Logan, sir William Edmond

À partir de 1831, Logan dirige les Forest Copper Works, près de Swansea, en Galles du Sud. Penseur méthodique de nature et soucieux de trouver une source sûre de charbon, il effectue le levé topographique et en coupe transversale des filons de charbon des environs.

Logan, William Edmond
Logan a été le premier directeur de la Commission géologique (avec la permission des Biblioth\u00e8que et Archives Canada/C-119978).

Logan, sir William Edmond

 Sir William Edmond Logan, géologue et premier directeur de la COMMISSION GÉOLOGIQUE DU CANADA (Montréal, 20 avril 1798 -- Castle Malgwyn, Cilgerran, Galles du Sud, 22 juin 1875). Logan établit et cartographie les principales structures géologiques de la province du Canada, plus particulièrement les séries laurentienne et huronienne du BOUCLIER précambrienne. Il fréquente l'école Alexander Skakel, à Montréal, et l'Edinburgh High School, en Écosse. En 1816, il fait des études en médecine pendant un an à l'U. d'Édimbourg avant d'aller travailler dans le commerce d'un de ses oncles.

À partir de 1831, Logan dirige les Forest Copper Works, près de Swansea, en Galles du Sud. Penseur méthodique de nature et soucieux de trouver une source sûre de charbon, il effectue le levé topographique et en coupe transversale des filons de charbon des environs. Ces cartes d'une très grande précision sont adoptées par la Geological Survey of Great Britain. En 1840, il présente à la Geological Society of London sa théorie sur la formation souterraine du charbon, laquelle permet aux géologues de déterminer l'emplacement de couches carbonifères formant des gisements exploitables. Sa réputation de géologue, son origine canadienne de même que ses relations sociales et familiales à Montréal lui assurent le poste de géologue de la province du Canada en avril 1842.

En 1844, Logan et un assistant, Alexander MURRAY, achèvent la répartition des formations géologiques de la province en trois grandes sections. Logan doit conclure à contrecoeur qu'aucune d'elles n'a de chances de contenir du charbon. Toutefois, il justifiera la poursuite du financement public de la commission géologique par d'autres actions : il fonde un musée géologique, il cartographie les terres souvent inexplorées qu'il a prospectées et il analyse les sols cuprifères de la rive Nord du lac Supérieur. En 1851, grâce à l'exposition de sa collection exceptionnelle de minéraux canadiens et de sa carte géologique du Canada au London's Crystal Palace, il devient le premier membre d'origine canadienne à être admis à la Royal Society of London pour ses réalisations au Canada.

Logan reçoit également la Croix de la Légion d'honneur au cours de l'Exposition universelle de Paris en 1855. Il en sera reçu Chevalier l'année suivante. Tandis que la commission poursuit ses recherches en laboratoire et sur le terrain, Logan publie, en 1863, Geology of Canada, suivi, en 1865, par un atlas et par une grande carte géologique en 1869. Cette analyse magistrale des structures géologiques et des minéraux à valeur commerciale du Canada a valu à Logan la Médaille d'or de la Royal Society en 1867.

L'énorme expansion que prend la commission après la Confédération ne constitue que le cours normal de son évolution, comme l'avait prévu Logan. Il se retire en Galles du Sud en 1869 et A.R.C. SELWYN lui succède. Nullement impressionné par les « tâches herculéennes », Logan fait du premier projet scientifique public au Canada, lequel a un statut précaire au cours de ses premières décennies, une institution permanente.


Lecture supplémentaire

  • B.J. Harrington, Life of Sir William E. Logan (1883); Morris Zaslow, Reading the Rocks (1975).

Liens externes