Rodney Graham

Rodney Graham, artiste (né le 16 janvier 1949 à Abbotsford, en Colombie-Britannique). Connu pour ses sculptures conceptuelles, ses œuvres textuelles, ses photographies et ses films, Rodney Graham est associé à un groupe d’artistes vancouvérois qui inclut Jeff Wall, Ian Wallace, Ken Lum, Stan Douglas et Roy Arden. Rodney Graham est célèbre notamment pour la façon dont il intègre diverses technologies, et l’histoire de la technologie, dans ses œuvres d’art.
Rodney Graham, artiste (né le 16 janvier 1949 à Abbotsford, en Colombie-Britannique). Connu pour ses sculptures conceptuelles, ses œuvres textuelles, ses photographies et ses films, Rodney Graham est associé à un groupe d’artistes vancouvérois qui inclut Jeff Wall, Ian Wallace, Ken Lum, Stan Douglas et Roy Arden. Rodney Graham est célèbre notamment pour la façon dont il intègre diverses technologies, et l’histoire de la technologie, dans ses œuvres d’art.


Formation et début de carrière

En tant qu’étudiant de premier cycle à l’Université de la Colombie‑Britannique, Rodney Graham s’intéresse à l’écriture et à la littérature jusqu’à ce qu’il suive un cours en art moderne auprès de l’artiste de photographie conceptuelle Ian Wallace, qui lui présente le grand éventail de possibilités des arts visuels. Enfin, il collabore avec Ian Wallace et Jeff Wall, ce dernier étant alors professeur à l’Université de la Colombie-Britannique et dont Rodney Graham lit la thèse sur le mouvement dada de Berlin, sur un projet de film abandonné.

L’une des premières œuvres de Rodney Graham, qui présage son intérêt continu pour les technologies archaïques, est Camera Obscura (1979). Pour cette œuvre, il crée une chambre noire (un appareil optique qui permet de projeter une image renversée depuis un petit trou dans un mur) à partir d’un cabanon de fortune sur la ferme familiale à Abbotsford, en Colombie‑Britannique. Sur le mur opposé à l’intérieur du cabanon apparaît l’image renversée d’un arbre. Malgré qu’il s’agisse d’une simple pièce d’équipement technologique, la chambre noire a un impact disproportionné sur l’histoire de l’art : elle est utilisée par le maître hollandais Johannes Vermeer et par d’autres artistes des Pays-Bas comme aide pour la peinture réaliste et constitue la base de l’invention de l’appareil photographique et de la photographie. L’image renversée de l’arbre, exactement comme ce qui est produit sur un négatif photographique, sert de rappel que la photographie, bien qu’elle semble offrir un accès transparent au monde réel, est à bien des égards tout aussi artificielle que la peinture.

Camera Obscura mène directement, depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui, à ce qui pourrait très bien être l’ensemble d’œuvres les mieux connues de Rodney Graham et celles que l’on reconnaît le plus facilement : sa série de photographies renversées de chênes en noir et blanc. Photographiés à différents endroits et prenant comme sujet des arbres ayant une variété de propriétés (Flanders Trees – Oak, Kaggevinne [1989] est luxuriant et immense, tandis que Oak Trees, Red Bluff [1993] est un squelette dénudé, sans feuilles), les photographies font passer un message simple au sujet de la nature de la représentation, de la photographie et peut-être aussi du paysage et du portrait : la façon dont ils se présentent à nous, comme œuvres d’art ou comme perception naturelle, est subordonnée de plusieurs façons aux technologies que l’on utilise et à la physiologie que l’on a.

Rodney Graham crée également de nombreux morceaux qui emploient – et qui réorganisent de façon radicale – des œuvres littéraires. Par exemple, Le Système du Cottage Landor : Pour faire pendant à la dernière histoire d’Edgar Poe (1987) utilise la dernière histoire écrite par Edgar Allan Poe, « Le cottage Landor », et y ajoute un narrateur à la première personne qui décrit une chambre dans la maisonnette contenant un appareil élaboré avec apparemment aucune utilité rationnelle. Partant de l’œuvre de l’un des pionniers de l’horreur et de la fiction détective, Rodney Graham semble suggérer que dans la vie moderne, la vraie horreur – et le mystère – est la technologie. Par contre, pour Reading Machine for Lenz (1993), il crée un appareil qui présente les cinq premières pages de la nouvelle Lenz du prodige littéraire du 19e siècle George Büchner, de telle sorte que l’ordre des mots et des phrases devient arbitraire et répétitif. Comme avec Camera Obscura, Rodney Graham démontre ici que nos suppositions au sujet de la façon dont le monde naturel, ou, même, la littérature, sont vécus dépend de la façon dont la technologie est mise à profit.

