Industrie pétrochimique

L'industrie pétrochimique fabrique des produits chimiques à partir du PÉTROLE ET DU GAZ NATUREL principalement et occupe une place importante dans les secteurs canadiens de la FABRICATION INDUSTRIELLE et de la consommation. Le pétrole et le gaz naturel sont surtout composés d'hydrocarbures.

Industrie pétrochimique

L'industrie pétrochimique fabrique des produits chimiques à partir du PÉTROLE ET DU GAZ NATUREL principalement et occupe une place importante dans les secteurs canadiens de la FABRICATION INDUSTRIELLE et de la consommation. Le pétrole et le gaz naturel sont surtout composés d'hydrocarbures. La plupart des produits pétrochimiques contiennent au moins de l'hydrogène ou du carbone. Ils peuvent être transformés en toutes sortes de produits industriels et de produits de consommation, tels que les plastiques (voir PLASTIQUES, INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION DES MATIÈRES), les peintures, le Caoutchouc (voir CAOUTCHOUC, INDUSTRIE DU), les engrais, les détergents, les colorants, les textiles (voir INDUSTRIE TEXTILE) et les solvants. Cette industrie comprend deux grandes divisions. L'industrie pétrochimique primaire fabrique des produits chimiques de base, tels que l'éthylène, à partir du pétrole ou du gaz. Les industries secondaires transforment les produits pétrochimiques de base en substances que d'autres industries utilisent directement.

Le niveau de vie des Canadiens dépend largement de la production pétrochimique intérieure. La disponibilité de produits pétrochimiques permet de produire au pays de nombreux articles au lieu de les importer à prix fort. L'industrie canadienne croît plus rapidement que ses homologues en Europe, au Japon et aux États-Unis, qui sont les producteurs mondiaux dominants, mais les investissements chutent fortement de 1985 à 1989. Cependant, ils augmentent à nouveau à la fin des années 90. Les ressources énergétiques abondantes du pays, qui s'adaptent facilement aux besoins mondiaux croissants, attirent les INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS.

De nombreux composés maintenant considérés comme pétrochimiques sont d'abord fabriqués avec du bois et du CHARBON. Déjà à la fin du XIXe siècle, une industrie axée sur l'exploitation forestière fabrique du méthanol, de l'acide acétique et d'autres produits. En 1904, à SHAWINIGAN, au Québec, une industrie commence à fabriquer de l'acétylène et des produits chimiques apparentés à partir du coke et du calcaire. Après la Première Guerre mondiale, la Shawinigan Chemical étend sa production aux résines vinyliques, qui font maintenant partie intégrante de l'industrie pétrochimique. La recherche canadienne joue un rôle clé dans la mise au point de cette classe importante de plastiques et d'adhésifs.

La découverte de pétrole en 1857 dans le comté de Lambton en Ontario donne le coup d'envoi à une industrie pétrochimique qui remplace celle fondée sur l'acétylène. En l'espace de 7 ans, 27 petites raffineries de pétrole sont fondées à Petrolia en Ontario. On doit à Abraham GESNER, un des pionniers industriels du Canada, de nombreuses découvertes technologiques importantes en raffinage du pétrole. Les premiers efforts portent sur la production de pétrole lampant et d'huile à fourneau, mais à mesure que l'utilisation de la voiture augmente, les raffineries s'adaptent pour produire du carburant pour le TRANSPORT. Les nouveaux procédés de raffinage produisent aussi des mélanges d'hydrocarbures convenant aux matières premières pétrochimiques (produits de base), mais ceux-ci sont peu exploités avant la Deuxième Guerre mondiale.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le Canada devient un important fabricant de produits pétrochimiques pour l'effort de guerre des Alliés. En 1942, le gouvernement fédéral fonde la SOCIÉTÉ POLYMER (rebaptisée plus tard Polysar) à Sarnia en Ontario pour fabriquer du caoutchouc butadiènestyrène. St. Clair Processing Corp. Ltd. (une ancienne filiale d'Imperial Oil Ltd.) et Dow Chemical of Canada Ltd. construisent des usines dans les alentours pour fabriquer des produits pétrochimiques nécessaires à l'élaboration du caoutchouc synthétique. En 1942 également, Alberta Nitrogen Products commence à produire de l'ammoniaque avec du gaz naturel à Calgary en Alberta. Ces efforts donnent naissance à l'industrie canadienne moderne.

Industrie pétrochimique moderne

Après la guerre, l'industrie pétrochimique se développe afin de répondre à la demande croissante de produits synthétiques de consommation. La première usine chimique privée à utiliser des dérivés du pétrole est construite à Sarnia par Dow en 1942 pour produire du polystyrène, un plastique aux multiples usages. On y fabrique bientôt de nombreux autres produits chimiques tels que de l'antigel, du polyéthylène, des solvants et des détergents. L'importance de Montréal en tant que centre pétrochimique s'accroît également, surtout à compter de 1957, quand Union Carbide inaugure son usine de produits dérivés de l'éthylène et du polyéthylène. À Sarnia comme à Montréal, la pétrochimie naissante dépend encore largement des produits de base fournis par les raffineries de pétrole. Entre-temps, l'Alberta développe une industrie axée sur le gaz. Canadian Industries Ltd construit près d'Edmonton, en 1953, la première usine canadienne de polyéthylène à partir d'éthane extrait du gaz naturel par Imperial Oil. L'industrie axée sur l'éthane demeure la pierre angulaire de la production pétrochimique albertaine, mais sa contrepartie basée sur le pétrole s'est également développée depuis ses débuts en 1953.

