Brampton

Brampton, ville de l’Ontario constituée en 1974; population de 593 638 (recensement de 2016), 523 906 (recensement de 2011). La ville de Brampton est créée par la fusion de la municipalité de Brampton, de la partie sud du canton de Chinguacousy et de parties de la municipalité de Mississauga et du canton de Toronto Gore. Située au nord-ouest de Toronto, Brampton fait partie de la municipalité régionale de Peel et se trouve dans les bassins versants des rivières Credit et Humber.

Brampton est établie sur les terres ancestrales des Hurons-Wendats, des Haudenosaunee et des Anishinaabés, notamment les Mississaugas. Le territoire est visé par l’Achat d’Ajetance (1818).



Peuples autochtones

Des peuples autochtones vivent depuis des milliers d’années dans la région de Brampton, plus précisément près des rivières Credit et Humber. Les Hurons-Wendats, qui récoltent des légumes, pêchent et chassent, habitent traditionnellement des maisons longues. Lorsque les Européens arrivent au 17e siècle, les commerçants français s’allient aux Hurons-Wendats et deviennent les ennemis des Haudenosaunee. Les guerres iroquoises, menées en partie pour contrôler la traite de fourrures à cette époque, causent une baisse de population chez les Hurons-Wendats. Les maladies introduites par les colons contribuent également à décimer leur peuple.

Au début du 18e siècle, les Haudenosaunee quittent le bassin versant de la rivière Humber pour se rendre au nord de l’État de New York. Leur départ mène à la migration de peuples anishinaabés, comme les Mississaugas, vers la région de Brampton.

En 1818, James Ajetance, chef des Mississaugas de Credit, signe une entente avec le gouvernement colonial britannique. Dans l’entente, connue sous le nom d’Achat d’Ajetance ou Traité n° 19, les Mississaugas cèdent 2 622 km2 de leurs terres à la Couronne. En échange, la Couronne s’engage à leur donner chaque année des biens d’une valeur de 522 livres et 10 shillings. En 1847, bon nombre de membres de la communauté autochtone quittent l’endroit et s’installent dans la réserve des Six Nations de la rivière Grand.

Peuplement et croissance

Village de Brampton

Centre-ville de Brampton, vers 1870. Brampton est constituée en ville en 1873.

En 1819, un soldat britannique du nom de Richard Bristol arpente le canton de Chinguacousy et, l’année suivante, est rejoint par d’autres colons anglais. Dans les années 1830, une communauté nommée Buffy’s Corners est fondée tout juste au sud du canton de Chinguacousy. Lorsqu’elle devient officiellement un village en 1853, elle adopte le nom de Brampton, d’après une municipalité du comté de Cumberland, en Angleterre. Situé à l’intersection des rues Hurontario et Queen, le village se trouve alors sur une plaine inondable du ruisseau Etobicoke. En 1867, les électeurs choisissent Brampton pour y établir le gouvernement du comté de Peel, ce qui, conjugué à l’arrivée du chemin de fer Grand Trunk Railway en 1858, stimule grandement le développement économique. Brampton est constituée en ville en 1873.

Les premiers peuplements établis près de la ville de Brampton (qui font aujourd’hui partie de la ville) sont Nortonville, Snelgrove, Huttonville, Mayfield, Castlemore, Stanley’s Mills et Churchville.

Bramalea

Centre commercial Bramalea City Centre et bureaux du canton de Chinguacousy, 1972.

Après la guerre, la majorité de l’expansion immobilière et industrielle se fait dans les limites de plus en plus élargies de la ville. Bramalea est toutefois l’exception à la règle et est fondée de manière à être séparée de Brampton et de Malton, ce qui lui vaut le nom de « ville satellite » (voir Design d’environnement). Les premières maisons de Bramalea sont construites en 1959, et la construction se poursuit jusque dans les années 1980.

Au milieu des années 1960, l’Ontario commence à restructurer plusieurs municipalités, dont le comté de Peel, qui croît et s’urbanise de plus en plus. Le comté compte alors 10 gouvernements municipaux aux compétences très variées, que le gouvernement décide de fusionner en trois municipalités pour qu’il soit plus facile de répondre aux besoins complexes des résidents. C’est ainsi que Caledon, Mississauga et Brampton sont fondées. La ville de Brampton regroupe l’ancienne ville de Brampton, le canton de Toronto Gore, la partie sud du canton de Chinguacousy et une partie de la municipalité de Mississauga.