Film

Pendant plusieurs années, Rodney Graham travaille dans l’obscurité relative, mais vers la fin des années 1980, il commence à être inclus dans d’importantes expositions internationales. Il est particulièrement bien connu en Belgique, où son travail est perçu comme ayant de fortes ressemblances avec les œuvres du poète, cinéaste et artiste avant-gardiste belge Marcel Broodthaers.

Cependant, vers les années 1990, Rodney Graham est frustré par le travail plus cérébral et conceptuel qui domine sa carrière jusque-là. Dans son premier vidéo, Halcion Sleep (1994), où il paraît lui-même pour la première fois dans une de ses œuvres, il avale une pilule somnifère Halcion dans une chambre d’hôtel dans les banlieues de Vancouver. Une fois endormi, il est ramassé par son frère, embarqué dans une voiture et transporté à son domicile au centre-ville dans ce qu’il décrit comme étant un « enlèvement inversé ». Tandis que Halcion Sleep est enregistré dans le noir et blanc granuleux connu des vidéos d’art conceptuel des années 1970, la contribution de Rodney Graham à la 47e Biennale de Venise, Vexation Island (1997), est filmée en couleurs vives dans un style qui rappelle les films classiques d’Hollywood. Vexation Island présente un marin naufragé, interprété par l’artiste, loqueteux et dormant sous un cocotier. Lorsqu’il se réveille, ayant faim et soif, il secoue l’arbre. Immédiatement, une noix de coco lui tombe sur la tête et il perd connaissance. Vexation Island représente un tournant dans sa carrière et lui accorde une reconnaissance internationale importante.

Vexation Island représente aussi le moment où Rodney Graham commence à explorer les genres du film et la culture populaire, ce qui donne naissance à une série de films dramatiques en costumes ironiques et de films d’époque. Dans How I Became a Ramblin’ Man (1999), Rodney Graham est à cheval dans le désert, s’éloignant dans le soleil couchant en chantant une ballade de cowboy. City Self/Country Self (2000) se déroule à Paris au 19e siècle et présente un dandy citadin paré en tenue d’époque qui donne un coup de pied arbitraire à un paysan en vêtements usés jusqu’à la corde. Dans A Reverie Interrupted by the Police (2003), Rodney Graham porte l’uniforme rayé d’un prisonnier. Assis au piano et jouant un air fragmenté et atone, il jette des coups d’œil anxieux vers le policier debout derrière lui. La performance est interrompue quand des gardiens de prison arrivent et l’enlèvent de la scène. Par contre, Rheinmetall/Victoria 8 (2003) est un film muet en noir et blanc des années 1930, à propos d’une machine à écrire allemande Rheinmetall projetée par un projecteur Victoria 8 de 1961. Les poses sont de gros plans longs et statiques qui montrent les mécanismes internes de la machine à écrire. La neige se met finalement à tomber, couvrant ainsi la machine à écrire. Rheinmetall/Victoria 8 implique la confrontation entre deux technologies analogues désuètes qui ne sont pas tout à fait disparues et qui fonctionnent encore. Cependant, on ne peut s’empêcher de penser que les gens n’écrivent pas mieux aujourd’hui qu’à l’époque de ces vieilles machines à écrire allemandes Rheinmetall; et que la beauté des images du film parle d’elle-même.

Style

Rodney Graham emploie une stratégie qu’il appelle « annexion », une position qui diffère de l’« appropriation » dans le sens où ses œuvres d’art viennent augmenter des œuvres déjà existantes. Par exemple, il ajoute un passage assez long au texte Cottage Landor d’Edgar Allan Poe, produit une série de sculptures basées sur les œuvres de Donald Judd et compose une œuvre musicale en employant certaines mesures du Parsifal de Wagner, qu’il faudra plusieurs années pour jouer.

Les thèmes principaux du travail de Rodney Graham se concentrent sur les systèmes qui déclinent vers l’entropie. La grande partie de son travail traite du conflit entre la nature et la culture dans une économie d’extraction des ressources. Son travail traitant de Freud se prolonge dans une interrogation de la psyché moderne.

Grandes expositions

On organise des rétrospectives itinérantes du travail de Rodney Graham au Musée d’art contemporain de Barcelone en 2010 et à la Vancouver Art Gallery en 2012. Il réalise aussi des expositions solos au Hamburger Banhof, à Berlin (2001), à la Whitechapel Gallery, à Londres (2002), au Museum of Contemporary Art, à Los Angeles (2004) et à l’Institute of Contemporary Art, à Philadelphie (2005). Ses œuvres sont incluses dans la documenta IX (1992), la Biennale de Venise (1997), la Biennale de Whitney (2006) et la Carnegie International (2013).

Prix

Prix Gershon Iskowitz (2004)

Kurt Schwitters-Preis, Niedersächsiche Parkassenstiftung, Allemagne (2006)

Prix Audain pour l’ensemble de son œuvre dans le domaine des arts (2011)