA (2015) (Première équipe d’étoiles des recrues)