Emplacement des usines

De nos jours, la plupart des usines pétrochimiques sont situées près des centres de production et de raffinage du pétrole ou à proximité des gisements de gaz naturel et des pipelines. Les plus fortes concentrations se trouvent en Ontario, au Québec et en Alberta, mais on trouve également des usines dans presque toutes les autres provinces. Les usines pétrochimiques sont coûteuses; les coûts de construction peuvent parfois dépasser 500 millions de dollars. L'investissement brut des usines pétrochimiques canadiennes s'élève à près de 10,3 milliards de dollars en 1995.

Propriétaires

De nombreuses entreprises pétrochimiques multinationales ont fondé des filiales et des exploitations au Canada. Elles sont en général dominées par des actionnaires étrangers, bien que des Canadiens possèdent une certaines partie des actions. Des associations en participation entre des entreprises contrôlées par des étrangers et des entreprises contrôlées par des Canadiens sont importantes pour l'industrie. Bien que l'industrie du pays soit encore dominée par des propriétaires étrangers, les investissements canadiens augmentent.

Statut économique

Les ventes de produits pétrochimiques s'élèvent environ à 10,7 milliards de dollars au Canada en 1995, soit environ 40 p. 100 de la valeur des ventes de tous les produits chimiques à l'exception des engrais. Le volume des ventes représente 2,7 p. 100 de toutes les ventes des produits fabriqués et près de 1,4 p. 100 du produit intérieur brut. L'industrie grandit rapidement jusqu'au début des année 80, mais souffre alors de surinvestissement face à la récession économique mondiale. L'industrie albertaine reprend sa croissance rapide à la fin des années 90.

En 1995, près de 44 p. 100 de la production pétrochimique est consommée au pays. Entre 1985 et 1995, les exportations augmentent, et la balance commerciale n'a jamais été négative depuis 1986. En 1995, les exportations de produits pétrochimiques dépassent les importations de 1,2 milliard de dollars.

Environ 75 p. 100 des exportations vont aux États-Unis. Les autres grands marchés sont le Japon et les autres pays du Pacifique, l'Europe et l'Amérique du Sud. Les importations, principalement de produits chimiques dont la consommation est trop faible pour rentabiliser la production intérieure, viennent pour la plupart des États-Unis.

Coûts

En 1995, l'industrie consomme environ 5 p. 100 de la production pétrolière canadienne et quelque 20 p. 100 de la production gazière. Les achats d'énergie et de produits de base constituent les plus gros frais d'exploitation d'une usine pétrochimique, en gros 50 p. 100. Les autres grandes dépenses sont liées à l'équipement et à l'entretien.

Main-d'oeuvre

L'industrie emploie plus de 15 000 personnes, de l'opérateur d'équipement au chercheur. Les salaires sont plus élevés que ceux de la plupart des autres secteurs de fabrication. La productivité par travailleur est élevée grâce à de grands investissements en équipement. Normalement, les usines fonctionnent 24 heures par jour afin que l'équipement marche sans arrêt. Le plus grand syndicat est le Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier, mais nombre de travailleurs ne sont pas syndiqués.

Technologie

La technologie pétrochimique utilise des pressions et des températures élevées, qui nécessitent des ingénieurs qualifiés (voir INGÉNIERIE) et un équipement hautement perfectionné pour consommer l'énergie efficacement. La plus grande partie de la technologie moderne a été mise au point à grands frais dans les laboratoires des sociétés multinationales à l'étranger.

Cependant, les recherches effectuées au Canada ont engendré des découvertes remarquables, comme le polyéthylène à faible masse linéique (une résine plastique) mis au point par DuPont Canada à Kingston et à Sarnia dans les années 60. Ce produit est une matière très utilisée pour les emballages souples. Comparativement aux autres pays industrialisés, le Canada dépense peu en recherche pétrochimique, en moyenne environ 2 p. 100 des ventes de l'industrie. La plupart de ces fonds sont générés par l'industrie.

Contrôle gouvernemental

La compétitivité internationale de l'industrie dépend de façon cruciale du prix du pétrole et du gaz. On a préconisé un régime de prix du pétrole et du gaz au Canada qui réagit bien au marché. La disponibilité de produits de base à des prix liés au marché et des usines modernes à l'échelle mondiale fournissent une excellente base compétitive à l'industrie canadienne.

Statut environnemental

L'industrie a pris grand soin de réduire les émissions nocives. Si on la compare aux autres industries de ressources, ses émissions par unité de production sont faibles. Ces émissions, généralement des gaz, proviennent des procédés de production, de la manutention et du stockage. L'utilisation d'un équipement bien conçu et bien entretenu permet de respecter les niveaux d'émission maximaux stipulés dans les règlements provinciaux. L'industrie ne contamine pas de grands volumes d'eau. La plupart des entreprises respectent le Programme de gestion responsable de l'Association canadienne des fabriquants de produits chimiques.

Associations

Il n'existe pas d'association de l'industrie pétrochimique au Canada, mais les entreprises sont membres de l'Association canadienne des fabriquants de produits chimiques, à Ottawa, qui représente la plupart des grands fabricants de produits chimiques industriels. L'Institut de chimie du Canada (à Ottawa) et sa filiale, la Société canadienne du génie chimique, sont d'importants organismes de développement de la profession. Parmi les publications spécialisées, citons le Camford Chemical Report, publié par Camford Information Services, le Canadian Oil Register et le Nickles Daily Oil Bulletin, publiés tous les deux par Southam Communications Ltd.; Process Industries Canada, publié par Zanny Ltd.; et Oilweek, publié par Maclean Hunter Ltd.


Liens externes