Géographie

La géographie humaine s'intéresse davantage aux humains et cherche à déterminer les raisons qui sous-tendent le lieu d'implantation des activités humaines et l'impact de ces activités sur le bien-être et la qualité de vie des habitants.

Régions naturelles du Canada
Columbia, champ de glace
Le champ de glace Columbia
Niagara, région de (image-satellite)
Cette image-satellite montre la région la plus peuplée et la plus industrialisée du Canada. Le développement urbain apparaît sous forme de taches bleu pâle. Toronto se trouve en haut, à gauche, et Hamilton, en bas, à gauche. Les zones roses et vertes sont des terres agricoles (avec la permission du Centre canadien de télédétection).
Saskatoon, photo aérienne de
Saskatoon est le centre régional du Nord des Prairies ainsi que du Nord et du centre de la Saskatchewan (photo avec la permission de l'hôtel de ville de Saskatoon).

Géographie

 Science qui a pour objet premier de décrire et d'analyser les phénomènes physiques et environnementaux, ainsi que leurs relations réciproques de même que l'évolution des POPULATIONS humaines et l'impact de leurs activités sur la terre. Tout comme l'histoire interprète les séquences temporelles, ainsi la géographie interprète les séquences et associations spatiales.

Champs d'étude

 La géographie se subdivise en de nombreux champs d'étude qui mettent l'accent sur des aspects divers. La GÉOGRAPHIE PHYSIQUE décrit et analyse les phénomènes physiques, leur répartition et leurs relations avec les éléments du milieu physique : relief, CLIMATE, VÉGÉTATION, SOLS et drainage. Les principaux champs d'étude correspondant à ces éléments sont la GÉOMORPHOLOGIE, la CLIMATOLOGIE, l'HYDROLOGIE et la BIOGÉOGRAPHIE.

La géographie humaine s'intéresse davantage aux humains et cherche à déterminer les raisons qui sous-tendent le lieu d'implantation des activités humaines et l'impact de ces activités sur le bien-être et la qualité de vie des habitants. Ses champs d'étude sont la géographie culturelle, historique, économique, politique et urbaine. La géographie permet également d'établir un lien essentiel entre les sciences physiques et les SCIENCES SOCIALES, particulièrement en ce qui a trait aux études environnementales. Cette discipline est enseignée à la fois dans une perspective thématique (géomorphologie, géographie économique, etc.) et dans une perspective régionale, c'est-à-dire en tant qu'étude des relations réciproques entre les divers modes et processus touchant une région ou une localité donnée.

De nouveaux champs de spécialité ont également vu le jour, par exemple l'analyse des politiques d'aménagement de l'espace, la géographie de la commercialisation, les études portant sur la répartition des sexes, ainsi que la méthodologie (SYSTÈMES D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE ou SIG). Des programmes de collaboration ont également été mis sur pied en matière de planification, d'études ethno-culturelles, d'études sur les zones étrangères ainsi qu'en sciences de la terre et de l'environnement.

Historique de la discipline

 La géographie est l'une des plus anciennes disciplines qui soit. Son origine remonte à l'époque des Grecs érudits il y a 2 000 ans (du grec geo, terre, et graphos, écrire). La géographie moderne est née en Allemagne au cours de la seconde moitié du XIXe siècle et elle s'est répandue en France et en Angleterre au début du XXe siècle. Avant 1940, la géographie était dans la plupart des pays une discipline essentiellement académique. L'utilisation des connaissances relatives à l'environnement et aux ressources physiques et humaines a pris beaucoup d'importance au cours de la Deuxième Guerre mondiale et les possibilités de carrière en géographie appliquée sont devenues beaucoup plus intéressantes après 1945. La philosophie et les méthodes de la géographie moderne ont été en grande partie introduites au Canada par des Canadiens formés dans les universités américaines et britanniques au cours des années 1950 et 1960. Les autres géographes sont venus d'Allemagne, de France, des Pays-Bas et de Scandinavie.

En 1922, l'U. de la Colombie-Britannique a été la première université canadienne à se doter au moins partiellement d'un département de géographie avec la création d'un département conjoint de géologie et de géographie. L'enseignement était donné par des professeurs de géologie. Les premiers géographes universitaires viennent de France au milieu des années 20 afin d'enseigner à l'U. de Montréal. En 1935, l'U. de Toronto crée le premier véritable département de géographie, avec à sa tête T. Griffith TAYLOR, un géographe britannique qui a enseigné en Australie et qui a effectué des recherches en Antarctique. Au cours des années 50, la plupart des universités canadiennes mettent sur pied un département de géographie. Plus de 45 collèges et universités comptent désormais un département de géographie ou offrent des programmes dans cette discipline.

Avant 1940, le terme géographe est utilisé par les gouvernements fédéral et provinciaux pour désigner les personnes qui dressent des cartes (voir CARTOGRAPHIE) et qui sont souvent spécialisées en dessin technique ou en ARPENTAGE. En 1943, le gouvernement engage son premier géographe professionnel, J. Lewis Robinson, et dès le début des années 1950, la plupart des provinces emploient des géographes pour effectuer des études sur l'aménagement et l'UTILISATION DES RESSOURCES.

Organismes et revues

 En 1951, une cinquantaine de géographes, principalement du Québec et de l'Ontario, se réunissent à l'U. McGill de Montréal afin de créer l'Association canadienne des géographes. Son premier président est Donald PUTNAM, de l'U. de Toronto. L'association compte maintenant plus d'un millier de membres et publie deux revues trimestrielles, Le géographe canadien et The CAG Newsletter/Bulletin. Des sociétés géographiques, qui ne sont pas des organismes professionnels et qui sont ouvertes au public, existent dans certaines régions du pays. Le plus ancien organisme de ce genre est la Société géographique du Québec qui a été créée en 1877. Le plus important est la Société géographique royale du Canada, fondée en 1929, qui publie la très populaire revue CANADIAN GEOGRAPHIC.

Applications

Les géographes sont appelés à travailler dans des champs d'activité de plus en plus diversifiés. Pour bien des étudiants, la géographie fait encore partie de la formation générale qui leur permet ensuite de s'intéresser de plus près à des domaines comme la mise en valeur du milieu naturel et l'étude des ressources naturelles ou encore l'étude des activités humaines en milieu rural ou urbain. De nombreux étudiants choisissent toutefois de se diriger dans des domaines comme la planification urbaine ou rurale, les études environnementales, l'architecture, le droit, le commerce, l'administration ou encore l'enseignement. Au milieu des années 1970, un nombre toujours croissant de diplômés en géographie trouvent de l'emploi au gouvernement ou dans l'industrie dans des domaines en pleine expansion comme la commercialisation de détail, l'ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE, le développement économique local et l'implantation industrielle. D'autres oeuvrent dans des domaines plus techniques, tels que la lecture de données spatiales, la conception, l'établissement et la lecture des cartes, activités qui exigent des connaissances en matière de systèmes d'information géographique et de méthodes statistiques.

Chaque année, les universités canadiennes décernent au-delà de 200 maîtrises en géographie. La plupart de ces géographes deviennent professeur au collégial, planificateurs, chercheurs et administrateurs dans les secteurs public et privé ou encore géographe dans l'entreprise et l'industrie. Des doctorats en géographie sont décernés chaque année à environ 45 personnes, qui deviennent pour la plupart professeurs à l'université.


En savoir plus

Liens externes