Fortification

Même s'il arrive qu'on renforce les remparts en creusant une tranchée extérieure, cette conception plutôt primitive de la fortification n'évolue pas avant le XVIe siècle.

Halifax, citadelle
Vue aérienne de la citadelle d'Halifax (Corel Professional Photos).
Fort Erie
Le Fort Erie (à l'origine), en Ontario, sur un timbre de 34 cents (avec la permission de la Société canadienne des postes).

Fortification

La fortification est un ouvrage défensif séparant un défenseur de son assaillant. Son aménagement dépend surtout des techniques du défenseur ou des armes dont dispose l'assaillant et diffère selon qu'il s'agit d'une structure permanente ou temporaire. Les premières fortifications étaient probablement faites d'arbres abattus, de branches entrelacées et d'amas de pierres. Avant l'arrivée des Européens, les Hurons et d'autres peuples iroquoiens utilisaient ce genre de fortifications. En Europe, ce type d'ouvrage défensif se perfectionne pour prendre la forme de remparts de terre, de bois, de pierre ou de brique.

Même s'il arrive qu'on renforce les remparts en creusant une tranchée extérieure, cette conception plutôt primitive de la fortification n'évolue pas avant le XVIe siècle. Un solide rempart demeure pendant longtemps la défense la plus efficace contre les attaques d'infanterie, principale technique d'assaut, et des armes comme le bélier ou la catapulte ne représentent pas une véritable menace. Toutefois, à la fin du XVe siècle, l'innovation technique que constitue l'artillerie exige le développement des fortifications pour répondre à cette nouvelle menace. La poudre à canon apparaît en Europe au XIVe siècle, mais ce n'est pas avant le XVe siècle que des dispositifs permettant de lancer des projectiles sont mis au point. À la fin du XVe siècle, plusieurs forteresses italiennes s'écroulent sous le feu de l'artillerie française, ce qui entraîne rapidement une modification des systèmes de défense.

Même si les premières forteresses modernes utilisent des systèmes de défense moyenâgeux, les constructeurs en assurent la protection contre les tirs d'artillerie en ancrant profondément les fondations dans le sol. Un fossé profond devant une muraille peu élevée fait obstacle à l'infanterie et représente une cible moins facile pour l'artillerie. La terre excavée est empilée du côté extérieur de la tranchée pour former une longue pente, réduisant ainsi la surface exposée du rempart et ralentissant l'approche de l'infanterie. Hormis certains perfectionnements qu'on y apporte ensuite, ce sont là les principales caractéristiques des fortifications modernes. La structure en forme d'étoile du bâtiment central de la forteresse permet la défense de tout son périmètre.

Au Canada, on construit des fortifications de style médiéval et d'autres plus modernes, selon qu'elles doivent ou non faire face à l'artillerie. Seuls les Européens utilisent cette dernière et, en raison du poids des premiers fusils, les fortifications qui doivent être défendues contre les tirs d'artillerie se trouvent généralement près des voies fluviales. Ainsi, l'habitation de PORT-ROYAL, construite en 1605 en Acadie (Nouvelle-Écosse) par CHAMPLAIN, représente la première fortification de type européen en Amérique, au nord des colonies espagnoles. Il s'agit simplement d'une série de bâtiments interreliés construits autour d'une cour et présentant de l'extérieur des murs aveugles. Face au cours d'eau, la structure possède en outre une batterie fortifiée pour le tir à l'arme légère. Champlain érige une habitation semblable à Québec en 1608. C'est le lieu plus que l'époque de la construction qui détermine le style de la fortification : dans l'Ouest, même au XIXe siècle, de simples palissades servent encore de défense, alors que dans l'île du Cap-Breton, la forteresse de LOUISBOURG, édifiée au milieu du XVIIIe siècle, est considérée comme le meilleur exemple des premières fortifications modernes en Amérique du Nord.

