Géographie humaine au Canada

La géographie humaine étudie la relation entre les êtres humains et les environnements dans lesquels ils vivent. Elle comporte cinq champs d’études principaux: la géographie économique, la géographie culturelle, la géographie politique, la géographie urbaine et la géographie environnementale. Parmi les nombreux thèmes abordés au Canada, la géographie humaine étudie par exemple le statut des langues autochtones ou les différences entre les Canadiens des zones rurales et des zones urbaines.




Carte de géographie humaine

La géographie humaine étudie les relations entre les êtres humains et l’environnement dans lequel ils vivent.


Qu’est-ce que la géographie humaine?

La géographie humaine étudie la relation entre les êtres humains et les environnements bâtis et naturels dans lesquels ils vivent. Elle explore la manière dont les humains comprennent, utilisent et transforment la surface de la Terre. En comparaison, la géographie physique traite d’abord des caractéristiques naturelles de la Terre.

Les sujets d’études en géographie humaine sont très variés, allant des mouvements migratoires humains à la population et à l’écologie politique en passant par la justice environnementale ou les espaces et paysages urbains. Ainsi, un chercheur en géographie humaine peut se pencher sur les migrations internes des travailleurs des sables pétrolifères du nord de l’Alberta vers d’autres régions du Canada, ou sur l’utilisation des terres traditionnelles autochtones dans le sud de la Saskatchewan. Quel que soit le sujet d’étude, la géographie humaine, comme toute géographie, a pour objet de découvrir où les choses se trouvent sur Terre, pourquoi elles s’y trouvent, et comment elles se transforment avec le temps.

Les études modernes en géographie humaine comportent cinq champs principaux: la géographie économique, la géographie culturelle, la géographie politique, la géographie urbaine et la géographie environnementale. Ces spécialisations fournissent un cadre général pour examiner le visage humain du Canada.

Géographie économique

La géographie économique s’intéresse à la manière dont les humains subviennent à leurs besoins. Les chercheurs localisent les activités économiques, puis expliquent comment leurs localisations sont liées aux ressources, aux biens et aux populations. La géographie économique peut explorer des sujets comme l’agriculture, la fabrication industrielle, le commerce et le transport. Elle peut aussi étudier la mondialisation ou le développement local et régional.

Au Canada, la géographie économique inventorie et analyse les bénéfices que le pays tire de ses ressources naturelles. En 2019, les ressources naturelles ont compté pour un neuvième du produit national brut du Canada, ce qui représente 11,3% de son économie. La géographie humaine peut présenter ces bénéfices en termes d’emplois, d’investissements d’affaires et d’exportations. Par exemple, analyser l’expédition du grain dans le port de Churchill, dans le nord du Manitoba, pourrait être un exercice de géographie économique.

Géographie culturelle


La géographie culturelle étudie les coutumes, les traditions, les développements et les problèmes culturels, ainsi que leur relation avec le monde naturel. Parmi les phénomènes culturels abordés, on retrouve la langue, la religion, certaines structures économiques et gouvernementales, l’art, la musique ou la nourriture. La géographie culturelle s’efforce de comprendre comment ou pourquoi les gens agissent comme ils le font dans les endroits où ils vivent. Depuis les années1980, la géographie culturelle s’est élargie pour inclure différents thèmes comme la géographie féministe, la géographie des enfants, ou celle de la musique. Ainsi, un chercheur en géographie culturelle peut se demander comment le paysage canadien a pu inspirer ou influencer les genres musicaux régionaux.

Le Canada est une des nations les plus diversifiées du monde au plan culturel. Les chercheurs en géographie culturelle peuvent faire des recherches sur les structures familiales, les identités régionales et le rôle de la religion dans la vie des Canadiens. Ils étudient aussi les mouvements migratoires, les identités de genre et le statut des langues autochtones.

Géographie politique

La géographie politique analyse la relation entre la vie politique et les espaces physiques. Les chercheurs en géographie politique peuvent étudier la relation entre la topographie physique et les frontières politiques, les territoires contestés ou les zones de conflits, ou la réponse gouvernementale aux problèmes environnementaux. Ils peuvent aussi étudier les politiques locales de développement urbain, ou le rôle du Canada dans des organismes internationaux comme les Nations Unies ou l’OTAN. La géographie politique reflète souvent des événements courants. Les études actuelles peuvent porter sur la violence politique, les problèmes autochtones, l’immigration et les droits de la personne, tout comme la géographie de la guerre et la sécurité environnementale.

La géographie politique au Canada et ailleurs inclut maintenant l’étude de la démocratie numérique. La démocratie numérique est le rôle que les technologies de l’information, comme les médias sociaux et l’intelligence artificielle, jouent désormais dans le discours politique. La géographie politique analyse l’effet de la démocratie numérique sur la gouvernance au Canada, au niveau local, provincial et national. En particulier, elle analyse la manière dont la démocratie numérique est organisée dans une région géographique.

Géographie urbaine

La géographie urbaine applique les techniques et les connaissances de la géographie à l’étude des régions urbaines. Elle étudie la planification, le développement et la gouvernance des zones urbaines et les attitudes à l’égard des espaces urbains. Elle étudie aussi des questions liées à l’identité, aux expériences et aux droits de ceux qui vivent dans les villes. Elle s’intéresse à des questions comme «Comment les concepts d’identité diffèrent-ils entre Canadiens urbains et ruraux?» ou «Pourquoi Toronto pourrait être appelée une ville primatiale et non Ottawa?». Enfin, la géographie urbaine s’intéresse à plusieurs défis qui confrontent les villes modernes, sur des sujets comme le transport, les soins de santé, le crime, la pollution, l’éducation, la pauvreté et le travail.

L’urbanisation rapide au cours du dernier demi-siècle et les problèmes associés à la croissance urbaine ont mis la géographie urbaine sur le devant de la scène. Au moment du recensement de 1861, 84%des Canadiens vivaient dans des zones rurales (soit une zone où la population est inférieure à 1000habitants). Lors du recensement de 2016, 155ans plus tard, la proportion s’était inversée. Aujourd’hui, 81% des Canadiens vivent dans des zones urbaines. On s’attend à ce que ce pourcentage atteigne 90% vers 2050. En raison de cette tendance à l’urbanisation, la géographie humaine étudie la condition des villes canadiennes. La qualité de vie des Canadiens dépend de la santé de leurs villes.

Géographie environnementale


La géographie environnementale est le secteur de la géographie où l’on retrouve le plus de collaboration entre géographie humaine et géographie physique. La géographie de l’environnement étudie la relation entre les environnements naturels et les sociétés humaines. Elle se concentre sur différents sujets et défis, dont le changement climatique, la gestion des ressources naturelles et les catastrophes naturelles. Elle analyse également la manière dont les êtres humains utilisent et transforment l’environnement physique et les impacts de ces activités. Au cours des dernières années, la géographie environnementale a commencé à intégrer les savoirs autochtones traditionnels sur l’écologie, la vision du monde et les pratiques.