Mavor Moore

​James Mavor Moore, O.C., O.B.C., auteur, compositeur, producteur, réalisateur, acteur, administrateur, critique, formateur (né le 8 mars 1919 à Toronto, en Ontario; décédé le 18 décembre 2006 à Victoria, en Colombie-Britannique).

James Mavor Moore, O.C., O.B.C., auteur, compositeur, producteur, réalisateur, acteur, administrateur, critique, formateur (né le 8 mars 1919 à Toronto, en Ontario; décédé le 18 décembre 2006 à Victoria, en Colombie-Britannique). Artiste de théâtre aux multiples facettes, Mavor Moore a été l’un des pères fondateurs de nombreux organismes artistiques essentiels du pays et l’une des figures les plus influentes du monde des arts au Canada. Il a été le premier producteur en chef à la télévision de la CBC, le premier artiste à assurer la présidence du Conseil des arts du Canada ainsi que le directeur fondateur du Festival de Charlottetown et du St. Lawrence Centre for the Arts. Il a également écrit plus d’une centaine d’œuvres pour le théâtre, la radio et la télévision, et on l’a crédité de « la contribution la plus importante jamais apportée à la comédie musicale au Canada ». Il a été fait officier de l’Ordre du Canada en 1973, puis compagnon en 1988 et a également été nommé à l’Order of British Columbia. Il a aussi reçu, parmi d’autres distinctions, le Prix Molson et un prix du Gouverneur général pour l’œuvre de toute une vie.

Formation et début de carrière

Fils du théologien anglican Francis Moore et de la pionnière du théâtre Dora Mavor Moore, James Mavor Moore naît dans une famille d’universitaires et de gens de théâtre aux nombreuses relations. Sa première pièce, écrite à l’âge de 12 ans, est mise en scène par sa mère à l’Eaton Girls Dramatic Club. À 14 ans, il joue régulièrement à la radio, tout d’abord pour une station privée dans le rôle de l’un des deux garçons dans The Crusoe Boys, puis pour la Commission canadienne de la radiodiffusion (CCR), précurseur de la CBC/SRC, pour laquelle il se lance sans tarder dans la production.

Mavor Moore obtient un baccalauréat ès arts à l’Université de Toronto en 1941. En tant qu’étudiant à l’université, il est membre de la University College Players’ Guild et rédige des critiques théâtrales pour le journal des étudiants The Varsity. Il étudie la composition avec Gladys Willan et John Weinzweig et, pendant les années 1940, il écrit des chansons, mettant notamment en musique la poésie de William Blake.

Après avoir servi dans l’armée canadienne comme agent de recrutement et officier du renseignement durant la Deuxième Guerre mondiale, Mavor Moore retourne à la CBC en tant que producteur pour CBC International Services (CBC-IS) à Montréal. Parallèlement, il écrit et réalise des documentaires radiophoniques pour les Nations Unies, trois d’entre eux remportant un prix Peabody.

Pendant cette période d’après-guerre, Mavor Moore participe également, aux côtés de sa mère, à la création, en 1946, de la New Play Society (NPS), une compagnie théâtrale d’avant-garde qu’il administre et dirige et pour laquelle il joue et écrit à l’occasion. Parmi ses productions les plus en vue à la NPS figure Spring Thaw, une revue satirique populaire annuelle à laquelle il contribue comme producteur-réalisateur de 1948 à 1965.

Aperçu de carrière

À l’avènement de la télévision de la CBC en 1952, Mavor Moore en devient le premier producteur en chef, un poste qu’il occupera jusqu’en 1954, créant l’émission CBC National News qui sera connue plus tard sous le nom de The National. De 1955 à 1960, il travaille comme producteur exécutif pour la télévision aux Nations Unies, puis, de 1958 à 1960, comme critique au Toronto Telegram. Parallèlement, il continue à assurer de multiples fonctions dans le monde du théâtre, par exemple à la NPS, au Crest Theatre, au Festival de Stratford et à la Compagnie d’opéra canadienne.

De l’enivrante période des célébrations du centenaire du Canada à la fin du siècle, Mavor Moore participe à la création de plusieurs grandes institutions théâtrales. Il occupe les fonctions de directeur artistique fondateur du Festival de Charlottetown de 1964 à 1968 et de directeur du St. Lawrence Centre for the Arts de Toronto de 1965 à 1970. Il est également le premier président du Canadian Theatre Centre. Il se montre un fervent partisan de la culture canadienne et un critique virulent de ceux qui sont indifférents à la culture nationale. En tant que professeur à l’Université York de 1970 à 1984, date à laquelle il devient professeur émérite, il se fait le champion des cours interdisciplinaires réunissant l’art, la politique et l’économie. Il est également le premier artiste à assurer la présidence du Conseil des arts du Canada de 1979 à 1983.

En 1984, Mavor Moore est nommé professeur auxiliaire à l’Université de Victoria; il occupe ensuite, à compter de 1986, les mêmes fonctions à l’Université de Lethbridge. De 1985 à 1987, il assure la présidence nationale des Jeunesses musicales du Canada tout en étant détenteur du poste de directeur du Conseil canadien de la musique. Il donne fréquemment des conférences sur les arts, notamment en 1987 à l’Université McGill sur le thème « La critique musicale contemporaine ». Ses classes de maître en critique artistique à l’Université de Victoria lors de l’année 1985-1986 lui servent de source d’inspiration pour écrire une étude sur les effets des médias de masse sur la critique artistique. Ses chroniques hebdomadaires sur la culture canadienne qui donnent toujours matière à réflexion paraissent dans le Globe and Mail de Toronto de 1984 à 1989. Il occupe également les fonctions de président fondateur du British Columbia Arts Council de 1996 à 1998.

