Cyprès, collines de

Après l'arrivée , en 1883, du chemin de fer du Canadien Pacifique à MAPLE CREEK, l'élevage prend de l'importance dans la région. À partir de 1906, une partie des collines de Cyprès est protégée en tant que réserve forestière fédérale.

Cyprès, collines
Les collines Cyprès, région située dans le Sud-Est de l'Alberta et le Sud-Ouest de la Saskatchewan, sont l'une des rares régions du Canada qui ne sont pas recouvertes de glace pendant la glaciation du Wisconsin (photo de Brian Milne/Masterfile).
Cyprès, collines de
Cette photo du Reesor Lake dans le parc interprovincial Cypress Hills montre une végétation mixte d'épinettes, de peupliers faux-tremble et de prairies de fétuques (photo de Cliff Wallis; avec la permission de Cottonwood Consultants Ltd.).

Cyprès, collines de

 D'une superficie d'environ 2500 km2 et d'une altitude maximale de plus de 1460 m, ces collines, situées dans le sud-sst de l'Alberta et le sud-ouest de la Saskatchewan, s'élèvent à 600 m au-dessus des prairies environnantes, formant le point le plus élevé du continent canadien entre les Rocheuses et le Labrador.

Historique

 Il y existe des vestiges d'occupation par l'homme remontant à plus de 7000 ans. Les autochtones des Plaines passent l'hiver dans ces collines qui les protègent des vents hivernaux de la prairie et leur offrent un gibier abondant. Les collines sont également un lieu important de quête spirituelle et une source du pin tordu qu'ils utilisent pour la construction de maisons et de TRAVOIS. Le nom de ces collines provient probablement d'une ancienne expression utilisée par les explorateurs canadiens-français, « montagne de cyprès », pour décrire l'aspect de ces collines recouvertes de pins. Le mot cyprès fut largement utilisé, quoique de façon erronée, pour parler des forêts de pins canadiennes. La région porte le nom Cypress Hills sur la carte PALLISER de 1857-1860. À la fin des années 1860, c'est un centre où l'on fait le commerce du whisky et, en 1873, une bande de chasseurs de loups américains y massacre des Assiniboines. L'incident incite le gouvernement du premier ministre John A. MACDONALD à adopter rapidement le projet de loi qui avait été déposé en vue de créer la POLICE À CHEVAL DU NORD-OUEST. FORT WALSH est construit en 1875 près du lieu du massacre.

Après l'arrivée , en 1883, du chemin de fer du Canadien Pacifique à MAPLE CREEK, l'élevage prend de l'importance dans la région. À partir de 1906, une partie des collines de Cyprès est protégée en tant que réserve forestière fédérale. La compétence en matière des ressources (voirRESSOURCES NATURELLES, PARTAGE DES COMPÉTENCES LÉGISLATIVES CONCERNANT LES est transférée aux provinces en 1930. La partie située en Alberta demeure une réserve forestière (provinciale) jusqu'en 1951, année où elle devient un parc provincial. Déjà, en 1931, la majeure partie des collines située en Saskatchewan était un parc provincial. En 1989, le PARC INTERPROVINCIAL CYPRESS HILLS devient le premier et l'unique parc interprovincial au Canada.

Description

Les collines forment des hautes terres ondulées semblables à un plateau, s'élevant brusquement au nord et descendant graduellement au sud pour rejoindre les plaines. Alimentées par de nombreuses sources surgissant le long des flancs de coteau, les pentes sont recouvertes d'une forêt mélangée de pins de Murray, d'épinettes blanches, de peupliers baumiers et de peupliers faux-trembles. Le plateau ouvert à écoulement rapide est recouvert de champs de fétuque et d'arbustes. En fait, la région constitue un îlot d'humidité au milieu des prairies semi-arides, avec de nombreuses variétés de plantes et d'animaux, variétés représentatives des ROCHEUSES, situées à plus de 200 km à l'ouest. Plus de 230 espèces d'oiseaux ont été aperçues à cet endroit.

Coiffées d'une couche de gravier fluvial de 100 m d'épaisseur provenant des Rocheuses (la formation des collines de Cyprès remonte à l'époque oligocène), les collines de Cyprès sont un lambeau d'érosion d'une surface autrefois étendue de plaines élevées qui ont en grande partie disparu à la suite de l'érosion fluviale de la fin du tertiaire et du début du quaternaire (voirÉVOLUTION GÉOLOGIQUE).

Les collines étaient suffisamment élevées pour qu'elles aient été l'une des rares régions du Canada à ne pas être complètement recouverte par les glaces laurentidiennes au cours de la glaciation wisconsinienne. Leurs parties élevées émergeaient de l'inlandsis, formant des NUNATAKS. Le loess, ayant plus de 2 m d'épaisseur à certains endroits, a été déposé au cours de cette période.


Liens externes