IMAX Systems Corporation

IMAX est né dans le contexte culturel d'Expo 67. Les cofondateurs d'IMAX Corporation, Graeme Ferguson, Roman Kroitor et Robert Kerr, ont tous participé à des expériences cinématographiques populaires sur les nombreux écrans géants utilisés à l'Exposition universelle de Montréal.

Imax/Omnimax caméra
La caméra IMAX dans son boîtier sous-marin (avec la permission de Imax Systems).
Ferguson, Graeme
Graeme Ferguson a mis au point le système de films IMAX à écrans multiples (oeuvre d'Irma Coucill).

IMAX Corporation, qui a son siège social à Toronto, est le système de cinéma sur écran géant le plus important au monde. L'entreprise, qui débute sous le nom de Multi-Screen Corporation en 1967, conçoit et utilise de nombreuses technologies qui visent à faire plonger totalement le public dans le film. IMAX présume que, grâce à ses pratiques commerciales et à ses procédés esthétiques, les innovations en technologie cinématographique mènent à des progrès nouveaux en matière de réalisme au cinéma.

IMAX est né dans le contexte culturel d'Expo 67. Les cofondateurs d'IMAX Corporation, Graeme Ferguson, Roman Kroitor et Robert Kerr, ont tous participé à des expériences cinématographiques populaires sur les nombreux écrans géants utilisés à l'Exposition universelle de Montréal. Avec l'ingénieur William Shaw, un autre cofondateur, ils créent un système de caméra qui offre des images de haute résolution et des projections agrandies. Le groupe Fuji a engagé cette équipe de cinéastes pour produire, à l'aide de leur nouveau système de caméra, un film de grand format pour Expo 70 à Osaka, au Japon. Ce sera Tiger Child (Donald Brittain, 1970), le premier film IMAX. En 1971, le premier cinéma permanent IMAX ouvre ses portes dans la Cinesphere à la Place Ontario de Toronto. En 1973, le premier Omnimax (ou IMAX Dome), avec son écran en forme arrondie, est installé en permanence au Reuben H. Fleet Space Theatre, à San Diego.

En décembre 1995, les systèmes de projection IMAX sont installés dans 129 salles de cinéma partout dans le monde. On les trouve surtout en des endroits spécialement construits à cette fin dans des établissements d'éducation et de tourisme, comme le National Air and Space Museum à Washington D.C., Taman Mini Park à Jakarta, en Indonésie, et le Musée canadien des civilisations à Hull. Lors de nombreuses expositions, les films et les salles de cinéma IMAX sont aussi le centre d'intérêt parmi tous les pavillons. Au nombre de ceux-ci, mentionnons le film en trois dimensions Transitions (Colin Low et Tony Ianzelo, 1986), que l'on retrouve à Vancouver au pavillon du Canada pour l'Expo 86, et Momentum (Colin Low et Tony Ianzelo, 1992), présenté à l'exposition universelle de Séville. Momentum, un film IMAX HD aux images d'une clarté exceptionnelle, est tourné et projeté au rythme de 48 images à la seconde, soit deux fois la vitesse normale.

Le film standard IMAX utilise deux pellicules de 70 mm à défilement horizontal, ayant 15 perforations d'entraînement (les encoches près du bord du film) qui indiquent les dimensions de chaque image. L'image projetée est 10 fois plus grande que celle des films commerciaux traditionnels de 35 mm, ce qui lui donne des dimensions de la hauteur d'un immeuble de huit étages. Afin de s'adapter à ce format, le projecteur entraîne le film en utilisant le procédé de la « boucle déroulante » conçu par l'Australien Ron Jones. Cette méthode unique fait avancer le film en un « mouvement de vague » avant de le faire glisser devant la fenêtre de projection. Lorsque l'image arrive, toujours en boucle, devant la fenêtre de projection, elle est plaquée contre la lentille par une aspiration d'air qui assure une parfaite distance focale et une grande stabilité de l'image géante projetée. En tant qu'entreprise de cinéma spécialisé, IMAX Corporation est intégrée verticalement et s'occupe de la production, de la postproduction, de la distribution, de la conception des salles de cinéma, en plus de la location des technologies de projection et de cinéma.

Toujours désireuse de trouver des moyens innovateurs de captiver l'auditoire par le son et l'image, IMAX continue de créer de nouveaux systèmes cinématographiques. Quelques-unes de ces expériences sont l'IMAX Simulator Rides et l'IMAX Ridefilm. Dans ce dernier, il y a un plancher transparent à travers lequel on voit un deuxième écran, ce qui crée une illusion réaliste de vol. Récemment, IMAX s'est impliquée de plus en plus dans la production de « films de manèges », des attractions filmées de parcs d'amusement, conçus pour donner une sensation de mouvement. Le premier de ce genre est Back to the Future (Retour vers le futur), inauguré en 1991 aux Universal Studios, en Floride.

La bibliothèque de l'IMAX Systems Corporation comprend plus de 180 films IMAX, quoique la société ne détienne les droits de distribution que sur 40 p. 100 d'entre eux environ. Les films sont principalement des documentaires. Parmi les plus populaires, on trouve : The Dream is Alive (Graeme Ferguson, 1985), qui porte sur une mission de la navette spatiale; Fires of Kuwait (1993), sélectionné dans la catégorie « meilleur documentaire » par l'Academy Awards; Titanica (Stephen Low, 1991), traitant d'une expédition à l'endroit du célèbre naufrage; et le film environnemental The Blue Planet (Ben Burtt, 1990). D'autres films populaires comprennent le concert des Rolling Stones At the Max (Julien Temple, 1991) et le long métrage dramatique Les Ailes du courage (Jean-Jacques Annaud, 1995).

La précieuse collaboration de Roman Kroitor au sein de l'unité B de l'Office national du film (ONF) au cours des années 50, la tendance d'IMAX à s'approprier le personnel de l'ONF, et le fait que les films IMAX portent surtout sur des sujets éducatifs sont les preuves d'une relation très solide entre IMAX et l'ONF. Parmi les cinéastes qui ont fait des films IMAX, on compte Colin Low, John Spotton, Donald Brittain, Tony Ianzelo, John N. Smith et Ernest McNabb. Sur les plans esthétique et thématique, les productions IMAX reflètent les aspects humains et holistiques d'une vision du monde caractéristique des documentaires canadiens anglophones des années 50. De plus, elles font preuve d'une attention particulière portée à la perfection technique.

IMAX obtient l'Academy Scientific and Engineering Award, de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences, pour son innovation en matière de technologie et pour l'excellence (1986), le prix d'excellence à l'exportation canadienne du ministère des Affaires extérieures (1988) et un prix d'excellence pour ses contributions à la culture canadienne du ministère des Communications (1991). En 1997, IMAX voit ses réalisations scientifiques et techniques de nouveau récompensées par l'Academy Award.

En cherchant à augmenter son capital pour l'expansion de l'entreprise, la société IMAX est vendue à un groupe d'investissement américain, WGIM Acquisition Corporation, en 1994. Elle est alors restructurée et fusionne avec Trumbull Company Inc. Après ces changements, Douglas Trumbull, un génie des effets spéciaux d'Hollywood, devient vice-président d'IMAX et président de sa division Ridefilm. Même si son siège social demeure à Toronto, plusieurs s'interrogent sur l'avenir de cet excellent représentant des traditions canadiennes en matière de films documentaires et expérimentaux maintenant que son propriétaire est américain.