La plupart des forts de la NOUVELLE-FRANCE sont élevés le long de la rivière Richelieu, à partir du lac Champlain, voie qu'empruntent de nombreux envahisseurs (voir FORT CHAMBLY), même si on construit des postes de traite fortifiés loin à l'intérieur des terres (voir FORT DUQUESNE). Plus tard, dans le HAUT-CANADA, c'est la frontière menacée du Niagara (voir FRONTIÈRE HISTORIQUE DU NIAGARA) qui retient l'attention. Les Britanniques érigent, vers 1800, de hautes tours de pierre afin de renforcer la défense des ports d'Halifax et de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick (voir TOUR MARTELLO). Dans le Nord-Ouest, de simples palissades de bois assurent une protection suffisante, sauf au FORT PRINCE-DE-GALLES, sur la baie d'Hudson, à LOWER FORT GARRY et à UPPER FORT GARRY, sur la rivière Rouge, où l'on a érigé des murailles de pierre.

La GUERRE DE 1812 débouche sur une impasse, en partie à cause de la puissance navale britannique dans l'Atlantique et le lac Ontario. En outre, l'ACCORD RUSH-BAGOT de 1817 limite strictement la présence de navires de guerre dans les Grands Lacs et le lac Champlain. Comme les États-Unis, déjà avantagés par une population 10 fois plus nombreuse que celle de l'Amérique du Nord britannique, sont mieux équipés pour la construction navale à l'intérieur de leur territoire, le gouvernement britannique fait construire le canal RIDEAU pour permettre aux navires de guerre provenant de l'Atlantique d'atteindre le point stratégique du lac Ontario. On entreprend également la construction de forteresses de pierre en forme d'étoile à Kingston (FORT HENRY), où le canal Rideau rejoint le lac Ontario, à l'île-aux-Noix, où le lac Champlain donne naissance à la rivière Richelieu, dans la ville maintes fois assiégée de Québec (voir CITADELLE DE QUÉBEC), ainsi qu'à Halifax, base de la marine royale en Amérique du Nord (voir CITADELLE D'HALIFAX).

Une révolution technologique dans l'attirail de guerre vient bouleverser les idées depuis longtemps établies sur la force relative de l'attaque et de la défense. Les cuirassés à vapeur ennemis, dont les canons lancent des projectiles coniques, peuvent à tout moment détruire les bases de la marine royale. La Grande-Bretagne renforce donc la défense côtière, d'abord à Portsmouth et à Plymouth, puis en Amérique du Nord britannique. Lorsque la GUERRE DE SÉCESSION ranime le spectre de la guerre avec les États-Unis, le gouvernement britannique ordonne à nouveau la construction de puissantes forteresses aux Bermudes, à Halifax et à Lévis, en face de Québec.

Avec ses six nouvelles batteries, le port d'Halifax peut résister aux forces combinées des flottes du monde entier. On peut constater une rapide évolution dans la conception des forts. Ainsi, vers 1860, on réorganise la batterie inférieure (donc, la plus vulnérable) de l'île George en protégeant à l'aide de plaques de fer les canons chargés par la bouche et on les fait tirer à travers des meurtrières pratiquées dans l'épais mur de la forteresse. Vers la fin des années 1880, les fusils de la redoute York sont placés en cercle dans une série de trous aux parois bétonnées pour permettre de tirer dans toutes les directions à la fois. Ils sont protégés par des parapets légèrement inclinés destinés à dévier plutôt qu'à arrêter le tir des obus. Au début des années 1890, on introduit les canons qu'on charge par la culasse et on effectue le réarmement complet d'Halifax entre 1898 et 1906.

En 1905-1906, le gouvernement fédéral prend en charge le fort d'Halifax et celui d'Esquimalt, en Colombie-Britannique, équipé de façon similaire. À mesure qu'avance le XXe siècle, les batteries d'artillerie ne constituent plus qu'un des nombreux éléments d'un système de défense portuaire intégré comprenant mines, filets anti-sous-marins et aviation. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, le Canada construit un nouveau réseau de forts côtiers à Esquimalt, à Prince-Rupert, à Vancouver, à Halifax, à Sydney, à Saint-Jean (Nouveau-Brunswick), ainsi que dans de nombreux ports de Terre-Neuve. Depuis la fin de la guerre, missiles et ogives nucléaires ont engendré une révolution technologique nécessitant un réexamen du système de défense.

Voir aussi ARMEMENTS.


Lecture supplémentaire

  • L.F. Hannon, Forts of Canada (1969).