Anti-réciprocité, mouvement

Plusieurs organisations se forment pour s'opposer à l'accord de réciprocitée de janvier 1911 entre le Canada et les États-Unis. La plus importante est la Canadian National League, dirigée par l'avocat torontois Zebulon Lash.

Anti-réciprocité, mouvement

Plusieurs organisations se forment pour s'opposer à l'accord de réciprocitée de janvier 1911 entre le Canada et les États-Unis. La plus importante est la Canadian National League, dirigée par l'avocat torontois Zebulon Lash. Les autres sont la Canadian Home Market Association, filiale de l'Association des manufacturiers canadiens dont les activités se concentrent dans la distribution de tracts et dans la collecte de fonds; et l'Anti-Reciprocity League, créée à Montréal à la fin de février. S'affirmant non partisane du point de vue politique, la ligue fait campagne de porte en porte par le biais de pétitions et organise de grands rassemblements à l'échelle du pays. L'un des principaux instigateurs de l'activité anti-réciprocité est Clifford Sifton, ancien ministre de l'Intérieur du gouvernement libéral.