Robotique au Canada

 On emploie couramment la définition suivante pour le robot : manipulateur multifonctionnel, reprogrammable, conçu pour déplacer des matériaux, des pièces, des outils ou des dispositifs spécialisés grâce à des mouvements programmés variables pour l'accomplissement de tâches variées.

Robots
Soudage robotique sur une cha\u00eene de montage d'automobiles \u00e0 l'usine Ford d'Oakville en Ontario (avec la permission de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada/905-002-008-002).

Robotique

 Le terme « robot » est utilisé pour la première fois par l'écrivain tchèque Karel Capek en 1921 dans la pièce R.U.R (Les Robots universels de Rossum), une satire de la société mécanisée où les automates que Rossum crée avec son fils pour servir le monde échappent à leur contrôle, ce qui a des conséquences désastreuses. Les robots industriels modernes sont des inventions beaucoup plus utiles, obéissant sans relâche à des ensembles d'instructions programmées. En 1957, un brevet est accordé à l'inventeur anglais Cyril Walter Kenward pour le premier robot industriel. En Amérique du Nord, on considère généralement Joseph Engelberger, associé pendant de nombreuses années à Unimation Inc., comme le père de la robotique. L'un des premiers robots industriels est installé au Canada, dans une fabrique de confiserie à Kitchener, en Ontario, aux alentours de 1961-1964. Les robots sont généralement des manipulateurs industriels - des bras et des jambes commandés par ordinateur. Dans l'industrie automobile, ils servent pour le soudage à l'arc, le soudage par points et la peinture par projection. On les utilise aussi pour transporter des matériaux dans les manufactures et les hôpitaux, pour explorer des terrains dangereux et même pour guider des visites de musée.

 On emploie couramment la définition suivante pour le robot : manipulateur multifonctionnel, reprogrammable, conçu pour déplacer des matériaux, des pièces, des outils ou des dispositifs spécialisés grâce à des mouvements programmés variables pour l'accomplissement de tâches variées. La recherche canadienne en robotique dans les universités ainsi que dans les laboratoires du gouvernement et de l'industrie est hautement respectée, même si on considère souvent que les groupes de chercheurs et leur personnel sont très dispersés et peu nombreux. Le Canada attire l'attention du monde entier en 1981, quand le télémanipulateur de la navette spatiale, appelé BRAS SPATIAL CANADIEN, se déploie à partir de la soute de la navette spatiale Columbia. On a maintenant mis au point des modèles nouveaux et plus perfectionnés du bras spatial canadien pour le système d'entretien mobile (SEM), qui constitue la contribution canadienne à la station spatiale internationale (SSI), dont la première partie est lancée le 28 novembre 1998.

Les activités de recherche et développement en robotique ont lieu dans de nombreuses universités canadiennes, au Conseil national de recherches (CNR) et dans des compagnies industrielles. Les domaines de recherche comprennent la vision artificielle et d'autres types de capteurs, la communication entre l'homme et la machine, la manipulation, la locomotion, les actionneurs et les applications industrielles. Ce dernier domaine comprend les véhicules SUBMERSIBLES actionnés à distance et la télérobotique, terme approprié pour les manipulateurs ou robots actionnés à distance. L'Institut canadien des recherches avancées (ICRA) fournit des fonds spéciaux pour soutenir la recherche et le développement dans les universités canadiennes, dans des disciplines particulières. Souvent, les robots sont intégrés à un système plus important et sont étroitement liés au vaste domaine de l'automatisation industrielle. Il existe donc de nombreux cas où des contraintes d'utilisation et d'environnement entraîneront la mise au point de systèmes d'automatisation qui paraîtront complètement différents des robots industriels typiques d'aujourd'hui (p. ex., un certain nombre de pays étudient la possibilité d'utiliser des robots dans les mines). À l'avenir, grâce aux techniques de commande, de captation et de communication à distance, l'opérateur sera en mesure de diriger toutes les opérations essentielles à partir d'une cabine ou d'une salle de contrôle dans un environnement plus confortable et plus sécuritaire.

Le soutien financier gouvernemental pour la recherche et le développement en robotique dans les universités canadiennes se fait par l'entremise du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) pour les universités et, pour les sociétés industrielles, par l'entremise du Programme d'aide à la recherche industrielle (PARI) du CNR ou par celle du Programme de développement industriel et régional (PDIR) administré par le ministère de l'Expansion industrielle régionale (MEIR).

(Voir aussi INFORMATIQUE)


Liens externes