De Havilland Otter

Vers le milieu des années 1950, de Havilland se rend compte qu'il existe un besoin pour une version plus grosse et plus puissante de DHC-3.


De Havilland Otter

 Le de Havilland Otter est un avion de brousse polyvalent à décollage et à atterrissage courts (ADAC) conçu pour fonctionner sur roues, sur flotteurs, sur skis ou sur «pneus de toundra», d'énormes pneus ballon à basse pression pouvant rouler sur sol normal ou mou et humide. Son prédécesseur, le DE HAVILLAND BEAVER, un avion plus petit ayant les mêmes caractéristiques, remplit le même rôle. Le de Havilland Otter est conçu sous le nom de King Beaver. Le DHC-3 Otter vole pour la première fois le 12 décembre 1951. Cet avion à 10 ou 11 places (comparé aux 6 places du Beaver) constitue un moyen de transport fiable dans le Nord canadien, au Groenland, en Norvège, en Antarctique, au Népal, en Chine et dans de nombreux autres pays. De Havilland Canada le commercialise auprès de l'armée américaine, qui devient le plus grand exploitant d'avions DHC-3, qu'elle nomme l'U1.

Vers le milieu des années 1950, de Havilland se rend compte qu'il existe un besoin pour une version plus grosse et plus puissante de DHC-3. Volant pour la première fois le 25 mai 1965, le Twin Otter (DHC-6) est propulsé par deux moteurs à turbine Pratt et Whitney PT6 construits au Canada, ce qui augmente la vitesse de 50 p. 100. Les avions sont livrés à partir de 1966, et la production continue pendant 22 ans, avec trois versions du produit. Cet avion de brousse remplit une fonction importante comme avion commercial pour les routes d'apport un peu partout dans le monde. Il inaugure le premier service aérien entre les centres-villes d'Ottawa et de Montréal en juillet 1974 et participe davantage au développement de l'Arctique canadien que tout autre avion.

En 1971, la Force aérienne canadienne achète neuf Twin Otters (CC-138), qui seront ses seuls avions polyvalents légers. Quatre Twin Otters sont encore au service du quartier général du Secteur du Nord des Forces canadiennes et des programmes des rangers et des cadets dans l'Arctique. Jusqu'en 1994, les Twin Otters exploités par l'escadron 440 à Edmonton et son détachement à Yellowknife sont utilisés pour les recherches et les secours. À la fermeture de 18 Wing Edmonton en 1994, l'escadron renonce à son rôle principal dans les recherches et les secours, mais les avions portent toujours cette peinture jaune vif qui assurait leur visibilité dans l'Arctique.

Le Twin Otter se vend partout où sa fiabilité à toute épreuve et sa capacité ADAC le rendent utile : dans la jungle, au désert, en montagne et dans l'Arctique. Les plus grandes flottes sont réunies en Indonésie et en Norvège. Le modèle plaît aux exploitants car il est facile à entretenir et plaît aux passagers par ses atterrissages courts et sécuritaires.

Le meilleur témoignage de la qualité intemporelle du Twin Otter, c'est sans doute le fait que cet avion, qui n'est plus en production depuis de longues années, s'achète et se vend encore à un prix de revente vingt fois plus élevé que son prix d'origine.