Après la fusion, bon nombre de terres agricoles de la ville commencent à être exploitées. Malgré ses importantes industries, Brampton en vient à être considérée comme une « ville-dortoir ». Plus récemment, les planificateurs urbains se sont concentrés sur le réaménagement des zones denses de la ville.

Population

Brampton est la neuvième ville la plus peuplée du Canada. C’est également la troisième plus grande ville de la région du Grand Toronto, après Toronto et Mississauga. L’âge moyen de ses résidents est de 36,5 ans, soit l’âge moyen le plus bas parmi les grandes villes canadiennes.

Selon le recensement de 2016, les minorités visibles représentent 73,3 % de la population de Brampton. Bien que 234 origines ethniques y aient été recensées, plus de 44 % des résidents s’identifient comme sud-asiatiques. Le recensement de 2011 révèle quant à lui que Brampton regroupe la deuxième plus grande population de sikhs au Canada, après Surrey, en Colombie-Britannique.

Économie et main-d’œuvre

B. H. Bull and Son

Vache jersiaise ayant battu des records aux fermes B. H. Bull and Son, 1933.

Brampton est située sur de grandes terres agricoles. Jusqu’à récemment, la ville se concentrait principalement sur l’agriculture et l’élevage. Des vaches jersiaises des éleveurs B. H. Bull and Son détiennent des records de production laitière, tandis qu’un taureau Holstein de Rosafe Farms permet pendant plusieurs décennies de mettre au monde le cheptel laitier de Cuba. Pendant les années 1920, près de la moitié des fleurs coupées du Canada proviennent des serres du domaine Dale, à Brampton. Les serres variées attirent alors les immigrants, notamment les travailleurs néerlandais qualifiés. Les coûts d’exploitation et la concurrence en Amérique du Sud causent la fermeture de l’entreprise en 1980.

De la moitié des années 1800 à la moitié des années 1900, l’économie de la ville de Brampton est principalement industrielle. Parmi les grandes entreprises, on retrouve notamment Gummed Papers, la fonderie de matériel agricole Haggert Bros., Hewetson Shoes et Dixie Cup.

Les Compagnies Loblaw limitée et la Compagnie de la Baie d’Hudson ont toutes deux leur siège social à Brampton. L’ancien siège social de Nortel est aujourd’hui un campus de l’entreprise Rogers Communications. Le bureau de Brampton de la MDA Corporation exploite et entretient des systèmes robotiques de la Station spatiale internationale, comme le Canadarm2 et le Dextre.

Le collège Sheridan et l’Université Algoma ont tous deux un campus dans la ville.

Administration et politique

Bill Davis, premier ministre de l’Ontario de 1971 à 1985, a vécu à Brampton toute sa vie. Il est considéré comme une influence de Patrick Brown, l’ancien chef du parti progressiste-conservateur de l’Ontario, élu maire de Brampton en 2018.

Avant de devenir chef du NPD au fédéral, Jagmeet Singh est député provincial de Brampton Est. Le sénateur de l’Alberta sir James Alexander Lougheed et les premiers ministres du Manitoba Howard Pawley et Tobias Crawford Norris sont aussi originaires de Brampton.

Vie culturelle

Le Rose Theatre

Le Rose Theatre à Brampton, en Ontario.

Les Excelsiors de Brampton sont une équipe de crosse ayant remporté à 11 reprises la coupe Mann (la plus récente étant en 2011). Le Beast de Brampton est quant à lui une équipe professionnelle de hockey fondée en 2013 et faisant partie de la East Coast Hockey League (Ligue de hockey de la côte est). Jayna Hefford, intronisée au Temple de la renommée du hockey, et Cassie Campbell-Pascall ont toutes deux joué pour le Thunder de Brampton. Le basketballeur Andrew Wiggins et le joueur de tennis Milos Raonic sont eux aussi originaires de la ville.

Sur son territoire, Brampton accueille huit bibliothèques, le Rose Theatre, la maison historique Bovaird et la galerie d’art, le musée et les archives de Peel. Fondé en 2016, le Festival of Literary Diversity (festival de la diversité littéraire) a attiré l’attention de tout le pays. La chanteuse Alessia Cara, la scénariste trey anthony, l’acteur Michael Cera, le comédien Scott Thompson et le paléontologue Phillip J. Currie sont tous natifs de Brampton.