Carrière dans la comédie musicale

Auteur de plus d’une centaine d’œuvres pour le théâtre, la radio et la télévision, Mavor Moore apporte une contribution particulière à la comédie musicale au Canada. Il conçoit le scénario, écrit les dialogues ou compose la musique de six comédies musicales, assurant parfois plusieurs de ces fonctions. Il est également l’auteur des livrets de trois opéras. Sa version musicale du Candide de Voltaire est diffusée, sous le titre The Best of All Possible Worlds, le 9 janvier 1952 à la radio de la CBC. Il en met également en scène, le 13 septembre 1956, une adaptation à Toronto, sous le titre de The Optimist, qui connaît une deuxième vie lors d’une diffusion à la télévision de la CBC le 17 janvier 1968 sous le titre The Best of All Possible Worlds.

Mavor Moore écrit le scénario, le livret et la musique pour une adaptation de Sunshine Sketches of a Little Town de Stephen Leacock diffusée à la radio de la CBC en mars 1954 sous le titre The Hero of Mariposa, puis à la télévision de la CBC, le 19 décembre de cette même année, sous le titre Sunshine Town. Sunshine Town, probablement la comédie musicale canadienne la plus ambitieuse jamais écrite à cette date, est jouée auRoyal Alexandra Theatre en janvier 1955 et à l’opéra d’Orillia. En 1956, la New Play Society of Toronto monte la comédie musicale à London, Toronto et Montréal. L’œuvre connaît une deuxième vie en 1968 au Festival de Charlottetown et en 1984 au Mariposa Folk Festival. BMI Canada publie une sélection de chansons extraites de Sunshine Town et de Spring Thaw.

Mavor Moore coécrit plusieurs des chansons de Anne of Green Gables: The Musical dont la première a lieu au Festival de Charlottetown en 1965 et qui va devenir le spectacle à tenir l’affiche le plus longtemps au Canada.

Il met également en scène The Love of Three Oranges en 1959, A Night in Venice en 1960, The Bartered Bride en 1961 et Don Giovanni en 1963 pour la Compagnie d’opéra canadienne.

En 1967, Mavor Moore collabore avec Jacques Languirand sur le livret de Louis Riel de Harry Somers et, en 1968, il écrit le scénario et les dialogues de Johnny Belinda de John Fenwick. Il écrit le livret, conjointement avec le compositeur Harry Freedman, de l’opéra-comique d’une durée d’une heure Silents!, commandé pour être donné au Courtenay Youth Music Centre en 1978. Il compose et écrit Love and Politics en 1979 et est l’auteur du livret de l’opéra de Harry Freedman Abracadabra. Il est également librettiste sur l’opéra de Johnny Burke, Fauntleroy, présenté au Festival de Charlottetown en 1980, 1981 et 1985 ainsi que pour l’opéra de 1985 de Gregory Levin, Ghost Dance, commandé par Floyd S. Chalmers.

La comédie musicale de Mavor Moore A Christmas Carol, une œuvre de 1988 d’après un conte de Charles Dickens dont il écrit le scénario, les dialogues et la musique, est montée au Carousel Theatre de Vancouver une première fois en 1988, puis une deuxième en 2001. Elle est également jouée au Neptune Theatre à Halifax en 1989, au Young People’s Theatre de Toronto en 1990 ainsi qu’au Grand Theatre et au Manitoba Theatre Centre en 1993. Des chansons de la production de Vancouver sont enregistrées en 1989. Mavor Moore est en outre l’auteur du livret de l’opéra Erewhon sur une musique de Louis Applebaum dont la première est donnée au Pacific Opera Victoria le 19 février 2000.

Distinctions et héritage

En 1982, Mavor Moore se voit attribuer le prix John Drainie de l’ACTRA pour sa contribution remarquable à la radiotélévision canadienne tout au long de sa carrière. Il reçoit le diplôme d’honneur de la Conférence canadienne des arts en 1985. Il est fait officier de l’Ordre du Canada en 1973, puis compagnon en 1988. Il remporte le prix Molson en 1986 et est le premier lauréat, en 1989, du prix Warner-Lambert de l’Université de Toronto attribué pour services éminents en administration des arts. En 1999, il est nommé à l’Order of British Columbia et reçoit un prix du Gouverneur général pour les arts de la scène.

Après sa mort en 2006, la présidente du Conseil des arts du Canada, Karen Kain, déclare : « Mavor Moore a non seulement joué un rôle de pionnier pour l’essor d’une scène théâtrale authentiquement canadienne, mais il a également consacré son temps et son énergie au service des artistes canadiennes et canadiens. » La bibliothèque de l’Université York détient ses papiers.

Une version de cet article est parue initialement dansl’Encyclopédie de la musique au Canada.

Prix

Médaille du centenaire canadien (1967)

Doctorat honoris causa en lettres, Université York (1969)

Officier, Ordre du Canada (1973)

Médaille de la reine (1977)

Doctorat honoris causa en sciences juridiques, Université Mount Allison (1982)

Doctorat honoris causa en sciences juridiques, Memorial University (1984)

Doctorat honoris causa en lettres, Université de Guelph (1985)

Doctorat honoris causa en lettres, Université de Windsor (1986)

Prix Molson, Conseil des arts du Canada (1986)

Compagnon, Ordre du Canada (1988)

Prix Warner-Lambert en administration des arts (1989)

Prix du Gouverneur général pour l’œuvre de toute une vie (1999)

Doctorat honoris causa en lettres, Université de Victoria (1999)

Membre, Order of British Columbia (1999)

Doctorat honoris causa en sciences juridiques, Université de Toronto (2004)

Production littéraire

Reinventing Myself (Toronto, 1994).


Lecture supplémentaire

  • James Mavor Moore, Reinventing Myself (1994).